Profil d'espèce

Rorqual commun Population du Pacifique

Nom scientifique : Balaenoptera physalus
Taxonomie : Mammifères
Répartition du COSEPAC : Océan Pacifique
Date de l’évaluation et le changement de statut: mai 2019
Statut du COSEPAC : Préoccupante
Critères d'évaluation du COSEPAC: Correspond au critère de la catégorie « menacée », A1d, mais espèce désignée « préoccupante » en raison de la forte augmentation de l’abondance dans les eaux américaines voisines et de la probabilité d’immigration en provenance de ces aires adjacentes.
Justification de la désignation du COSEPAC: L’abondance de cette grande baleine semble se rétablir de l’épuisement des stocks causé par la chasse industrielle qui a pris fin au milieu des années 1970. Les estimations actuelles de l’abondance sont inférieures à 1 000 individus matures, mais elles ne tiennent pas compte des eaux canadiennes au-delà du plateau continental, où un nombre important d’individus ont été observés lors d’un relevé effectué en 2018. De plus, les populations des eaux américaines voisines augmentent et pourraient faire croître la population canadienne. Les individus continuent d’être exposés à des risques, principalement à cause des collisions avec des navires et du bruit sous-marin causé par le transport maritime.
Historique du statut du COSEPAC: L'espèce a été considérée comme une unité et a été désignée « préoccupante » en avril 1987. Division en deux populations (population du l'Atlantique et population du Pacifique) en mai 2005. La population du Pacifique a été désignée « menacée » en mai 2005. Réexamen du statut : l'espèce a été désignée « préoccupante » en mai 2019.
Statut de la LEP : Annexe 1, Menacée
Date d’inscription (AAAA-MM-JJ): 2006-08-15

Les individus de cette espèce pourraient être protégés en vertu de l'annexe 1 de la LEP sous un autre nom. Pour plus d'information voir l'annexe 1, l'index des espèces de A à Z, ou le cas échéant, le tableau des espèces apparentées ci-dessous.


Recherche avancée

Espèces apparentées

Espèce Statut
COSEPAC
Statut
sous la
LEP
Rorqual commun Non active Préoccupante

Liens rapides : | Protection | Initiatives de rétablissement | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Protection

Protection fédérale

De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement pour le rorqual bleu, le rorqual commun et le rorqual boréal (Balaenoptera musculus, B. physalus et B. borealis) dans les eaux canadiennes du Pacifique
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe technique du plan d'action pour le rorqual bleu, commun, boréal et de la baleine noire du Pac

  • Jonathan Thar - Président/Contact - Pêches et Océans Canada
    Tél. : 604-666-3811  Téléc. : 604-666-3341  Envoyer un courriel

