Profil d'espèce

Entosthodon fasciculé

Nom scientifique : Entosthodon fascicularis
Taxonomie : Mousses
Répartition du COSEPAC : Colombie-Britannique
Date de l’évaluation et le changement de statut: mai 2015
Statut du COSEPAC : Préoccupante
Critères d'évaluation du COSEPAC:
Justification de la désignation du COSEPAC: Cette mousse rare est en grande partie restreinte au sud-ouest de la Colombie-Britannique au Canada, où la plupart des occurrences se trouvent dans l’habitat menacé du chêne de Garry. Une collecte passée a été effectuée dans la région de Kootenay dans le sud-est de la Colombie-Britannique, mais on ignore si l’espèce y persiste toujours. Si la destruction et la dégradation de l’habitat devaient continuer, l’espèce deviendra de plus en plus vulnérable.
Historique du statut du COSEPAC: Espèce désignée « préoccupante » en mai 2005. Réexamen et confirmation du statut en mai 2015.
Statut de la LEP : Annexe 1, Préoccupante
Date d’inscription (AAAA-MM-JJ): 2006-08-15

Les individus de cette espèce pourraient être protégés en vertu de l'annexe 1 de la LEP sous un autre nom. Pour plus d'information voir l'annexe 1, l'index des espèces de A à Z, ou le cas échéant, le tableau des espèces apparentées ci-dessous.


Recherche avancée

Liens rapides : | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Description

L'entosthodon fasciculé est une petite mousse de couleur vert pâle à vert-jaune, mesurant généralement de 2 à 4 mm de hauteur. L’espèce pousse en petites colonies sur un sol demeurant humide une partie de l'année. Les feuilles forment un groupe serré au sommet de la tige et mesurent jusqu'à 5 mm de longueur. Dans son milieu naturel, cette mousse est difficile à apercevoir car elle est souvent cachée dans la litière et parmi d'autres espèces de mousses. En Colombie-Britannique, les sporophytes sont communs. Ces tiges, d’une hauteur de 5 à 9 mm, portent à leur sommet des organes produisant des spores. En germant, les spores formeront de nouveaux individus. En Colombie-Britannique, les sporophytes arrivent à maturité à la fin de l'hiver et au printemps. Les spores sont contenues dans une capsule dressée en forme de poire, de couleur brun-rouge à brun-jaune à maturité. Pendant sa maturation, la capsule est entièrement recouverte d’un capuchon fendu près de la base et se terminant par une longue pointe mince.

Haut de la page

Répartition et population

L'entosthodon fasciculé se rencontre de façon éparse dans l'ouest de l'Amérique du Nord, d’où il est originaire, et dans l'ouest de l'Eurasie. Il est relativement rare en Amérique du Nord, où on le trouve seulement en Colombie-Britannique, dans l’État de Washington, en Idaho et en Oregon. Au Canada, l’espèce a été observée dans 15 localités de Colombie-Britannique, principalement dans une zone côtière du sud-ouest de la province. On a également trouvé une population isolée dans la région des Kootenays, dans l'est de la province. Seulement deux des sites connus ont été retrouvés lors des récents relevés, mais cinq nouveaux sites ont été observés. Dans les milieux propices, l'espèce pourrait cependant être plus commune que ne le suggèrent les relevés. Il est cependant difficile de confirmer cette hypothèse, en raison de la petite taille des populations et de la brève période durant laquelle elles sont visibles chaque année. Dans tous les sites connus de l'entosthodon fasciculé, l'espèce est peu commune et n'est représentée que par une ou quelques petites colonies. On ignore de combien d’individus se compose actuellement la population canadienne, et il est actuellement impossible de préciser la tendance de cette population.

Haut de la page

Habitat

L'entosthodon fasciculé pousse généralement sur le sol, parfois dans la litière de feuilles avec d'autres mousses ou à la base de plantes. L'espèce se trouve dans des milieux dégagés à semi-ombragés comportant des affleurements rocheux et des zones demeurant humides une partie de l’année, comme les mares printanières. La plupart des populations de l'entosthodon fasciculé semblent pousser dans des milieux non perturbés, mais une des populations se trouve sur un site voisin d'un terrain de golf, et une autre pousse dans un parc qui est souvent fréquenté par des randonneurs et par leurs chiens. Par ailleurs, presque toutes les populations canadiennes de cette mousse se trouvent dans l'habitat menacé des chênes de Garry, dans le sud-ouest de la Colombie-Britannique. Si la destruction de l'habitat se poursuit au rythme actuel, l'espèce deviendra plus vulnérable.

