Profil d'espèce

Rorqual commun Population de l'Atlantique

Nom scientifique : Balaenoptera physalus
Taxonomie : Mammifères
Répartition du COSEPAC : Océan Atlantique
Date de l’évaluation et le changement de statut: mai 2019
Statut du COSEPAC : Préoccupante
Critères d'évaluation du COSEPAC:
Justification de la désignation du COSEPAC: La chasse à la baleine a réduit l’abondance de cette espèce dans l’Atlantique canadien pendant une grande partie du 20e siècle. Bien que cette chasse ait pris fin dans les eaux canadiennes en 1972, elle se poursuit dans les eaux du Groenland et de l’Islande. Les estimations non corrigées de l’abondance de l’espèce provenant de deux relevés à grande échelle dans les eaux du plateau continental canadien en 2007 et en 2016 laissent penser qu’il y a un peu plus de 1 500 individus matures. Un déclin de l’abondance a été documenté dans certaines régions, comme dans le golfe du Saint-Laurent, mais rien ne prouve que ce déclin s’applique à l’ensemble de la population canadienne. À l’heure actuelle, cette espèce fait face à un certain nombre de menaces, dont les collisions avec des navires, l’enchevêtrement dans les engins de pêche, le bruit et la dégradation générale de l’habitat.
Historique du statut du COSEPAC: L'espèce a été considérée comme une unité et a été désignée « préoccupante » en avril 1987. Division en deux populations (population de l'Atlantique et population du Pacifique) en mai 2005. La population de l'Atlantique a été désignée « préoccupante » en mai 2005. Réexamen et confirmation du statut en mai 2019.
Statut de la LEP : Annexe 1, Préoccupante
Date d’inscription (AAAA-MM-JJ): 2006-08-15

Les individus de cette espèce pourraient être protégés en vertu de l'annexe 1 de la LEP sous un autre nom. Pour plus d'information voir l'annexe 1, l'index des espèces de A à Z, ou le cas échéant, le tableau des espèces apparentées ci-dessous.


Recherche avancée

Espèces apparentées

Espèce Statut
COSEPAC
Statut
sous la
LEP
Rorqual commun Non active Préoccupante

Liens rapides : | Protection | Programme national de rétablissement | Documents

Protection

Protection fédérale

De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

19 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le rorqual commun (Balaenoptera physalus) au Canada – Mise à jour (2005-08-12)

    Les rorquals communs de l'hémisphère sud et de l'hémisphère nord sont considérés comme des sous-espèces, en raison de légères différences morphologiques et de leur isolement reproductif soupçonné : le B. p. physalus vit dans l'hémisphère nord, et le B. p. quoyi, dans l'hémisphère sud. En français, ce cétacé est également appelé baleine à nageoires et baleinoptère commun. Les noms anglais les plus souvent employés sont fin whale, finback et finner.
  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Rorqual commun (Balaenoptera physalus), population de l'Atlantique et population du Pacifique, au Canada (2019-12-09)

    Le rorqual commun, cétacé de grande taille (les adultes atteignent 25 m), appartient à la famille des Balénoptéridés. Comme la plupart des membres de cette famille, le rorqual commun se caractérise par une silhouette hydrodynamique et une vitesse de nage rapide. Seul le rorqual bleu (B. musculus) est plus grand. À l’exception du rorqual à bosse (Megaptera novaeangliae), les membres de la famille des Balénoptéridés sont semblables en termes d’apparence générale, et certaines espèces peuvent être difficiles à distinguer en mer. La caractéristique la plus distinctive du rorqual commun est la pigmentation asymétrique inhabituelle de la mâchoire inférieure, foncée à gauche et pâle à droite. Cette asymétrie continue sur une partie des fanons. Notez : La ministre a reçu cette évaluation du COSEPAC le 15 octobre 2018.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Rorqual commun, Population de l'Atlantique (2020) (2020-01-07)