Haut de la page

Progrès et activités de rétablissement

Résumé des progrès réalisés à ce jour Les rorquals boréals et communs figurent, à l’échelle internationale, sur la liste des espèces protégées par la International Whaling Commission et comme espèces en voie de disparition par l’Union mondiale pour la nature (UICN). Un programme de rétablissement visant plusieurs espèces, notamment le rorqual boréal et le rorqual commun, a été élaboré. Son but est d’arriver à des populations viables à long terme de rorquals boréals et de rorquals communs dans les eaux canadiennes du Pacifique grâce à l’identification des habitats critiques, à l’établissement du degré d’abondance des espèces et de leur répartition ainsi qu’à l’atténuation des menaces. Le Vancouver Aquarium Marine Science Centre et la Cetus Research and Conservation Society travaillent à la conservation de l’environnement marin en favorisant la gestion et la recherche au sein des collectivités et en parrainant des activités qui contribuent directement au rétablissement des rorquals, notamment les rorquals boréals et communs. Résumé des activités de recherche et de suivi Le programme de recherche sur les cétacés du ministère des Pêches et des Océans (MPO) et d’autres participants ont réalisé des études annuelles afin d’évaluer le nombre de rorquals communs et d’établir la présence de rorquals boréals dans les eaux canadiennes du Pacifique. Dans la mesure du possible, les baleines aperçues pendant ces études sont photographiées aux fins d’identification et de comparaison avec les catalogues de baleines aperçues dans les eaux américaines. Un suivi acoustique, à l’aide d’appareils d’enregistrement acoustiques submersibles, est aussi effectué. Les signalements de dauphins, de marsouins et de baleines sont recueillis par le BC Cetacean Sightings Network du Vancouver Aquarium Marine Science Centre depuis 1972, ce qui aide à déterminer la répartition de même que l’abondance relative de nombreuses espèces, dont les rorquals boréals et communs. La Cetus Research and Conservation Society collabore également avec un réseau de bénévoles afin de chercher, de recueillir, de vérifier et d’enregistrer les signalements de baleines. Résumé des activités de rétablissement Le Vancouver Aquarium Marine Science Centre a comparé les modèles de déplacement de l’industrie maritime avec les zones de forte population de rorquals boréals pour déterminer les secteurs présentant un risque élevé de collisions avec des navires. Le BC Cetacean Sightings Network est appuyé par des activités favorisant la gestion, par la collectivité, y compris une page Web interactive, des blogues en ligne et des pages de nouvelles, des publications destinées aux jeunes, des affiches et il entretient des relations avec les observateurs qui contribuent aux enregistrements des signalements. Le ministère des Pêches et des Océans dispose d’un programme d’intervention en cas d’incident impliquant un mammifère marin afin d’intervenir en cas de besoin, y compris lorsqu’il s’agit de rorquals boréals et communs. Parmi ces incidents, on inclut les violations à la Loi sur les pêches ou à la Loi sur les espèces en péril (LEP), les échouements d’animaux vivants ainsi que les animaux morts, malades ou blessés et les enchevêtrements. Toutes les interventions impliquant des rorquals boréals et communs dans les eaux canadiennes du Pacifique sont compilées par le programme et seront utilisées afin de mieux identifier les menaces et d’élaborer des stratégies précises d’atténuation des impacts. Pêches et Océans Canada travaille à l’élaboration de prévisions concernant l’habitat des rorquals boréals et communs afin de cibler la cadence des relevés et d’identifier les habitats « potentiels », un élément important de l’identification de l’habitat essentiel. La Cetus Research and Conservation Society tente de réduire les répercussions globales sur les animaux marins grâce au projet « Straitwatch ». Offrant de la formation aux résidents et aux visiteurs du nord de l’île de Vancouver, le projet Straitwatch cherche à accroître la sensibilisation aux questions de conservation et aux espèces marines locales en péril, comme le rorqual boréal et le rorqual commun. Un navire d’intendance patrouille les secteurs préoccupants, offrant aux plaisanciers des lignes directrices sur les activités qui pourraient présenter un danger pour les mammifères marins et des renseignements sur les espèces en péril tout en effectuant le suivi pour les espèces vulnérables. L’initiative de planification de la zone de gestion intégrée de la côte nord du Pacifique comportera des stratégies d’atténuation des menaces qui pèsent sur les espèces en péril et de protection des habitats essentiels sur la côte nord de la Colombie Britannique; les efforts seront concentrés sur le bassin de la Reine-Charlotte, à partir du bassin jusqu’au au détroit Hécate. La zone marine s’étend jusqu’à la base du plateau continental et, par conséquent, comprend une portion importante de l’habitat des rorquals boréals et communs situé sur la plate-forme des eaux canadiennes du Pacifique.

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

49 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports sur les progrès de la mise en œuvre du document de rétablissement

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le rorqual commun (Balaenoptera physalus) au Canada – Mise à jour (2005-08-12)

    Les rorquals communs de l'hémisphère sud et de l'hémisphère nord sont considérés comme des sous-espèces, en raison de légères différences morphologiques et de leur isolement reproductif soupçonné : le B. p. physalus vit dans l'hémisphère nord, et le B. p. quoyi, dans l'hémisphère sud. En français, ce cétacé est également appelé baleine à nageoires et baleinoptère commun. Les noms anglais les plus souvent employés sont fin whale, finback et finner.
  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Rorqual commun (Balaenoptera physalus), population de l'Atlantique et population du Pacifique, au Canada (2019-12-09)

    Le rorqual commun, cétacé de grande taille (les adultes atteignent 25 m), appartient à la famille des Balénoptéridés. Comme la plupart des membres de cette famille, le rorqual commun se caractérise par une silhouette hydrodynamique et une vitesse de nage rapide. Seul le rorqual bleu (B. musculus) est plus grand. À l’exception du rorqual à bosse (Megaptera novaeangliae), les membres de la famille des Balénoptéridés sont semblables en termes d’apparence générale, et certaines espèces peuvent être difficiles à distinguer en mer. La caractéristique la plus distinctive du rorqual commun est la pigmentation asymétrique inhabituelle de la mâchoire inférieure, foncée à gauche et pâle à droite. Cette asymétrie continue sur une partie des fanons. Notez : La ministre a reçu cette évaluation du COSEPAC le 15 octobre 2018.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Rorqual commun, Population du Pacifique (2020) (2020-01-07)

