Profil d'espèce

Brochet vermiculé

Nom scientifique : Esox americanus vermiculatus
Taxonomie : Poissons
Répartition du COSEPAC : Ontario, Québec
Date de l’évaluation et le changement de statut: novembre 2014
Statut du COSEPAC : Préoccupante
Critères d'évaluation du COSEPAC:
Justification de la désignation du COSEPAC: Ce poisson ne se trouve que dans relativement peu de localités du sud du lac Huron à l’ouest du Québec. La répartition de cette sous-espèce est éparse au Canada et n’est abondante dans aucune zone. La sous-espèce pourrait devenir menacée si la qualité de l’habitat continue de se détériorer en raison des changements dans l’utilisation des terres et des espèces envahissantes.
Historique du statut du COSEPAC: Espèce désignée « préoccupante » en mai 2005. Réexamen et confirmation du statut en novembre 2014.
Statut de la LEP : Annexe 1, Préoccupante
Date d’inscription (AAAA-MM-JJ): 2006-08-15

Les individus de cette espèce pourraient être protégés en vertu de l'annexe 1 de la LEP sous un autre nom. Pour plus d'information voir l'annexe 1, l'index des espèces de A à Z, ou le cas échéant, le tableau des espèces apparentées ci-dessous.


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Brochet vermiculé

Brochet vermiculé Photo 1

Haut de la page

Description

Le brochet vermiculé (Esox americanus vermiculatus) est une sous-espèce du brochet d’Amérique et un membre de la famille des ésocidés. Outre les traits marquants de la famille des brochets (grande bouche, nombreuses dents, queue fourchue et emplacement postérieur des nageoires dorsale et anale), le brochet vermiculé présente les caractéristiques suivantes : Corps long, relativement étroit, de forme cylindrique à subcylindrique; Corps de couleur variable, mais il est généralement de vert à brun et présente de 12 à 24 barres foncées, étroites, irrégulières et verticales ainsi qu’une rayure médio-dorsale brune; Les juvéniles possèdent une bande latérale proéminente de couleur pâle qui disparaît au fur et à mesure de leur croissance; Nageoires inférieures de couleur jaune-vert; Museau allongé présentant un profil concave; Joues et opercules entièrement recouvertes d’écailles (branchies protégées par des plaques osseuses); Habituellement d’une longueur inférieure à 300 millimètres; la longueur totale maximum est de 381 millimètres et le poids est de 500 grammes.

Haut de la page

Répartition et population

L'aire de répartition du brochet vermiculé se limite en grande partie à l'ouest des Appalaches, dans le réseau des Grands Lacs et du fleuve Mississippi. Elle s'étend du sud-ouest du Québec jusqu'au Texas, au sud-ouest et, au nord, jusqu'au Minnesota, à l'ouest. Au Canada, son aire de répartition est discontinue et est représentée par plusieurs populations dans le sud-ouest du Québec et dans le sud de l'Ontario. On a observé l'espèce dans les cours inférieurs de la rivière des Outaouais et du fleuve Saint-Laurent, ainsi que dans les baies peu profondes et les affluents des parties est et sud-ouest du lac Ontario, de même que sur la rive nord du lac Érié. Des populations se trouvent dans le lac Sainte-Claire et dans certains de ses affluents. On en trouve aussi dans plusieurs affluents du bassin versant du lac Huron. L’espèce a été observée dans le fleuve Saint-Laurent, ainsi que dans les baies peu profondes et les affluents des parties est et sud-ouest du lac Ontario, de même que sur la rive nord du lac Érié. Des populations se trouvent dans le lac Sainte-Claire et dans certains de ses affluents, ainsi que dans plusieurs affluents du bassin versant du lac Huron.