    La chasse à la baleine a réduit l’abondance de cette espèce dans l’Atlantique canadien pendant une grande partie du 20e siècle. Bien que cette chasse ait pris fin dans les eaux canadiennes en 1972, elle se poursuit dans les eaux du Groenland et de l’Islande. Les estimations non corrigées de l’abondance de l’espèce provenant de deux relevés à grande échelle dans les eaux du plateau continental canadien en 2007 et en 2016 laissent penser qu’il y a un peu plus de 1 500 individus matures. Un déclin de l’abondance a été documenté dans certaines régions, comme dans le golfe du Saint-Laurent, mais rien ne prouve que ce déclin s’applique à l’ensemble de la population canadienne. À l’heure actuelle, cette espèce fait face à un certain nombre de menaces, dont les collisions avec des navires, l’enchevêtrement dans les engins de pêche, le bruit et la dégradation générale de l’habitat.
  • Énoncés de réaction - Rorqual commun (2005-11-15)

    La pêche à la baleine a réduit la taille de cette population pendant une grande partie du XXe siècle. Cependant, l’espèce est aperçue de façon relativement fréquente au large du Canada atlantique et n’est pas chassée depuis 1971. Son abondance et son niveau d’appauvrissement actuels comparativement aux niveaux qui existaient avant le début de la pêche à la baleine sont incertains. Les rorquals sont confrontés à un certain nombre de menaces, dont les collisions avec des navires et l’enchevêtrement dans des engins de pêche, mais aucune de ces dernières ne semblent menacer gravement la population.

Plans d'actions

Plans de gestion

  • Plan de gestion du rorqual commun (Balaenoptera physalus), population de l’Atlantique au Canada (2017-01-25)

    La population de rorqual commun de l’Atlantique a été réduite par la chasse pratiquée pendant une grande partie du XXe siècle. Cependant, l’espèce n’est plus chassée au Canada depuis 1971 et est aperçue de façon relativement fréquente au large des côtes atlantique et à l’intérieur du golfe et de l’estuaire du Saint-Laurent. Elle a été désignée préoccupante en mai 2005 par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada et a été officiellement inscrite à l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril en juillet 2006 à titre d’espèce préoccupante, car elle pourrait devenir menacée ou en voie de disparition en raison d’une combinaison de caractéristiques biologiques et de menaces.

Décrets

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2005 (2005-08-12)

    Le rapport annuel de 2005 présenté au Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril (CCCEP) par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.

Permis et accords connexes

  • Raison pour l'émission d'autres documents similaires(#QUE-LEP-003-2019 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2019-06-18)

    Le GREMM poursuit un suivi à long terme visant à élucider les relations entre la structure sociale du béluga, son comportement, ses préférences écologiques et sa condition physique en vue d'identifier son habitat essentiel et les menaces à son rétablissement. Il s'appuie sur la poursuite de recensements systématiques par photo-identification, l'étude du comportement social et acoustique par le suivi troupeaux de taille et de composition diversifiées, l'évaluation d'indices de condition des individus «connus» par le prélèvement de biopsies et la photogrammétrie. En activité secondaire, une collecte opportuniste de photo-identifications de baleines noires de l'Atlantique Nord, de Rorquals Bleu et de rorquals communs sera effectuée. Le titulaire du permis est autorisé à entreprendre les activités suivantes : 1. Faire des approches répétées de bélugas, de baleines noires de l'Atlantique Nord, de Rorquals Bleu et de rorquals communs à partir d'un bateau. 2. Documenter et photographier des bélugas, des baleines noires de l'Atlantique Nord, des Rorquals Bleu et des rorquals communs. 3. Survoler des bélugas à l'aide d'un drone afin d'obtenir des images aériennes pour documenter le comportement des individus. 4. Documenter l'environnement sonore et le comportement vocal des bélugas à l'aide d'un hydrophone. 5. Réaliser des suivis de groupes de bélugas de taille et de composition variées afin d'assurer une représentation équitable de tous les types de groupe (en fonction des secteurs, des troupeaux et des types de groupe précédemment échantillonnés). 6. Prélever des biopsies sur des bélugas au moyen d'une carabine de type PaxArm calibre 22 armée d'une fléchette munie d'un dard stérile en acier inoxydable, conformément au protocole approuvé par le Comité institutionnel de protection des animaux.
  • Raison pour l'émission d'autres documents similaires(#QUE-LEP-005B-2019 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2019-08-06)