    COVID-19 et les consultations sur l'inscription des espèces en péril En raison de la situation actuelle avec la COVID-19, il peut ne pas être possible de tenir des réunions en personne. Nous nous efforcerons de faire en sorte que toutes les parties connues, potentiellement affectées, aient la possibilité de contribuer aux consultations et que le processus de consultation soit souple et adapté au contexte actuel. L’abondance de cette grande baleine semble se rétablir de l’épuisement des stocks causé par la chasse industrielle qui a pris fin au milieu des années 1970. Les estimations actuelles de l’abondance sont inférieures à 1 000 individus matures, mais elles ne tiennent pas compte des eaux canadiennes au-delà du plateau continental, où un nombre important d’individus ont été observés lors d’un relevé effectué en 2018. De plus, les populations des eaux américaines voisines augmentent et pourraient faire croître la population canadienne. Les individus continuent d’être exposés à des risques, principalement à cause des collisions avec des navires et du bruit sous-marin causé par le transport maritime.
  • Énoncés de réaction - Rorqual commun (2005-11-15)

    L’espèce est actuellement observée seulement de façon peu fréquente dans les anciens lieux de pêche à la baleine au large de la Colombie-Britannique. La pêche côtière à la baleine a réduit la population entre 1905 et 1967 d’au moins  7 600 individus, et des milliers d’autres individus ont été pris lors de pêches pélagiques durant les années 1970. Le taux des prises des stations de pêche côtière à la baleine a diminué de façon abrupte au large de la Colombie-Britannique au cours des années 1960. En se basant sur l’importante diminution de la population et un délai de temps insuffisant pour son rétablissement, on en a déduit que la population actuelle est inférieure à 50 % de son niveau d’il y a 60 à 90 ans. Les individus continuent d’être vulnérables aux collisions avec des navires et à l’enchevêtrement dans des engins de pêche.

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement pour le rorqual bleu, le rorqual commun et le rorqual boréal (Balaenoptera musculus, B. physalus et B. borealis) dans les eaux canadiennes du Pacifique (2006-07-14)

    Le programme de rétablissement offre le fondement scientifique nécessaire pour le rétablissement des populations de rorquals bleus, communs et boréaux qui fréquentent les eaux canadiennes du Pacifique au large de la côte de la Colombie-Britannique. Les connaissances dont on dispose sur ces rorquals dans cette région océanique sont limitées. Aussi, la collecte de données de base sur l'abondance et la répartition des espèces, leurs habitats essentiels et les menaces qui pèsent sur elles constitue la première étape à franchir pour en assurer le rétablissement. Au fur et à mesure que l'information sera recueillie, le programme de rétablissement pourra être modifié en fonction des nouveaux résultats (un exemplaire du document modifié doit être incorporé au registre public).

Plans d'actions

  • Plan d'action pour le rorqual bleu, le rorqual commun, le rorqual boréal et la baleine noire du Pacifique Nord (Balaenoptera musculus, B. physalus, B. borealis, et Eubalaena japonica) dans les eaux canadiennes (2017-03-09)

    Ce plan d'action vise l'ensemble des populations de rorqual bleu, de rorqual commun, de rorqual boréal et de baleine noire des eaux canadiennes du Pacifique Nord (Balaenoptera musculus, B. physalus, B. borealis, et Eubalaena japonica). Il indique les mesures de rétablissement à mettre en œuvre afin d'atteindre les buts et les objectifs globaux esquissés dans le Programme de rétablissement pour le rorqual bleu, le rorqual commun et le rorqual boréal dans les eaux canadiennes du Pacifique (Gregr et al. 2006) et dans le Programme de rétablissement pour la baleine noire du Pacifique Nord (MPO 2011). On regroupe ces quatre espèces en raison de leur répartition géographique semblable, des menaces communes qui pèsent sur leur survie et de l'intégration plus efficace des activités et des ressources nécessaires au rétablissement.
  • Plan d'action visant des espèces multiples dans la réserve de parc national, réserve d’aire marine nationale de conservation et site du patrimoine haïda Gwaii Haanas (2016-07-04)

