Phalarope à bec étroit
(Phalaropus lobatus)

Sommaire

Photo d’un oiseau
© Jukka Jantunen (flickr.com/photos/jukka_jantunen)
Pour obtenir davantage de photos
et des enregistrements vocalisations, visitez Dendroica. (Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre)

Le Phalarope à bec étroit niche dans des milieux humides de la zone subarctique et du Bas-Arctique et hiverne en mer dans des eaux tropicales. Il est difficile de suivre l'état de la population de l'espèce en raison de l'éloignement de ses lieux de reproduction et d'hivernage et de la difficulté d'y accéder. Des baisses d'effectif très importantes ont été observées dans un petit nombre de lieux de reproduction et à des haltes migratoires. Toutefois, la majorité de la population niche, migre et hiverne à l'extérieur des régions faisant l'objet de relevés; on considère donc que les données sont insuffisantes pour évaluer l'état de la population de l'espèce. En 2014, le Phalarope à bec étroit a été désigné espèce préoccupante par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). Cette espèce a été identifiée comme étant une priorité de conservation et/ou d’intendance dans une ou plusieurs stratégies régionales de conservation des oiseaux au Canada.

Désignations

Principales désignations pour l’espèce
DésignationÉtatDateSous-espèces, population
COSEPAC (Canada)Préoccupante2014 
LEP (Canada)Aucun statut  
UICN (Mondial)Préoccupation mineure2018 
Espèces Sauvages (Canada)Apparemment en sécurité2015 
Régions de conservation des oiseauxEspèces prioritaires2013 

État de la population

Région géographique ou populationVariation de la population par rapport à environ 1970FiabilitéSituation de la population par rapport à l’objectif
CanadaDonnées insuffisantesDonnées insuffisantesDonnées insuffisantes
 

Estimation de la population

Région géographique ou populationEstimation de la population
Canada> 1,000,000 adultes (comprend des oiseaux nicheurs et migrateurs au Canada)
 

Cartes de répartition

 

Stratégie de migration, occurrence

Migrateur sur de longues distances

La responsabilité pour la conservation

Région géographiqueResponsabilité basée sur le % de la population mondiale
CanadaModéré

Période générale de nidification au Canada

La période de nidification débute entre la fin mai et le début juin et se termine à la mi-juillet, selon la région. Avant ou après cette période, la probabilité de présence d'un nid actif est plus faible.
 

Conservation et gestion

Les baisses d'effectif apparentes observées dans la région de l'île Deer, dans la baie de Fundy, pourraient avoir été liées à une réduction de la disponibilité du copépode Calanus finmarchicus, proie préférée des phalaropes (Chardine 2005). Les phalaropes s'alimentent dans les zones de remontée des eaux, où les proies sont amenées à la surface. Des modifications du milieu marin pourraient avoir eu une incidence sur la quantité ou la disponibilité de proies appropriées et pourraient avoir favorisé une redistribution des phalaropes faisant halte vers d'autres zones de remontée des eaux. De récentes informations montrent que des Phalaropes à bec étroit qui se reproduisent en Europe du Nord font halte dans la baie de Fundy et à d'autres sites le long de la côte atlantique avant de gagner leurs lieux d'hivernage au large de la côte du Pérou (Smith et al. 2014). Par ailleurs, l'aire de reproduction du Phalarope à bec étroit chevauche celle de plusieurs populations d'oies de l'Arctique surabondantes. Les oies peuvent dégrader les habitats toundriques en broutant les graminées et les cypéracées ainsi que leurs rhizomes (Alisauskas et al. 2006); les habitats ainsi modifiés abritent souvent de plus faibles densités d'oiseaux de rivage (voir p. ex. Sammler et al. 2008, Hines et al. 2010). Ce facteur pourrait également avoir contribué aux possibles baisses d'effectif du Phalarope à bec étroit. En outre, les changements climatiques peuvent dans le long terme constituer une menace pour l'espèce dans ses lieux de reproduction; les modifications du climat arctique pourraient influer sur la disponibilité et la quantité de proies et sur la période de présence de celles-ci, et favoriser l'établissement d'une végétation arbustive qui pourrait réduire la disponibilité de sites de nidification (COSEPAC 2014a). Les relevés effectués dans l'ensemble de l'aire de reproduction de l'espèce semblent indiquer un rebond de la population; cependant, il sera nécessaire de mener des travaux supplémentaires d'observation de l'espèce jusque dans ses lieux d'hivernage en mer pour améliorer les plans de conservation et de gestion (Hunnewell et al. 2016).