Haut de la page

Habitat

L’aire de répartition principale du brochet vermiculé se limite à l’ouest des Appalaches, dans le réseau des Grands Lacs et du fleuve Mississippi. Au Canada, son aire de répartition est discontinue et est représentée par plusieurs populations dans le sud-ouest du Québec et dans le sud de l’Ontario. L’espèce a été observée dans le fleuve Saint-Laurent, ainsi que dans les baies peu profondes et les affluents des parties est et sud-ouest du lac Ontario, de même que sur la rive nord du lac Érié. Des populations se trouvent dans le lac Sainte-Claire et dans certains de ses affluents, ainsi que dans plusieurs affluents du bassin versant du lac Huron. Au Québec, les dernières captures de brochet vermiculé avait été réalisées en 1988. Selon les mentions historiques, l’espèce avait été retrouvée dans trois secteurs séparés par des obstacles naturels et anthropiques (rapides, barrages et déversoirs): 1) dans le lac Saint-François; 2- dans le tronçon fluvial près de Coteau-du-Lac; et 3) dans le lac Saint-Louis et ses affluents. En 2014, une trentaine de brochets vermiculés ont été capturés au Québec, alors que l’espèce n’y avait pas été recensée depuis plus de 25 ans. Les inventaires financés par Pêches et Océans Canada ont permis de détecter la présence de l’espèce dans six tributaires de la rive sud du lac Saint-François. Le brochet vermiculé est associé à des habitats tels des ruisseau à débit lent, des marais et des baies peu profondes de grands lacs, où l’eau est chaude, de couleur claire ou thé et où la végétation aquatique est abondante. Le substrat se compose habituellement de vase, mais l’espèce a aussi été retrouvée où le substrat était composé de roches et de gravier. Les adultes arrivent à la maturité sexuelle à l’âge de deux ans. La fraie a lieu principalement au printemps dans des cours d’eau dont la température se situe entre 8° et 12° Celcius; des données indiquent cependant qu’elle a également lieu de la fin de l’été jusqu’à l’hiver. Les oeufs sont démersaux et collent à la végétation. Aucun nid n’est construit et les œufs et les jeunes ne reçoivent pas de soins parentaux. La longévité est de sept ans ou moins.

Haut de la page

Biologie

Régime alimentaire - Le brochet vermiculé est une espèce prédatrice qui chasse à vue et qui se nourrit de divers organismes pendant toute sa vie. Les jeunes préfèrent les petits invertébrés tandis que les exemplaires plus gros consomment des poissons et des écrevisses ainsi que des nymphes d'insectes aquatiques.  Espèces semblables - On confond souvent le brochet vermiculé avec le jeune grand brochet (Esox lucius) ou, moins fréquemment, avec le jeune maskinongé (E. masquinongy). À l'état adulte, ces deux poisson sont plus gros que le brochet vermiculé, leur corps est plus latéralement comprimé et ils possèdent de 13 à 19 rayons branchiostèges. Ils sont également dépourvus d'écailles entaillées et de barres foncées sous l'oeil. Le brochet maillé (E. niger) compte de 14 à 17 rayons branchiostèges et présente sur les flancs des marques foncées semblables aux mailles d'une chaîne. Le brochet d'Amérique (E. americanus) possède un museau plus court et plus large.

Haut de la page

Menaces

Au Canada, le brochet vermiculé se trouve à l’extrême nord de son aire de répartition. La perte et la dégradation de l’habitat sont les menaces principales à la survie des populations de brochet vermiculé au Canada. Le brochet vermiculé semble avoir des exigences spécifiques en matière d’habitat, et sa viabilité à long terme pourraient être affectée négativement par le développement et l’empiètement humain constants dans certains des milieux où il se trouve. La perte d’habitat en milieu humide liée aux activités agricoles et autres activités de développement est particulièrement préoccupante. Les autres menaces potentielles à la survie des populations de l’Ontario et du Québec incluent : le drainage, la détérioration et la destruction de la végétation aquatique et riveraine, l’apport en sédiments et en éléments nutritifs, l’apport en contaminants, les espèces exotiques, les interactions interspécifiques, les changements climatiques, la pression exercée par la pêche, les fluctuations du niveau de l’eau (au-delà des variations saisonnières), les maladies et les obstacles aux déplacements.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablissement de la région de Essex-Erie

  • Shawn Staton - Président/Contact - Pêches et Océans Canada
    Tél. : 905-336-4864  Téléc. : 905-336-6437  Envoyer un courriel

