Goéland de Heermann
(Larus heermanni)

Sommaire

Photo d’un oiseau
© Mike Baird - License
Pour obtenir davantage de photos
et des enregistrements vocalisations, visitez Dendroica. (Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre)

La totalité de la population mondiale du Goéland de Heermann niche sur quelques îles du golfe de la Californie, au Mexique, quoiqu’on ait constaté des tentatives de nidification dans le sud de la Californie. Après la période de nidification, de nombreux individus entreprennent une migration « inverse » unique, en longeant la côte de l’Amérique du Nord vers le nord, à l’inverse de la direction que prennent habituellement la plupart des espèces migratrices. La majeure partie de la population hivernante se trouve le long de la côte du Pacifique, soit de l’Oregon au Guatemala, mais une petite proportion atteint la limite nord de l’aire de répartition de l’espèce, dans le sud-ouest de la Colombie-Britannique. Le Goéland de Heermann ne fait pas l’objet d’une surveillance suffisante au Canada pour déterminer avec fiabilité les changements dans la situation de cette petite population par rapport à 1970, mais des données du Recensement des oiseaux de Noël provenant des États-Unis et d’autres organismes de conservation laissent croire à une forte augmentation. Il est probable que moins de 1 % de la population mondiale de cette espèce hiverne au Canada; c’est pourquoi on considère que la responsabilité du Canada sur le plan de la conservation du Goéland de Heermann est très faible. Cette espèce a été identifiée comme étant une priorité de conservation et/ou d’intendance dans une ou plusieurs stratégies régionales de conservation des oiseaux au Canada.

 

Désignations

Liste des principales désignations pour l’espèce
DésignationÉtatDateSous-espèces, population
UICN (Mondial)Quasi menacé2012 
Stratégies régionales de conservation des oiseauxEspèces prioritaires2013 

État de la population

Région géographiqueÉtatFiabilité
CanadaDonnées insuffisantesDonnées insuffisantes
 

Estimation de la population

CanadaPas encore disponible
 

Cartes de répartition

 

Stratégie de migration, occurrence

Visiteur saisonnier

La responsabilité pour la conservation de la population mondiale

CanadaTrès faible

Conservation et gestion

L’aire de nidification limitée du Goéland de Heermann au Mexique rend cette espèce particulièrement vulnérable aux perturbations anthropiques et naturelles. Son succès de reproduction dépend de la disponibilité des aliments (surtout dans les cas de compétition avec les activités de pêche commerciale à la sardine), des mammifères prédateurs non indigènes (rats noirs) et des perturbations anthropiques (Velarde 1999). La grande colonie de nidification sur l’Isla Raza, qui regroupe plus de 90 % de la population mondiale, a été désignée comme un refuge d’oiseaux de mer en 1964. Cette désignation a mis fin à la collecte historique d’œufs qui pouvait entraîner la perte annuelle de 50 000 œufs, et la présence de gardiens et de biologistes décourage vraisemblablement les autres formes de perturbations humaines (Islam 2002).

 

 

Stratégies régionales de conservation des oiseaux

Environnement et Changement climatique Canada et ses partenaires ont mis au point des Stratégies régionales de conservation des oiseaux dans chacune des Régions de conservation des oiseaux (RCO) au Canada. Dans ces stratégies, une espèce est identifiée comme étant prioritaire pour une ou plusieurs des raisons suivantes :

  • à cause des préoccupations à propos de sa conservation (c.-à-d., une espèce qui est vulnérable en raison de la taille de sa population, de sa répartition, de sa tendance démographique, de son abondance ou de menaces)
  • à cause d’une responsabilité d’intendance (c.-à-d., une espèce qui caractérise l’avifaune régionale, ou qu’une proportion importante de son aire de distribution ou d’abondance se situe dans la région)
  • à cause d’une responsabilité de gestion (c.-à-d., une espèce qui nécessite une gestion continue en raison de son importance socioéconomique comme espèce d’intérêt cynégétique ou en raison de son effet sur d’autres espèces ou habitats)
  • à cause d’autres préoccupations (c.-à-d., des experts régionaux jugent une espèce comme étant prioritaire pour des raisons autres que celles énumérées ci-dessus ou parce qu’elles sont inscrites en tant qu’espèces en péril ou préoccupantes à l’échelle provinciale)

Sélectionnez l’une des sous-régions ci-dessous pour accéder à la stratégie RCO pour plus d’informations.

RCO, unités biogéographiques marines et sous-régions dans lesquelles l'espèce a été identifiée comme étant prioritaire
RégionSous-région et type de priorité
Forêt pluviale du nord du pacifiqueForêt pluviale du nord du pacifique, sous-région et type de priorité : Région du Pacifique et du Yukon
 

Références