 

Stratégies régionales de conservation des oiseaux

Environnement et Changement climatique Canada et ses partenaires ont mis au point des Stratégies régionales de conservation des oiseaux dans chacune des Régions de conservation des oiseaux (RCO) au Canada. Dans ces stratégies, une espèce est identifiée comme étant prioritaire pour une ou plusieurs des raisons suivantes :

  • à cause des préoccupations à propos de sa conservation (c.-à-d., une espèce qui est vulnérable en raison de la taille de sa population, de sa répartition, de sa tendance démographique, de son abondance ou de menaces)
  • à cause d’une responsabilité d’intendance (c.-à-d., une espèce qui caractérise l’avifaune régionale, ou qu’une proportion importante de son aire de distribution ou d’abondance se situe dans la région)
  • à cause d’une responsabilité de gestion (c.-à-d., une espèce qui nécessite une gestion continue en raison de son importance socioéconomique comme espèce d’intérêt cynégétique ou en raison de son effet sur d’autres espèces ou habitats)
  • à cause d’autres préoccupations (c.-à-d., des experts régionaux jugent une espèce comme étant prioritaire pour des raisons autres que celles énumérées ci-dessus ou parce qu’elles sont inscrites en tant qu’espèces en péril ou préoccupantes à l’échelle provinciale)

Sélectionnez l’une des sous-régions ci-dessous pour accéder à la stratégie RCO pour plus d’informations.

RCO, unités biogéographiques marines et sous-régions dans lesquelles l'espèce a été identifiée comme étant prioritaire
RégionSous-région et type de priorité
Forêt coniférienne boréalForêt coniférienne boréal, sous-région et type de priorité : Prairies et Nord -- Conservation
Forêt intérieure du nord-ouestForêt intérieure du nord-ouest, sous-région et type de priorité : Pacifique et Yukon -- Autre
Forêt pluviale du nord du pacifiqueForêt pluviale du nord du pacifique, sous-région et type de priorité : Pacifique et Yukon -- Autre
Forêt septentrionale de l'AtlantiqueForêt septentrionale de l'Atlantique, sous-région et type de priorité : Québec -- Autre
Grand bassinGrand bassin, sous-région et type de priorité : Pacifique et Yukon -- Autre
Marmites torrentielles des PrairiesMarmites torrentielles des Prairies, sous-région et type de priorité : Prairies et Nord -- Autre
Plaine et cordillère arctiquesPlaine et cordillère arctiques, sous-région et type de priorité : Prairies et Nord -- Autre
Plaine et cordillère arctiquesPlaine et cordillère arctiques, sous-région et type de priorité : Québec -- Autre
Plaines de la taïga boréalPlaines de la taïga boréal, sous-région et type de priorité : Prairies et Nord -- Conservation
Plateau néo-écossaisPlateau néo-écossais, sous-région et type de priorité : Atlantique, NB -- Autre
Plateau néo-écossaisPlateau néo-écossais, sous-région et type de priorité : Atlantique, NS -- Autre
Taïga du bouclier et plaine hudsonnienneTaïga du bouclier et plaine hudsonnienne, sous-région et type de priorité : Prairies et Nord -- Conservation
Taïga du bouclier et plaine hudsonnienneTaïga du bouclier et plaine hudsonnienne, sous-région et type de priorité : Québec -- Autre
 

Références