Buse à queue rousse
(Buteo jamaicensis)

Sommaire

Photo d’un oiseau
© Chuck Kling
Pour obtenir davantage de photos
et des enregistrements vocalisations, visitez Dendroica. (Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre)

La Buse à queue rousse, l'une des buses les plus couramment observées au Canada, se reproduit dans une aire qui s'étend des provinces Maritimes à la côte ouest et vers le nord jusqu'au Yukon et aux Territoires du Nord-Ouest. Le Relevé des oiseaux nicheurs et le Recensement des oiseaux de Noël indiquent que la population de l'espèce au Canada a augmenté depuis 1970. L'espèce présente une morphologie extrêmement variable dans toute son aire de répartition, et certains auteurs reconnaissent jusqu'à 16 sous-espèces (Preston et Beane 2009).

Désignations

Principales désignations pour l’espèce
DésignationÉtatDateSous-espèces, population
COSEPAC (Canada)Non en péril1995 
UICN (Mondial)Préoccupation mineure2018 
Espèces Sauvages (Canada)En sécurité2015 

État de la population

Région géographique ou populationVariation de la population par rapport à environ 1970FiabilitéSituation de la population par rapport à l’objectif
CanadaAugmentation modéréeÉlevéeÀ un niveau acceptable
 

Estimation de la population

Région géographique ou populationEstimation de la population
Canada500,000 à 1,000,000 adultes
 

Cartes de répartition

 

Stratégie de migration, occurrence

Migrateur sur de courtes distances

La responsabilité pour la conservation

Région géographiqueResponsabilité basée sur le % de la population mondiale
CanadaModéré

Période générale de nidification au Canada

La période de nidification débute entre le début mars et le début mai et se termine entre la mi-juillet et le début août, selon la région. Avant ou après cette période, la probabilité de présence d'un nid actif est plus faible.
 

Conservation et gestion

Souvent capable de s'adapter à l'expansion urbaine et aux activités humaines, cette espèce niche dans des habitats très variés, même si elle choisit généralement des forêts ouvertes à proximité de champs ou de prairies pour se nourrir (Preston et Beane 2009). L'aire de répartition des populations de l'espèce s'est étendue au XXe siècle avec la déforestation à l'est et l'extinction des incendies à l'ouest (Preston et Beane 2009). Les populations mondiale et nord-américaine ne sont pas en péril (Farmer et al. 2008).

 

Stratégies régionales de conservation des oiseaux

Environnement et Changement climatique Canada et ses partenaires ont mis au point des Stratégies régionales de conservation des oiseaux dans chacune des Régions de conservation des oiseaux (RCO) au Canada. Dans ces stratégies, une espèce est identifiée comme étant prioritaire pour une ou plusieurs des raisons suivantes :

  • à cause des préoccupations à propos de sa conservation (c.-à-d., une espèce qui est vulnérable en raison de la taille de sa population, de sa répartition, de sa tendance démographique, de son abondance ou de menaces)
  • à cause d’une responsabilité d’intendance (c.-à-d., une espèce qui caractérise l’avifaune régionale, ou qu’une proportion importante de son aire de distribution ou d’abondance se situe dans la région)
  • à cause d’une responsabilité de gestion (c.-à-d., une espèce qui nécessite une gestion continue en raison de son importance socioéconomique comme espèce d’intérêt cynégétique ou en raison de son effet sur d’autres espèces ou habitats)
  • à cause d’autres préoccupations (c.-à-d., des experts régionaux jugent une espèce comme étant prioritaire pour des raisons autres que celles énumérées ci-dessus ou parce qu’elles sont inscrites en tant qu’espèces en péril ou préoccupantes à l’échelle provinciale)

Sélectionnez l’une des sous-régions ci-dessous pour accéder à la stratégie RCO pour plus d’informations.

RCO, unités biogéographiques marines et sous-régions dans lesquelles l'espèce a été identifiée comme étant prioritaire
RégionSous-région et type de priorité
AucunAucun
 

Références