Oie de Ross
(Chen rossii)

Sommaire

Photo d’un oiseau
© Ken Billington - License
Pour obtenir davantage de photos
et des enregistrements vocalisations, visitez Dendroica. (Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre)

La grande majorité des Oies de Ross se reproduisent dans la région du golfe Reine-Maud, dans le centre de l’Arctique canadien. Toutefois, des effectifs croissants se reproduisent le long de la côte ouest de la baie d’Hudson. Considérée comme étant une espèce rare au début du siècle dernier, l’Oie de Ross voit sa population augmenter depuis le milieu des années 1990 et a largement dépassé les niveaux de populations observés dans les années 1970. L’Oie de Ross a été désignée « espèce surabondante » en 2014 et fait l’objet de mesures spéciales de conservation visant à limiter ses effectifs. Cette espèce a été identifiée comme étant une priorité de conservation et/ou d’intendance dans une ou plusieurs stratégies régionales de conservation des oiseaux au Canada.

Désignations

Liste des principales désignations pour l’espèce
DésignationÉtatDateSous-espèces, population
UICN (Mondial)Préoccupation mineure2012 
Espèces Sauvages (Canada)En sécurité2010 
Les objectifs de populations du Plan nord-américain de gestion de la sauvagineAu-dessus l'objectif de population2012 
Stratégies régionales de conservation des oiseauxEspèces prioritaires2013 

État de la population

Région géographiqueÉtatFiabilité
CanadaAugmentation importanteÉlevée
 

Estimation de la population

Canada1,000,000 à 5,000,000 oiseaux
 

Cartes de répartition

 

Stratégie de migration, occurrence

Migrateur sur de courtes distances

La responsabilité pour la conservation de la population mondiale

CanadaTrès élevé

Conservation et gestion

L’accroissement de la population d’Oies de Ross donne lieu à une dégradation de l’habitat dans les lieux de nidification et les haltes migratoires de l’espèce dans certaines régions, à cause de l’activité d’alimentation de ces oiseaux. Au Canada, l’Oie de Ross a été désignée « espèce surabondante » en juin 2014. Les règlements de chasse ont été libéralisés et une saison spéciale de chasse de conservation a eu lieu pour la première fois au printemps 2015.

 

Stratégies régionales de conservation des oiseaux

Environnement et Changement climatique Canada et ses partenaires ont mis au point des Stratégies régionales de conservation des oiseaux dans chacune des Régions de conservation des oiseaux (RCO) au Canada. Dans ces stratégies, une espèce est identifiée comme étant prioritaire pour une ou plusieurs des raisons suivantes :

  • à cause des préoccupations à propos de sa conservation (c.-à-d., une espèce qui est vulnérable en raison de la taille de sa population, de sa répartition, de sa tendance démographique, de son abondance ou de menaces)
  • à cause d’une responsabilité d’intendance (c.-à-d., une espèce qui caractérise l’avifaune régionale, ou qu’une proportion importante de son aire de distribution ou d’abondance se situe dans la région)
  • à cause d’une responsabilité de gestion (c.-à-d., une espèce qui nécessite une gestion continue en raison de son importance socioéconomique comme espèce d’intérêt cynégétique ou en raison de son effet sur d’autres espèces ou habitats)
  • à cause d’autres préoccupations (c.-à-d., des experts régionaux jugent une espèce comme étant prioritaire pour des raisons autres que celles énumérées ci-dessus ou parce qu’elles sont inscrites en tant qu’espèces en péril ou préoccupantes à l’échelle provinciale)

Sélectionnez l’une des sous-régions ci-dessous pour accéder à la stratégie RCO pour plus d’informations.

RCO, unités biogéographiques marines et sous-régions dans lesquelles l'espèce a été identifiée comme étant prioritaire
RégionSous-région et type de priorité
Marmites torrentielles des PrairiesMarmites torrentielles des Prairies, sous-région et type de priorité : Région des Prairies et du Nord
Plaine et cordillère arctiquesPlaine et cordillère arctiques, sous-région et type de priorité : Région des Prairies et du Nord
 

Références