Équipe de rétablissement des cyprinidés et petits percidés du Québec

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

29 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports sur les progrès de la mise en œuvre du document de rétablissement

Rapports de situation du COSEPAC

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Brochet vermiculé (2015-12-23)

    Ce poisson ne se trouve que dans relativement peu de localités du sud du lac Huron à l’ouest du Québec. La répartition de cette sous-espèce est éparse au Canada et n’est abondante dans aucune zone. La sous-espèce pourrait devenir menacée si la qualité de l’habitat continue de se détériorer en raison des changements dans l’utilisation des terres et des espèces envahissantes.
  • Énoncés de réaction - Brochet vermiculé (2005-11-15)

    Il s’agit d’une sous-espèce connue dans dix emplacements entre le lac St-Louis, au Québec, et le lac Huron, en Ontario. Son habitat habituel est une eau peu profonde présentant une végétation aquatique abondante. Un déclin global d’environ 22 % dans la zone d’occupation a été observé. Ce déclin semble lié à la dégradation et à la perte d’habitat imputables à la canalisation et aux activités de dragage dans les habitats de zones humides où l’espèce se trouve.

Plans d'actions

  • Plan d’action visant des espèces multiples dans le parc national du Canada de la Pointe Pelée et les lieux historiques nationaux du Canada du Niagara (2016-07-05)

    Le Plan d’action visant des espèces multiples dans le parc national du Canada de la Pointe-Pelée et les lieux historiques nationaux du Canada du Niagara s’applique aux terres et aux eaux situées à l’intérieur des limites des deux sites : le parc national du Canada de la Pointe-Pelée (PNPP) et les lieux historiques nationaux du Canada du Niagara (LHNN). Ce dernier terme est utilisé pour désigner collectivement deux endroits de la région du Niagara qui comprennent trois lieux historiques nationaux, soit le lieu historique national du Canada du Fort-George, le lieu historique national du Canada du Champ-de-Bataille-du-Fort-George et le lieu historique national du Canada des Casernes-de-Butler. Le présent plan satisfait aux exigences concernant les plans d’action fixées dans la Loi sur les espèces en péril (LEP; article 47) pour les espèces qui requièrent un plan d’action et qui sont présentes de façon régulière dans ces sites. Les mesures décrites dans le plan vont également entraîner des avantages pour d’autres espèces régulièrement présentes dans le PNPP et les LHNN pour lesquelles il existe des préoccupations quant à leur conservation.
  • Plan d’action visant des espèces multiples dans le parc national du Canada des Mille-Îles (2016-03-29)

    Le Plan d’action visant des espèces multiples dans le parc national du Canada des Mille–Îles est un plan d’action établi en vertu de la Loi sur les espèces en péril (art. 47 de la LEP) pour quatre espèces : carmantine d’Amérique (Justicia americana), noyer cendré (Juglans cinerea), airelle à longues étamines (Vaccinium stamineum) et méné camus (Notropis anogenus). Le plan porte aussi sur les mesures de surveillance et de gestion de 30 autres espèces préoccupantes sur le plan de la conservation qui se trouvent périodiquement dans le parc. Ce plan n’est applicable que dans les terres et les eaux situées à l’intérieur des limites du parc national du Canada des Mille–Îles.

Plans de gestion

  • Plan de gestion du brochet vermiculé (Esox americanus vermiculatus) au Canada (2012-04-27)

