Huîtrier d'Amérique
(Haematopus palliatus)

Sommaire

Photo d’un oiseau
© John Reaume
Pour obtenir davantage de photos
et des enregistrements vocalisations, visitez Dendroica. (Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre)

Il se peut qu'à une époque, l'Huitrier d'Amérique se soit reproduit au nord jusqu'au Labrador, mais il est actuellement très rare au Canada. On a observé qu'il s'était reproduit sur l'île du cap de Sable en Nouvelle-Écosse en 1997. Jusqu'à trois couples ont niché sur l'île au cours des années suivantes. La population au Canada demeure faible, mais le caractère limité de l'information fait en sorte qu'il est impossible d'évaluer la situation de la population de cette espèce depuis 1970 environ.

Désignations

Liste des principales désignations pour l’espèce
DésignationÉtatDateSous-espèces, population
UICN (Mondial)Préoccupation mineure2012 
Espèces Sauvages (Canada)Indéterminée2010 

État de la population

Région géographiqueÉtatFiabilité
CanadaDonnées insuffisantesDonnées insuffisantes
 

Estimation de la population

Canada< 50 adultes (comprend des oiseaux nicheurs et migrateurs au Canada)
 

Cartes de répartition

 

Stratégie de migration, occurrence

Migrateur sur de courtes distances

La responsabilité pour la conservation de la population mondiale

CanadaTrès faible

Conservation et gestion

On suppose que tous les Huitriers d'Amérique au Canada sont issus de la population située le long de la côte Atlantique des États-Unis. Bien que cette population ait étendu son aire de répartition depuis 1970 environ et que son abondance augmente dans certains secteurs, elle demeure faible, diminue au centre de l'aire de répartition et continue de faire l'objet de menaces importantes liées à la perte de l'habitat (Clay et al. 2010). En 2000, on s’est rendu compte que la population de l’Amérique du Nord de l'Huitrier d'Amérique s’élevait à environ 10 000 individus (American Oystercatcher Working Group et al. 2012). Des travaux de recherche ultérieurs ont permis de déterminer que la Virginie, la Caroline du Nord et la Caroline du Sud sont les principales aires de reproduction et d’hivernage. La recherche sur les effets de la perturbation par l’homme et de la démographie humaine a été entreprise (American Oystercatcher Working Group et al. 2012).

 

Stratégies régionales de conservation des oiseaux

Environnement et Changement climatique Canada et ses partenaires ont mis au point des Stratégies régionales de conservation des oiseaux dans chacune des Régions de conservation des oiseaux (RCO) au Canada. Dans ces stratégies, une espèce est identifiée comme étant prioritaire pour une ou plusieurs des raisons suivantes :

  • à cause des préoccupations à propos de sa conservation (c.-à-d., une espèce qui est vulnérable en raison de la taille de sa population, de sa répartition, de sa tendance démographique, de son abondance ou de menaces)
  • à cause d’une responsabilité d’intendance (c.-à-d., une espèce qui caractérise l’avifaune régionale, ou qu’une proportion importante de son aire de distribution ou d’abondance se situe dans la région)
  • à cause d’une responsabilité de gestion (c.-à-d., une espèce qui nécessite une gestion continue en raison de son importance socioéconomique comme espèce d’intérêt cynégétique ou en raison de son effet sur d’autres espèces ou habitats)
  • à cause d’autres préoccupations (c.-à-d., des experts régionaux jugent une espèce comme étant prioritaire pour des raisons autres que celles énumérées ci-dessus ou parce qu’elles sont inscrites en tant qu’espèces en péril ou préoccupantes à l’échelle provinciale)

Sélectionnez l’une des sous-régions ci-dessous pour accéder à la stratégie RCO pour plus d’informations.

RCO, unités biogéographiques marines et sous-régions dans lesquelles l'espèce a été identifiée comme étant prioritaire
RégionSous-région et type de priorité
AucunAucun
 

Références