Bécasseau maubèche
(Calidris canutus)

Sommaire

Photo d’un oiseau
© MK Peck
Pour obtenir davantage de photos
et des enregistrements vocalisations, visitez Dendroica. (Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre)

Le Bécasseau maubèche est bien connu en raison des longues migrations qu’il effectue depuis ses aires de reproduction dans l’Arctique jusqu’au sud de l’Amérique du Sud et ailleurs. La population mondiale est en baisse. Trois sous-espèces du Bécasseau maubèche sont présentes au Canada : Calidris canutus rufa, C. c. roselaari, et C. c. islandica. La sous-espèce islandica niche dans le nord-est du Haut-Arctique et migre vers l'Europe. La sous-espèce rufa niche dans le centre de l'Arctique et migre vers trois aires d'hivernage distinctes en Floride, dans la partie centre-nord du Brésil et dans le sud de l'Amérique du Sud. La sous-espèce roselaari niche dans le nord de l'Alaska et la Russie et passe l'hiver sur la côte du Pacifique des Amériques, en traversant l'ouest du Canada pendant sa migration. On pense que les trois sous-espèces ont diminué. La population de la sous-espèce rufa, en particulier, qui hiverne dans le sud de l'Amérique du Sud, a connu un déclin spectaculaire qui a donné lieu à sa désignation actuelle d'espèce en voie de disparition (COSEPAC 2007f). La population de la sous-espèce C.c. islandica a également diminué au cours des 40 dernières années. Les changements qui se produisent chez le petit nombre de C.c. roselaari qui traversent le Canada pendant leur migration sont incertains, mais on pense que l’ensemble de la sous-population de l’espèce a diminué. Étant donné les préoccupations en matière de conservation, il est préférable de considérer la responsabilité du Canada à l'égard de l'espèce du point de vue de chaque sous-espèce. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter les relevés individuels des sous-espèces.

Voir aussi :

Bécasseau maubèche de la sous-espèce islandica
Bécasseau maubèche de la sous-espèce rufa
Bécasseau maubèche du type roselaari
 

Désignations

Liste des principales désignations pour l’espèce
DésignationÉtatDateSous-espèces, population
COSEPAC (Canada)Préoccupante2007Bécasseau maubèche de la sous-espèce islandica
COSEPAC (Canada)Menacée2007Bécasseau maubèche du type roselaari
COSEPAC (Canada)En voie de disparition2007Bécasseau maubèche de la sous-espèce rufa
LEP (Canada)Préoccupante2012Bécasseau maubèche de la sous-espèce islandica
LEP (Canada)Menacée2010Bécasseau maubèche du type roselaari
LEP (Canada)Endangered2012Bécasseau maubèche de la sous-espèce rufa
UICN (Mondial)Préoccupation mineure2012 
Espèces Sauvages (Canada)En péril2010 

État de la population

Région géographiqueÉtatFiabilité
CanadaDiminution modéréeMoyenne
 

Estimation de la population

Canada100,000 à 500,000 d'adultes (comprend des oiseaux nicheurs et migrateurs au Canada)
 

Cartes de répartition

 

Stratégie de migration, occurrence

Migrateur sur de longues distances

La responsabilité pour la conservation de la population mondiale

CanadaVoir les dossiers des sous-espèces

Conservation et gestion

La détérioration des conditions de recherche de nourriture aux sites de halte migratoire et d'hivernage clés est particulièrement préoccupante pour les sous-espèces C. c. rufa et C. c. islandica. Dans le cas de la sous-espèce C. c. islandica qui hiverne sur les côtes européennes, le dragage des mollusques dans la partie néerlandaise de la mer des Wadden a réduit la disponibilité des proies des bécasseaux et a entraîné une baisse de 80 % du nombre d'individus sur le site. En Amérique du Nord, la récolte de limules a réduit la disponibilité des œufs de limules dans la baie du Delaware. Ces œufs sont une ressource alimentaire clé pour la sous-espèce C. C. rufa pendant la migration vers le nord et il a été démontré que l'absence de conditions appropriées pendant la migration diminue la survie des bécasseaux. Les changements de l'habitat aux sites utilisés par la sous-espèce C. c. roselaari pendant la migration vers le nord pourraient également avoir une incidence sur les oiseaux. Les trois sous-espèces du Bécasseau maubèche sont de grands migrateurs et la réduction de la disponibilité des ressources alimentaires dans des sites clés pourrait compromettre leur capacité à terminer leurs migrations annuelles avec succès. On s'attend à ce que les changements climatiques aient un effet négatif sur les oiseaux de rivage nichant dans l'Arctique, étant donné que leur stratégie conservatrice du cycle vital (le taux de reproduction faible et durée de vie longue) fait qu'il leur est difficile de s'adapter rapidement aux effets des changements climatiques accélérés qui touchent leur habitat de reproduction (Meltofte et al. 2007). Ces effets peuvent être notamment les suivants : assèchement des étangs de toundra (Smol et Douglas 2007, Stow et al. 2004), empiètement par les arbustes (Tape et Racine 2006, Callaghan et al. 2005), asynchronie des éclosions des oisillons et des insectes (Tulp et Schekkerman 2008), phénomènes météorologiques inhabituels (Tulp et Schekkerman 2006, Martin et Wiebe 2004) et des changements de la pression de prédation.

 

Stratégies régionales de conservation des oiseaux

Environnement et Changement climatique Canada et ses partenaires ont mis au point des Stratégies régionales de conservation des oiseaux dans chacune des Régions de conservation des oiseaux (RCO) au Canada. Dans ces stratégies, une espèce est identifiée comme étant prioritaire pour une ou plusieurs des raisons suivantes :

  • à cause des préoccupations à propos de sa conservation (c.-à-d., une espèce qui est vulnérable en raison de la taille de sa population, de sa répartition, de sa tendance démographique, de son abondance ou de menaces)
  • à cause d’une responsabilité d’intendance (c.-à-d., une espèce qui caractérise l’avifaune régionale, ou qu’une proportion importante de son aire de distribution ou d’abondance se situe dans la région)
  • à cause d’une responsabilité de gestion (c.-à-d., une espèce qui nécessite une gestion continue en raison de son importance socioéconomique comme espèce d’intérêt cynégétique ou en raison de son effet sur d’autres espèces ou habitats)
  • à cause d’autres préoccupations (c.-à-d., des experts régionaux jugent une espèce comme étant prioritaire pour des raisons autres que celles énumérées ci-dessus ou parce qu’elles sont inscrites en tant qu’espèces en péril ou préoccupantes à l’échelle provinciale)

Sélectionnez l’une des sous-régions ci-dessous pour accéder à la stratégie RCO pour plus d’informations.

RCO, unités biogéographiques marines et sous-régions dans lesquelles l'espèce a été identifiée comme étant prioritaire
RégionSous-région et type de priorité
AucunAucun
 

Références