    Mener des recherches pour mieux comprendre et traiter les effets cumulatifs du bruit de la navigation sur les baleines noires de l'Atlantique Nord (NARW), les baleines à bec communes et d'autres cétacés dans les eaux de l'est du Canada. Il s'agit notamment de mieux établir des bases de référence pour le bruit dans l'est du Canada (ainsi que pour la santé et le bien-être des animaux), d'examiner les chevauchements potentiels avec les occurrences de NARW et de mieux comprendre les impacts du bruit sur les NARW. Le titulaire du permis est autorisé à effectuer les activités suivantes : 1. Approcher de près et de manière répétée les espèces mentionnées dans le présent document avec un bateau à une distance inférieure à 100 mètres. 2. Prendre des photographies de mammifères marins. 3. Prélèvement d'échantillons de biopsie à l'aide d'une arbalète et de fléchettes à biopsie des espèces mentionnées dans le présent document. 4. Collecte d'échantillons de matières fécales. 5. Étiquetage ou marquage et fixation d'une ventouse sur les espèces mentionnées dans le présent document. 6. Utilisation d'un drone pour obtenir des photos aériennes afin d'identifier les individus par photo-identification et pour recueillir des échantillons de souffle.
  • Raison pour l'émission d'autres documents similaires(#QUE-LEP-006-2020 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2020-06-23)

    Le Centre québécois sur la santé des animaux sauvages (CQSAS), dans le cadre des interventions réalisées pour le compte du Réseau québécois d'urgences pour les mammifères marins (RQUMM), pourra être amené à participer à des opérations d'échantillonnages de mammifères marins et de tortues marines en détresse ou mort. Le CQSAS est autorisé à entreprendre les activités suivantes : 1. Prélever des échantillons biologiques sur des carcasses de mammifères marins et de tortues listées comme disparues du pays, en voie de disparition ou menacées en vertu de la LEP ; 2. Transporter à l'intérieur des frontières canadiennes des échantillons biologiques de mammifères marins et de tortues; 3. Procéder aux premiers soins et à l'échantillonnage de souffle sur des cétacés échoués vivants; 4. Procéder à la remise à l'eau de petits cétacés échoués vivants; 5. Procéder à la capture et à la relocalisation de pinnipèdes portant atteinte à la sécurité publique. 6. Nécropsier des carcasses de mammifères marins dans les limites territoriales de la province du Québec 7. Transporter et remorquer des carcasses de mammifères marins dans les limites territoriales de la province du Québec; 8. Euthanasier des mammifères marins non inscrit à l'annexe I de la Loi sur les espèces en péril dont l'état de santé laisse présager que l'animal est voué à une mort certaine et imminente ou dont le comportement représente un danger ou est menaçant pour la sécurité publique.
  • Raison pour l'émission d'autres documents similaires(#QUE-LEP-012B-2020 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2020-09-11)

    Décrire l'utilisation de l'habitat et les stratégies d'alimentation des rorquals bleus et des rorquals communs durant les périodes estivale et automnale, suivre leurs migrations saisonnières, et cerner leurs aires d'hivernage. Pour ce faire, des émetteurs seront placés dans la nageoire dorsale des animaux. Une campagne de terrain est aussi prévue afin d'échantillonner par biopsie la peau et le lard de rorquals bleus. La peau servira à déterminer le sexe et la diète des individus alors que le lard servira à déterminer leur état reproducteur. Le titulaire du permis est autorisé à entreprendre les activités suivantes : 1. Faire des approches répétées de rorquals bleu et de rorquals communs à bord des bateaux identifiés à l'article 2. Documenter et photographier des rorquals bleu et des rorquals communs. 3. Fixer des émetteurs satellites sur des rorquals bleus et des rorquals communs au moyen d'un fusil à air comprimé. 4. Prélever des biopsies sur des rorquals bleus, conformément au protocole (16-01c) approuvé par le Comité institutionnel de protection des animaux.
  • Raison pour l'émission de la licence(#DFO-18-PNCR-00001), en vertu de l'article 74 de la LEP (2018-06-18)