    En 2005, le brochet vermiculé s’est vu attribuer le statut d’espèce préoccupante par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) et l’espèce a été inscrite à l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (LEP) en 2006. Ce statut lui a été attribué en raison de l’aire de répartition restreinte de l’espèce et du déclin des estimations de populations dans trois des dix sites connus. Le brochet vermiculé, une sous-espèce du brochet d’Amérique, appartient à la famille des ésocidés. Son corps est caractéristique de la famille du brochet (c.-à-d. long, de forme cylindrique à subcylindrique, relativement étroit, grande bouche munie de nombreuses dents, queue fourchue, nageoires dorsales et anales postérieures). Sa longueur totale ne dépasse habituellement pas 300 mm, pour un maximum enregistré de 381 mm. L’aire de répartition mondiale du brochet vermiculé est limitée à l’Amérique du Nord. Au Canada cette aire se limite à un petit nombre de populations en Ontario et au Québec, bien que la présence de l’espèce au Québec n’ait pas été confirmée depuis 20 ans. Le brochet vermiculé est plus souvent associé aux milieux humides à végétation abondante où l’eau est chaude et le débit lent, dans des ruisseaux, marais et baies peu profondes de grands lacs. Ce poisson prédateur qui tend à s’embusquer pour capturer ses proies se nourrit surtout de poissons et, à un degré moindre, d’insectes aquatiques et de crustacés.

Décrets

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2005 (2005-08-12)

    Le rapport annuel de 2005 présenté au Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril (CCCEP) par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.
  • Rapport annuel du COSEPAC - 2014-2015 (2015-11-20)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la présente année de déclaration (d’octobre 2014 à septembre 2015), le COSEPAC a tenu deux réunions d’évaluation des espèces sauvages, la première, du 23 au 28 novembre 2014, et la deuxième, du 27 avril au 1er mai 2015. Pendant cette période, le COSEPAC a évalué la situation ou revu la classification de 56 espèces sauvages. Disparues : 0 Disparues du pays : 1 En voie de disparition : 21 Menacées : 11 Préoccupantes : 21 Données insuffisantes : 1 Non en péril : 1 Total : 56 Sur les 56 espèces sauvages examinées, le COSEPAC a révisé la classification de 40 espèces dont la situation avait déjà été évaluée. La révision de la classification de 24 de ces espèces a confirmé la même situation de risque que l’évaluation précédente.

Permis et accords connexes

  • Raison pour l'émission du permis(#-CA SECT 73 SARA C&A 09-012), en vertu de l'article 73 de la LEP (2009-05-29)

    L'objectif du projet est de déterminer le degré de vulnérabilité au sel (NaCl et sel de voirie) chez les premiers stades larvaires (glochidies) d'espèces de moules d'eau douce en voie de disparition.
  • Raison pour l'émission du permis(#DFO-CA SECT 73 SARA C&A 09-006), en vertu de l'article 73 de la LEP (2009-05-01)

    L'objectif du projet est d'effectuer des relevés écologiques dans deux sites où des projets de travaux supposent la construction de points de décharge des eaux d'égouts pluviaux. Dans les deux sites des projets, des espèces de poissons et de moules en péril pourraient être présentes. L'Office de protection de la nature de la région d'Essex (qui agit au nom du MPO) et le ministère de l'Environnement de l'Ontario ont besoin d'un relevé écologique sur trois saisons de toutes les espèces aquatiques (relevé sur la communauté de poissons et d'invertébrés) pour déterminer si des espèces en péril sont présentes dans les sites touchés par les projets ainsi que pour évaluer les impacts écologiques potentiels qu'ils pourraient causer.
  • Raison pour l'émission du permis(#DFO-CA SECT 73 SARA C&A 09-007), en vertu de l'article 73 de la LEP (2009-04-29)

    L'objectif de ce projet est d'effectuer des relevés exhaustifs sur les poissons afin d'évaluer la répartition géographique et les associations à un habitat actuelles des espèces de poissons en péril dans le sud de l'Ontario. Ces relevés sont élaborés afin de répondre aux exigences précises en matière de recherche de divers organismes et permettront d'obtenir des renseignements importants qui seront utilisés dans les programmes de rétablissement des espèces en péril de l'Ontario.
  • Raison pour l'émission du permis(#DFO-CA SECT 73 SARA C&A 09-011), en vertu de l'article 73 de la LEP (2009-05-15)

    Les objectifs des projets sont d'évaluer l'impact des processus géomorphologiques sur l'aire de répartition des espèces de moules en péril dans le cours inférieur de la rivière Ausable; de déterminer l'aire de répartition et l'abondance des espèces de poissons en péril dans la partie nord du chenal Old Ausable (COA); de désigner l'habitat essentiel du chevalier noir dans la partie supérieure du bassin hydrographique de la rivière Ausable.
  • Raison pour l'émission du permis(#DFO-CA SECT 73 SARA C&A 12-016), en vertu de l'article 73 de la LEP (2012-05-29)

