Hirondelle noire
(Progne subis)

Sommaire

Photo d’un oiseau
© Christian Artuso
Pour obtenir davantage de photos
et des enregistrements vocalisations, visitez Dendroica. (Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre)

L'Hirondelle noire, la plus grande hirondelle d'Amérique du Nord, est un oiseau répandu dans la majeure partie de l'est et du centre du Canada. Le Relevé des oiseaux nicheurs révèle que la population a subi une diminution de presque 50 % à l'échelle nationale. Cependant, dans la Région de conservation des oiseaux de la Plaine du Saint-Laurent et des lacs Ontario et Érié où l’espèce atteint sa plus forte densité, l’ampleur du déclin est beaucoup plus importante (plus de 90 %). L'espèce est maintenant presque entièrement dépendante des nichoirs de jardin pour les sites de nidification ([ref:996]). Cette espèce a été identifiée comme étant une priorité de conservation et/ou d’intendance dans une ou plusieurs stratégies régionales de conservation des oiseaux au Canada.

Désignations

Liste des principales désignations pour l’espèce
DésignationÉtatDateSous-espèces, population
UICN (Mondial)Préoccupation mineure2012 
Espèces Sauvages (Canada)Sensible2010 
Stratégies régionales de conservation des oiseauxEspèces prioritaires2013 

État de la population

Région géographiqueÉtatFiabilité
CanadaDiminution modéréeMoyenne
 

Estimation de la population

Canada50,000 à 500,000 adultes
 

Cartes de répartition

 

Stratégie de migration, occurrence

Migrateur sur de longues distances

La responsabilité pour la conservation de la population mondiale

CanadaFaible

Conservation et gestion

Dans les années 1980, il y a eu un point de changement négatif dans les tendances des populations du Relevé des oiseaux nicheurs pour les hirondelles, les martinets et les engoulevents dans la plupart de l'Amérique du Nord (Smith et al. 2015). Le déclin important de la population dans l'est laisse supposer que l'Hirondelle noire pourrait être touchée par certains des facteurs qui sont également à l'origine de la baisse d'autres oiseaux insectivores en vol (p. ex. changements des populations d'insectes volants, ainsi que changements du paysage, produits chimiques toxiques et changements climatiques; Blancher et al. 2009, Nebel et al. 2010). Cette espèce cavernicole niche actuellement dans presque tous les nichoirs construits par l'homme pour les Hirondelles noires, quelques sites de nidification naturelles ayant été signalées à l'est des Rocheuses au cours du XXe siècle (Brown 1997). Elle pourrait être touchée négativement dans certaines régions en raison de la disponibilité restreinte des sites de nidification ou de la concurrence avec le Moineau domestique et l'Étourneau sansonnet, ainsi qu'à cause de l'utilisation de pesticides sur les aires d'hivernage ([ref:996]). L’Hirondelle noire est une espèce très sensible au froid, et ce facteur réduit la capacité de l’oiseau à trouver des insectes proies; les intempéries tuent un plus grand nombre d’Hirondelles noires que l’ensemble des autres causes de mortalité ([ref:996]).

 

Stratégies régionales de conservation des oiseaux

Environnement et Changement climatique Canada et ses partenaires ont mis au point des Stratégies régionales de conservation des oiseaux dans chacune des Régions de conservation des oiseaux (RCO) au Canada. Dans ces stratégies, une espèce est identifiée comme étant prioritaire pour une ou plusieurs des raisons suivantes :

  • à cause des préoccupations à propos de sa conservation (c.-à-d., une espèce qui est vulnérable en raison de la taille de sa population, de sa répartition, de sa tendance démographique, de son abondance ou de menaces)
  • à cause d’une responsabilité d’intendance (c.-à-d., une espèce qui caractérise l’avifaune régionale, ou qu’une proportion importante de son aire de distribution ou d’abondance se situe dans la région)
  • à cause d’une responsabilité de gestion (c.-à-d., une espèce qui nécessite une gestion continue en raison de son importance socioéconomique comme espèce d’intérêt cynégétique ou en raison de son effet sur d’autres espèces ou habitats)
  • à cause d’autres préoccupations (c.-à-d., des experts régionaux jugent une espèce comme étant prioritaire pour des raisons autres que celles énumérées ci-dessus ou parce qu’elles sont inscrites en tant qu’espèces en péril ou préoccupantes à l’échelle provinciale)

Sélectionnez l’une des sous-régions ci-dessous pour accéder à la stratégie RCO pour plus d’informations.

RCO, unités biogéographiques marines et sous-régions dans lesquelles l'espèce a été identifiée comme étant prioritaire
RégionSous-région et type de priorité
Forêt mixte boréaleForêt mixte boréale, sous-région et type de priorité : Région de l'Ontario
Forêt pluviale du nord du pacifiqueForêt pluviale du nord du pacifique, sous-région et type de priorité : Région du Pacifique et du Yukon
Plaine du Saint-Laurent et des lacs Ontario et ÉriéPlaine du Saint-Laurent et des lacs Ontario et Érié, sous-région et type de priorité : Région de l'Ontario
Plaine du Saint-Laurent et des lacs Ontario et ÉriéPlaine du Saint-Laurent et des lacs Ontario et Érié, sous-région et type de priorité : Région du Québec
Plaines de la taïga boréalPlaines de la taïga boréal, sous-région et type de priorité : Région des Prairies et du Nord
 

Références