    Les activités consistent à libérer les baleines (notamment les baleines noires de l'Atlantique Nord, le rorqual bleu, la baleine-à-bec commune, le bélouga et le rorqual commun), les tortues de mer (notamment les tortues luth et les tortues caouanne), les dauphins et les marsouins pris dans des engins et lignes de pêche. Les activités de sauvetage comprennent des approches répétées en mer à bord de petits navires et des interactions physiques avec des individus dans le but de les mettre en sécurité, de les désenchevêtrer, de les remettre à l'eau et de les libérer d'engins, y compris des filets-pièges, au moyen de protocoles normalisés. De plus, les activités impliquant des animaux morts comprennent la collecte de données biologiques et le transport des animaux à un endroit où des autopsies peuvent être menées. Il n'y aura pas de prélèvement d'échantillons de tissus provenant d'animaux vivants ni d'étiquetage d'animaux vivants.
  • Raison pour l'émission de la licence(#QUE-LEP-002C-2019 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2019-07-15)

    Le MICS effectue des analyses sur la dynamique des populations, la distribution et l'utilisation de l'habitat (par exemple en identifiant les habitats importants) et surveille également les changements de ces paramètres au fil du temps. D'autres travaux comprennent l'étude de la reproduction, des liens génétiques au sein des populations et entre elles, ainsi que des évaluations toxicologiques de ces espèces. La MICS mène également des études sociales et comportementales sur ces espèces. Les activités autorisées par le présent permis consistent à 1. Effectuer des approches rapprochées et répétées des rorquals bleus, rorquals communs, rorquals à bosse, épaulards, petits rorquals, baleines noires de l'Atlantique Nord et cachalots avec un véhicule à une distance inférieure à 100 mètres. 2. Prendre des photos de mammifères marins. 3. Prélever des biopsies à l'aide d'une arbalète et de fléchettes à biopsie de rorquals bleus, rorquals communs, rorquals à bosse, épaulards, petits rorquals et baleines noires de l'Atlantique Nord, conformément au protocole approuvé par le Comité d'éthique et de protection des animaux. 4. Marquer ou fixer des balisessur des individus de baleine bleue, de rorqual commun, de baleine à bosse, d'orque, de petit rorqual et de baleine noire de l'Atlantique Nord. 5. Utiliser un UAV pour obtenir des photos aériennes afin d'identifier les individus par photo-identification.
  • Raison pour l'émission de la licence(#QUE-LEP-003B-2020 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2020-06-23)