    Le présent permis vise à effectuer des relevés exhaustifs de poissons sur tout le territoire de l'Ontario. Ces relevés sont conçus pour respecter les exigences particulières de divers organismes. Ils apporteront des renseignements importants qui contribueront au rétablissement d'espèces en péril. Cette recherche comprendra une évaluation de la répartition géographique des espèces en péril et les habitats propices à ces espèces en Ontario.
  • Raison pour l'émission du permis(#DFO-CA SECT 73 SARA C&A 09-005), en vertu de l'article 73 de la LEP (2009-05-01)

    L'objectif du projet est d'étudier les conditions des habitats et les possibles utilisations du poisson dans le secteur aval du drain East Townline, par un échantillonnage de poissons combiné à une cartographie de l'habitat. La cartographie de l'habitat et du substrat sera aussi effectuée le long des rives du lac Sainte-Claire, mais aucun échantillonnage de poissons n'y aura lieu. Ces travaux seront effectués en collaboration avec le MPO et l'Office de protection de la nature de la région d'Essex afin d'aider à établir la nature des impacts ou les améliorations qui pourraient être incorporées aux travaux dans le drain et sur les rives.
  • Raison pour l'émission du permis(#DFO-CA SECT 73 SARA C&A 09-13), en vertu de l'article 73 de la LEP (2009-05-29)

    L'objectif des projets visés par le présent permis est d'effectuer un relevé des communautés de poissons dans le bassin hydrographique de la rivière Sydenham et les tributaires des lacs Sainte-Claire et Huron afin de classer les cours d'eau et de produire un rapport sur le bassin hydrographique.
  • Raison pour l'émission du permis(#DFO-CA SECT 73 SARA C&A 10-015), en vertu de l'article 73 de la LEP (2010-05-13)

    L'objectif du projet est d'effectuer des relevés exhaustifs des communautés de poissons afin d'évaluer la répartition géographique et les associations à des habitats actuelles des espèces de poissons en péril dans le sud de l'Ontario.
  • Raison pour l'émission du permis(#DFO-CA SECT 73 SARA C&A 10-019), en vertu de l'article 73 de la LEP (2010-07-20)

    Les objectifs du projet sont : 1) la surveillance de la présence ou de l'absence de différentes espèces en péril dans un habitat d'eau libre de création récente pour déterminer l'efficacité des projets antérieurs de création et de restauration d'habitats; 2) la création d'un habitat supplémentaire de qualité pour les espèces en péril aquatiques et terrestres.
  • Raison pour l'émission du permis(#PPNP-2016-22856), en vertu de l'article 74 de la LEP (2016-09-09)

    Il faut prélever des échantillons d'organismes aquatiques pour pouvoir caractériser les sites et évaluer les risques écologiques à l'appui d'une évaluation plus approfondie des risques engendrés par les contaminants pour les récepteurs écologiques et humains du parc national de la Pointe-Pelée. Les travaux consistent à capturer des poissons vivants dans neuf étangs à l'aide de méthodes approuvées par le CCPA, soit la pêche électrique, soit la capture au filet, selon que les étangs sont accessibles par bateau ou à pied. Les poissons en péril, dont le lépisosté tacheté, le brochet vermiculé et le sucet de lac, ne seront pas capturés de manière intentionnelle, mais ils pourraient faire partie des prises accidentelles.
  • Raison pour l'émission du permis(#SECT 04 SCI 007), en vertu de l'article 73 de la LEP (2004-08-20)