    Le Plan d’action visant des espèces multiples dans la réserve de parc national, réserve d’aire marine nationale de conservation et site du patrimoine haïda Gwaii Haanas satisfait à l’article 47 de la Loi sur les espèces en péril (LEP), qui exige l’élaboration d’un plan d’action pour les espèces présentes à l’intérieur des limites de ce site nécessitant un plan d’action. Ce plan d’action sera mis à jour afin d’inclure toutes les mesures de conservation et de rétablissement des espèces marines en péril après l’achèvement du premier plan directeur intégré pour la terre, la mer et les gens concernant la réserve de parc national, réserve d’aire marine nationale de conservation, et site du patrimoine haïda Gwaii Haanas (ci­après appelé Gwaii Haanas). Les mesures décrites dans ce plan profiteront également à d’autres espèces avec des préoccupations de conservation, qui sont régulièrement présentes sur le site.

Décrets

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2005 (2005-08-12)

    Le rapport annuel de 2005 présenté au Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril (CCCEP) par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.

Permis et accords connexes

  • Raison pour l'émission de la licence(#14-PPAC-00029 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2014-06-19)

    L'objectif de cette recherche est d'estimer le nombre de déplacements et d'utilisations de l'habitat et des espèces fourragères des cétacés autour du détroit de Caamano et jusqu'au chenal Douglas. De plus, ces données statistiques pourraient aider à éventuellement identifier l'habitat essentiel à la survie et au rétablissement de l'espèce. Un réseau d'hydrophones précédemment établi sera utilisé pour enregistrer les chants des baleines et évaluer leur présence et leur activité. Ces travaux contribueront également à l'éducation et à la sensibilisation du public sur les baleines qui peuplent le territoire.
  • Raison pour l'émission de la licence(#14-PPAC-00031 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2014-06-19)

    Étude sur l'écologie de l'alimentation, l'abondance et le comportement des mammifères marins dans la mer des Salish. Les approches de près des bateaux sont autorisées à des fins de photo-identification et de collecte de séquences vidéo sous-marines et d'échantillons hydroacoustiques. Des échantillons de proies et de matières fécales seront prélevés pour une évaluation de la santé et de l'alimentation.
  • Raison pour l'émission de la licence(#16-PPAC-00005 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2016-02-11)

    Les représentants mandatés du MPO, du Centre de la santé animale et de l'aquarium de Vancouver sont autorisés à recueillir à des fins de diagnostic tous les tissus, les fluides provenant d'un organe et/ou le sang de parties mortes récupérées ou d'autres matériaux prélevés sur les tortues et les mammifères marins morts.
  • Raison pour l'émission de la licence(#18-PPAC-00022 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2018-04-19)

    Le but de cette recherche est de comprendre les tendances démographiques, les menaces et l'écologie de l'alimentation des cétacés communs en Colombie-Britannique, notamment les populations menacées d'épaulards résidents du Nord, les itinérants et les rorquals communs.
  • Raison pour l'émission de la licence(#18-PPAC-00027 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2018-06-26)

    L'étude actuelle pour évaluer les cétacés et les écosystèmes en Californie (California Current Cetacean and Ecosystem Assessment Survey) est une étude scientifique conçue pour évaluer l'état des stocks de mammifères marins et surveiller l'écosystème qu'ils habitent. Des données sur la distribution des cétacés, leur taille et la composition des bancs de poissons sont recueillies pour déterminer l'abondance. Des biopsies cutanées de cétacés seront utilisées pour étudier la structure des stocks et les relations phylogéniques. Les photographies documenteront les variations géographiques et les caractéristiques physiques des individus. Les données océanographiques décriront les caractéristiques de l'habitat des cétacés et leurs changements au cours du temps.
  • Raison pour l'émission de la licence(#19-PPAC-00034 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2019-07-07)

