Océanite de Wilson
(Oceanites oceanicus)

Sommaire

Photo d’un oiseau
© JJ Harrison - License
Pour obtenir davantage de photos
et des enregistrements vocalisations, visitez Dendroica. (Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre)

Les Océanites de Wilson nichent par dizaines de millions sur les îles de la région subantarctique et sur le continent antarctique, et entreprennent une migration transéquatoriale pour hiverner et s’alimenter surtout dans les latitudes moyennes de l’océan Atlantique Nord et de l’océan Indien Nord. Cette tendance à occuper un vaste territoire fait en sorte que l’espèce visite couramment les eaux extracôtières du sud de la Nouvelle-Écosse en été, mais aussi qu’elle est difficile à étudier en dehors de son habitat de nidification. On ne dispose donc pas de données de surveillance pour évaluer les tendances de la population au Canada. On reconnaît généralement que la sous-espèce oceanicus est celle qui hiverne dans les eaux du Canada atlantique (Howell 2012).

Désignations

Liste des principales désignations pour l’espèce
DésignationÉtatDateSous-espèces, population
UICN (Mondial)Préoccupation mineure2012 

État de la population

Région géographiqueÉtatFiabilité
CanadaDonnées insuffisantesDonnées insuffisantes
 

Estimation de la population

CanadaPas encore disponible
 

Cartes de répartition

 

Stratégie de migration, occurrence

Visiteur saisonnier

La responsabilité pour la conservation de la population mondiale

CanadaÀ déterminer

Conservation et gestion

La plupart des menaces connues qui pèsent sur l’Océanite de Wilson se trouvent aux lieux de nidification, dans l’hémisphère Sud, et comprennent la perte d’œufs, d’oisillons et d’adultes causée par des oiseaux prédateurs et des mammifères envahissants (Marchant et Higgins 1990). Comme d’autres espèces, l’Océanite de Wilson est vulnérable à l’attraction et aux collisions associées aux lampes et aux fusées éclairantes utilisées sur les plateformes pétrolières et gazières (Ronconi et al. 2015). Parmi les autres menaces possibles en mer, on compte l’ingestion de matières plastiques, l’enchevêtrement dans le matériel de pêche et la compétition potentielle avec les activités de pêche commerciale (krill) (Moser et Lee 1992, Moore 1992). Les polluants environnementaux, y compris des métaux lourds toxiques, peuvent aussi représenter une menace pour l’espèce; il a été montré que ces polluants agissaient sur le succès de reproduction d’autres espèces d’océanites (Lee et al. 2012).

 

Stratégies régionales de conservation des oiseaux

Environnement et Changement climatique Canada et ses partenaires ont mis au point des Stratégies régionales de conservation des oiseaux dans chacune des Régions de conservation des oiseaux (RCO) au Canada. Dans ces stratégies, une espèce est identifiée comme étant prioritaire pour une ou plusieurs des raisons suivantes :

  • à cause des préoccupations à propos de sa conservation (c.-à-d., une espèce qui est vulnérable en raison de la taille de sa population, de sa répartition, de sa tendance démographique, de son abondance ou de menaces)
  • à cause d’une responsabilité d’intendance (c.-à-d., une espèce qui caractérise l’avifaune régionale, ou qu’une proportion importante de son aire de distribution ou d’abondance se situe dans la région)
  • à cause d’une responsabilité de gestion (c.-à-d., une espèce qui nécessite une gestion continue en raison de son importance socioéconomique comme espèce d’intérêt cynégétique ou en raison de son effet sur d’autres espèces ou habitats)
  • à cause d’autres préoccupations (c.-à-d., des experts régionaux jugent une espèce comme étant prioritaire pour des raisons autres que celles énumérées ci-dessus ou parce qu’elles sont inscrites en tant qu’espèces en péril ou préoccupantes à l’échelle provinciale)

Sélectionnez l’une des sous-régions ci-dessous pour accéder à la stratégie RCO pour plus d’informations.

RCO, unités biogéographiques marines et sous-régions dans lesquelles l'espèce a été identifiée comme étant prioritaire
RégionSous-région et type de priorité
AucunAucun
 

Références