    Des relevés complets des communautés de poissons seront effectués dans l'ensemble de la province de l'Ontario. Ces relevés nous permettront d'obtenir de l'information importante, laquelle sera utilisée pour le rétablissement des espèces en péril en Ontario. Cette recherche comprendra l'évaluation de la répartition géographique actuelle et des associations à un habitat pour des espèces de poissons en péril en Ontario. Les techniques d'échantillonnage sur le terrain combinent des engins passifs et actifs. Les types d'engins proposés sont tous des engins non mortels conçus pour faciliter le rejet de tous les poissons capturés. Parmi les engins d'échantillonnage passifs, mentionnons les trappes en filet, les verveux, les nasses à vairons et les trappe Windermere. Les engins d'échantillonnage actifs comprennent les engins de pêche électrique (groupe portable et bateau), les sennes déployées en embarcation, les sennes manuelles et les sennes droites manuelles.
  • Raison pour l'émission du permis(#SECT 08 SCI 023), en vertu de l'article 73 de la LEP (2008-05-20)

    L'activité comprendra l'identification d'espèces de poissons et de macroinvertébrés pour caractériser le bassin hydrographique. L'échantillonnage annuel du benthos permet de consigner les valeurs de référence relatives à la qualité de l'eau. Cette information facilitera l'identification des tendances relatives à la qualité de l'eau.
  • Raison pour l'émission du permis(#SECT 08 SCI 033), en vertu de l'article 73 de la LEP (2008-06-04)

    Le projet fait partie du projet national d'évaluation des cours d'eau dont le but est de permettre une évaluation exhaustive des cours d'eau aux États-Unis. Il s'agit d'un relevé des cours d'eau fondé sur la probabilité dont les objectifs sont les suivants : évaluer l'état des cours d'eau; établir des valeurs de référence qui serviront à la réalisation de comparaisons avec des relevés de cours d'eau ultérieurs afin d'évaluer des tendances; évaluer les changements dans l'état des cours d'eau à la lumière de l'évaluation des cours d'eau de Wadeable effectuée en 2004; contribuer à fournir les ressources nécessaires aux organismes de l'État et aux autochtones pour la réalisation d'activités de surveillance et d'évaluation et à promouvoir la collaboration entre les frontières.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril : Novembre 2005 (2005-11-16)

    Le gouvernement du Canada a promulgué la Loi sur les espèces en péril (LEP), le 5 juin 2003 dans le cadre de sa stratégie sur les espèces en péril. L'annexe 1 de cette loi, appelée ici « liste de la LEP », énumère les espèces qui sont protégées en vertu de la loi. Les Canadiens sont invités à exprimer leur opinion concernant l'inscription à la liste de la LEP de toutes les espèces incluses dans ce document ou de certaines d'entre elles.
  • Guide de consultation sur l'inscription de deux espèces aquatiques à la liste de la LEP: Chabot du versant est (populations des rivières St. Mary et Milk), Brochet vermiculé (2005-11-15)

    Nous désirons recueillir votre opinion pour aider le gouvernement fédéral à décider de manière fondée si le Chabot du versant est (populations des rivières St. Mary et Milk), et le Brochet vermiculé devraient être ajoutés à l'Annexe 1 (la liste des espèces en péril) de la Loi sur les espèces en péril. Vos commentaires concernant les conséquences de l'ajout de ces espèces à la liste sont importants. Ce cahier de consultation a été préparé pour que vous puissiez communiquer à Pêches et Océans Canada vos commentaires et vos conseils concernant l'ajout de ces espèces à l'Annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (L'Annexe 1 identifie les espèces qui sont protégées par cette Loi).
  • Loi sur les espèces en péril - Cahier de consultation au sujet de l'inscription sur la liste officielle, brochet vermiculé, région du Québec (2005-11-15)

    Nous désirons recueillir votre opinion pour aider le gouvernement fédéral à décider de manière fondée si le brochet vermiculé devrait être ajouté à l'Annexe 1 (la liste des espèces en péril) de la Loi sur les espèces en péril. Vos commentaires concernant les conséquences de l'ajout de cette espèce à la liste sont importants. Ce cahier de consultation a été préparé pour que vous puissiez communiquer à Pêches et Océans Canada vos commentaires et vos conseils concernant l'ajout de cette espèce à l'Annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (L'Annexe 1 identifie les espèces qui sont protégées par cette loi).
Date de modification :