    L'étude vise à déterminer la propagation du son (détectabilité sur la distance) pour les appels d'épaulards dans leur habitat, y compris les conditions de bruit naturel et anthropique. Les activités permises en vertu de ce permis doivent consister en l'évaluation des fréquences de vocalisation des épaulards, qui varient selon l'emplacement, l'habitat et les périodes de l'année. L'étude vise à mieux comprendre l'impact du bruit sur les fréquences de vocalisation et à déterminer l'emplacement optimal des stations de surveillance acoustique passive des épaulards. Les sons simulés, y compris les appels d'épaulards, doivent être projetés sous l'eau à partir d'une source fixe et enregistrés par hydrophones à différentes distances et sous différents angles de la source au moyen d'une plateforme mobile (petit bateau). Cette information servira également à déterminer les emplacements optimaux pour la surveillance acoustique passive et le suivi des baleines. Les activités permises en vertu de ce permis comprennent ce qui suit : 1. Des sons simulés, y compris des appels d'épaulards, peuvent être projetés sous l'eau à partir d'une source fixe (bateau ancré) au moyen d'un projecteur de sons sous-marins suspendu à une profondeur fixe de 10 ou 25 m et enregistrés par deux ou plusieurs hydrophones à différentes distances et à différents angles. 2. Aucune projection sonore n'est effectuée lorsque des cétacés sont présents à moins de 5 km du bateau enregistreur et du bateau de projection sonore. 3. La zone doit être surveillée visuellement et acoustiquement pour les cétacés pendant 30 minutes avant les essais acoustiques pour s'assurer qu'aucun cétacé n'est présent à moins de 5 km. Si des cétacés sont présents dans un rayon de 5 km, les essais acoustiques doivent être retardés ou interrompus et la surveillance doit se poursuivre pendant 30 minutes supplémentaires avant que les essais acoustiques puissent reprendre.
  • Raison pour l'émission de la licence(#20-PPAC-00017 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2020-06-01)

    Il s'agit d'une comparaison des impacts liés à l'alimentation et à l'exposition aux produits toxiques sur la reproduction des épaulards résidents du Sud, des épaulards itinérants de Bigg et des cétacés à fanons. Cette comparaison se fait en utilisant des mesures non invasives d'analyse des métabolites d'hormone et des substances toxiques provenant du prélèvement d'échantillons fécaux.
  • Raison pour l'émission de la licence(#DFO-PAF SARA 104 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2009-07-14)

    Le titulaire de permis est autorisé à prélever des échantillons de matières fécales d'épaulards afin d'évaluer les niveaux des hormones de stress en réponse à des menaces anthropiques en augmentation. Ces efforts sont entrepris en collaboration avec l'Université de Washington et ses recherches sur une évaluation plus large des hormones thyroïdiennes fécales des épaulards résidents du Sud. L'objectif secondaire est de prendre des photographies de mammifères marins de façon lorsque l'occasion se présente dans les eaux du passage intérieur. Durant cette étude les efforts de photo-identification se poursuivront en collaboration avec les chercheurs du MPO et d'autres intervenants dans la région du Pacifique.
  • Raison pour l'émission de la licence(#DFO-PAF SARA 106), en vertu de l'article 74 de la LEP (2010-01-01)

    Les représentants mandatés du MPO, du Centre de la santé animale et de l'aquarium de Vancouver sont autorisés à recueillir à des fins de diagnostic tous les tissus, les fluides provenant d'un organe et/ou le sang de parties mortes récupérées ou d'autres matériaux prélevés sur les tortues et les mammifères marins morts.
  • Raison pour l'émission de la licence(#DFO-PAF SARA 107), en vertu de l'article 74 de la LEP (2010-02-09)

    Les représentants mandatés du MPO, du Centre de la santé animale et de l'aquarium de Vancouver sont autorisés à recueillir à des fins de diagnostic tous les tissus, les fluides provenant d'un organe et/ou le sang de parties mortes récupérées ou d'autres matériaux prélevés sur les tortues et les mammifères marins morts.
  • Raison pour l'émission de la licence(#DFO-PAF SARA 111 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2010-06-15)

    Le titulaire de permis est autorisé à prélever des échantillons de matières fécales d'épaulards afin d'évaluer les niveaux des hormones de stress en réponse à des menaces anthropiques en augmentation. Ces efforts sont entrepris en collaboration avec l'Université de Washington et ses recherches sur une évaluation plus large des hormones thyroïdiennes fécales des épaulards résidents du Sud.
  • Raison pour l'émission de la licence(#DFO-PAF SARA 151 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2010-01-01)

    Des représentants agréés du MPO et de l'aquarium de Vancouver sont autorisés à désenchevêtrer les pinnipèdes, les cétacés ou les tortues de mer des engins de pêche et autres débris provenant d'activités humaine.
  • Raison pour l'émission de la licence(#DFO-PAF SARA 152 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2011-05-30)