    Le Groupe de recherche et d'éducation sur les mammifères marins (GREMM), dans le cadre des interventions réalisées pour le compte du Réseau québécois d'urgences pour les mammifères marins (RQUMM), pourra être amené à participer à des opérations d'échantillonnages de mammifères marins et de tortues marines en détresse ou mort. Le GREMM est autorisé à entreprendre les activités suivantes : 1. Faire des approches répétées vers des cétacés incluant de bélugas, de baleines noires de l'Atlantique Nord, de Rorquals Bleu et de rorquals communs à moins de 100 m de distance; 2. Documenter et photographier des cétacés incluant des bélugas, des baleines noires de l'Atlantique Nord, des Rorquals Bleu et des rorquals communs; 3. Survoler des cétacés incluant de bélugas, de baleines noires de l'Atlantique Nord, de Rorquals Bleu et de rorquals communs à l'aide d'un drone afin d'obtenir des images aériennes pour documenter le comportement des individus; 4. Procéder au marquage de cétacés incluant de bélugas, de baleines noires de l'Atlantique Nord, de Rorquals Bleu et de rorquals communs; 5. Prélever (à la demande express des vétérinaires associés au RQUMM et pour des fins diagnostiques) des biopsies sur des cétacés incluant de bélugas, de baleines noires de l'Atlantique Nord, de Rorquals Bleu et de rorquals commun au moyen d'une carabine de type PaxArm calibre 22 armée d'une fléchette munie d'un dard stérile en acier inoxydable, conformément au protocole approuvé par le Comité institutionnel de protection des animaux; 6. Prélever des échantillons biologiques sur des carcasses de mammifères marins et de tortues; 7. Transporter à l'intérieur des frontières canadiennes des échantillons biologiques de mammifères marins et de tortues. 8. Procéder aux premiers soins et à l'échantillonnage de souffle sur des cétacés échoués vivants; 9. Interagir ou déplacer un mammifère marin, y compris les baleines, dauphins, marsouins, phoques dans le but d'aider le mammifère marin dans des situations d'enchevêtrement, d'échouage ou de piégeage, ou de blessure ou dans le but d'une nécropsie ou d'une évaluation de la santé; 10. Procéder à la remise à l'eau de petits cétacés échoués vivants; 11. Procéder à la capture et à la relocalisation de pinnipèdes portant atteinte à la sécurité publique.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril : Novembre 2005 (2005-11-16)

    Le gouvernement du Canada a promulgué la Loi sur les espèces en péril (LEP), le 5 juin 2003 dans le cadre de sa stratégie sur les espèces en péril. L'annexe 1 de cette loi, appelée ici « liste de la LEP », énumère les espèces qui sont protégées en vertu de la loi. Les Canadiens sont invités à exprimer leur opinion concernant l'inscription à la liste de la LEP de toutes les espèces incluses dans ce document ou de certaines d'entre elles.
  • Loi sur les espèces en péril - Cahier de consultation au sujet de l'inscription sur la liste officielle, rorqual commun, population de l'Atlantique (2005-11-15)

    Nous désirons recueillir votre opinion pour aider le gouvernement fédéral à décider de manière fondée si le rorqual commun devrait être ajouté à l'Annexe 1 (la liste des espèces en péril) de la Loi sur les espèces en péril. Vos commentaires concernant les conséquences de l'ajout de cette espèce à la liste sont importants. Ce cahier de consultation a été préparé pour que vous puissiez communiquer à Pêches et Océans Canada vos commentaires et vos conseils concernant l'ajout de cette espèce à l'Annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (L'Annexe 1 identifie les espèces qui sont protégées par cette loi).

Plans d'affichage des documents de rétablissement

  • Plan de publication de documents relatifs au rétablissement - Pêches et Océans Canada - Exercice financier 2016-2017 (2018-09-28)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), les ministres compétents doivent préparer un programme de rétablissement dans un délai d'un an dans le cas de l'inscription d'une espèce à l'annexe 1 de la LEP à titre d'espèce en voie de disparition et dans un délai de deux ans dans le cas de l'inscription d'une espèce à titre d'espèce disparue du pays ou menacée. Un plan de gestion doit être préparé dans un délai de trois ans pour une espèce inscrite à titre d'espèce préoccupante. Pêches et Océans Canada (MPO) est responsable de 111 des 518 espèces inscrites sur la liste de la Loi sur les espèces en péril. En février 2016, les programmes de rétablissement, les plans de gestion et les plans d'action de 57 de ces espèces n'avaient pas encore été publiés dans le Registre public des espèces en péril. En outre, les plan de gestion ou d'action de 23 autres espèces aquatiques arriveront prochainement à échéance. La tableau ci-dessous donne un aperçu du plan ministériel de publication dans le Registre public des espèces en péril des documents proposés pour 64 espèces. Le plan du Ministère est de publier des programmes de rétablissement pour 9 espèces, des plans de gestion pour 13 espèces et des plans d'action pour 42 espèces au cours de l'année à venir. Publication originale du Plan de publication de documents relatifs au rétablissement : 2016-05-02
Date de modification :