    L'objectif de cette recherche est d'estimer le nombre de déplacements et d'utilisations de l'habitat et des espèces fourragères des cétacés autour du détroit de Caamano et jusqu'au chenal Douglas. De plus, ces données statistiques pourraient aider à éventuellement identifier l'habitat essentiel à la survie et au rétablissement de l'espèce. Ces travaux contribueront également à l'éducation et à la sensibilisation du public sur les baleines qui peuplent le territoire.
  • Raison pour l'émission de la licence(#DFO-PAF SARA 153 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2012-08-02)

    Des représentants mandatés de l'Agence des pêches, du ministère de l'Agriculture, des Forêts et des Pêches, sont autorisés à photographier les baleines pour les identifier, à filmer en vidéo et effectuer des études de transects linéaires pour faire des estimations de l'abondance qui aideront la recherche et contribueront au rétablissement de ces espèces en péril.
  • Raison pour l'émission de la licence(#DFO-PAF SARA 154 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2012-05-01)

    Les représentants mandatés de l'aquarium de Vancouver sont autorisés à prendre des photographies les baleines pour les identifier, à prélever des échantillons de biopsie, de proies et de matières fécales afin de déterminer leur répartition hivernale et leur régime alimentaire. Ces données aident la recherche et contribuent au rétablissement de ces espèces en péril. La quantité limitée de proies et les contaminants sont les deux principales menaces anthropiques pour ces espèces. L'échantillonnage par biopsie fournira des informations sur la concentration des contaminants et éventuellement de nouveaux contaminants, l'analyse des acides gras sur le régime alimentaire et l'échantillonnage génétique sur la filiation paternelle.
  • Raison pour l'émission de la licence(#DFO-PAF SARA 157 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2012-07-01)

    Cette étude concentrera ses efforts sur les dauphins à flancs blancs du Pacifique. Cependant des photographies et des échantillons de matières fécales et de proies d'autres espèces de mammifères marins seront collectés lorsque l'occasion se présentera et partagés avec des collègues du MPO et d'autres chercheurs sur les mammifères marins.
  • Raison pour l'émission de la licence(#DFO-PAF SARA 159 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2013-01-22)

    Les représentants mandatés du MPO, du Centre de la santé animale et de l'aquarium de Vancouver sont autorisés à recueillir à des fins de diagnostic tous les tissus, les fluides provenant d'un organe et/ou le sang de parties mortes récupérées ou d'autres matériaux prélevés sur les tortues et les mammifères marins morts.
  • >> Visionnez le reste des Permis et accords connexes

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril : Novembre 2005 (2005-11-16)

    Le gouvernement du Canada a promulgué la Loi sur les espèces en péril (LEP), le 5 juin 2003 dans le cadre de sa stratégie sur les espèces en péril. L'annexe 1 de cette loi, appelée ici « liste de la LEP », énumère les espèces qui sont protégées en vertu de la loi. Les Canadiens sont invités à exprimer leur opinion concernant l'inscription à la liste de la LEP de toutes les espèces incluses dans ce document ou de certaines d'entre elles.

Plans d'affichage des documents de rétablissement

  • Plan de publication de documents relatifs au rétablissement - Pêches et Océans Canada - Exercice financier 2016-2017 (2018-09-28)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), les ministres compétents doivent préparer un programme de rétablissement dans un délai d'un an dans le cas de l'inscription d'une espèce à l'annexe 1 de la LEP à titre d'espèce en voie de disparition et dans un délai de deux ans dans le cas de l'inscription d'une espèce à titre d'espèce disparue du pays ou menacée. Un plan de gestion doit être préparé dans un délai de trois ans pour une espèce inscrite à titre d'espèce préoccupante. Pêches et Océans Canada (MPO) est responsable de 111 des 518 espèces inscrites sur la liste de la Loi sur les espèces en péril. En février 2016, les programmes de rétablissement, les plans de gestion et les plans d'action de 57 de ces espèces n'avaient pas encore été publiés dans le Registre public des espèces en péril. En outre, les plan de gestion ou d'action de 23 autres espèces aquatiques arriveront prochainement à échéance. La tableau ci-dessous donne un aperçu du plan ministériel de publication dans le Registre public des espèces en péril des documents proposés pour 64 espèces. Le plan du Ministère est de publier des programmes de rétablissement pour 9 espèces, des plans de gestion pour 13 espèces et des plans d'action pour 42 espèces au cours de l'année à venir. Publication originale du Plan de publication de documents relatifs au rétablissement : 2016-05-02
Date de modification :