Haut de la page

Biologie

L'entosthodon fasciculé est une petite mousse acrocarpe, c’est-à-dire qui produit ses organes femelles et ses sporophytes au bout des tiges principales. Cet entosthodon pousse à la verticale, en petites colonies, sur des sols demeurant humides une partie de l'année, parmi des mousses et d’autres plantes. Les sporophytes sont communs chez les populations canadiennes, et les spores jouent probablement un rôle important dans la dispersion à faible distance, particulièrement en terrain découvert. On estime généralement que l'entosthodon fasciculé ne vit pas longtemps, mais il peut être vivace, ou à tout le moins survivre quelques années. En effet, les tiges souterraines de la mousse portent de nombreux petits bourgeons qui semblent persister d'une année à l'autre.

Haut de la page

Menaces

Les principaux facteurs qui menacent l'entosthodon fasciculé sont notamment le développement urbain, la construction de routes, la randonnée pédestre, le broutage par les oiseaux sauvages et la présence de chiens. Cela dit, la majorité des populations signalées poussent dans des secteurs ou endroits précis qui sont relativement protégés, et ne sont probablement pas très touchés par la majorité de ces facteurs. Les changements climatiques et les longues périodes de sécheresse pourraient constituer une autre menace pour cette mousse.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

En Colombie-Britannique, l’espèce n’est protégée par aucune loi provinciale. Certaines des populations canadiennes de l’entosthodon fasciculé poussent dans des parcs municipaux ou provinciaux et sont donc généralement protégées contre les grands facteurs de perturbation, mais non contre la perturbation due aux randonneurs.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablissement de l'écosystème des chênes de Garry

  • Conan Webb - Président/Contact - Agence Parcs Canada
    Tél. : 250-478-5153  Envoyer un courriel

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

11 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’entosthodon fasciculé (Entosthodon fascicularis) au Canada (2005-08-12)

    L'Entosthodon fascicularis est une mousse de la famille des Funariacées, dont les espèces sont petites et se ressemblent beaucoup quant à leurs caractères végétatifs. Il existe 12 espèces d'Entosthodon en Amérique du Nord, dont seulement 2 se rencontrent au Canada. L'Entosthodon fascicularis pousse en petites colonies, sur sol demeurant humide une partie de l'année. Dans son milieu naturel, elle est difficile à apercevoir et souvent cachée dans la litière et parmi d'autres espèces de mousses. Les sporophytes sont communs.
  • Sommaire du statut de l'espèce du COSEPAC sur L'entosthodon fasciculé Entosthodon fascicularis au Canada (2016-02-03)

    Cette mousse rare est en grande partie restreinte au sud-ouest de la Colombie-Britannique au Canada, où la plupart des occurrences se trouvent dans l'habitat menacé du chêne de Garry. Une collecte passée a été effectuée dans la région de Kootenay dans le sud-est de la Colombie-Britannique, mais on ignore si l'espèce y persiste toujours. Si la destruction et la dégradation de l'habitat devaient continuer, l'espèce deviendra de plus en plus vulnérable.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Entosthodon fasciculé (2015-12-23)

    Cette mousse rare est en grande partie restreinte au sud-ouest de la Colombie-Britannique au Canada, où la plupart des occurrences se trouvent dans l’habitat menacé du chêne de Garry. Une collecte passée a été effectuée dans la région de Kootenay dans le sud-est de la Colombie-Britannique, mais on ignore si l’espèce y persiste toujours. Si la destruction et la dégradation de l’habitat devaient continuer, l’espèce deviendra de plus en plus vulnérable.
  • Énoncés de réaction - Entosthodon fasciculé (2005-11-15)

    Cette espèce rare est endémique de l’ouest de l’Amérique du Nord. Presque toutes les populations canadiennes de cette mousse se trouvent dans l’habitat menacé des chênes de Garry, dans le sud-ouest de la Colombie-Britannique. Si la destruction de l’habitat se poursuit au rythme actuel, l’espèce deviendra plus vulnérable.

Plans de gestion

  • Plan de gestion de l’entosthodon fasciculé (Entosthodon fascicularis) au Canada (2011-08-11)

    En vertu de l’Accord pour la protection des espèces en péril (1996), les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux signataires ont convenu d’établir une législation et des programmes complémentaires qui assureront la protection efficace des espèces en péril partout au Canada. Dans l’esprit de coopération de l’Accord, le gouvernement de la Colombie-Britannique a transmis le « Plan de gestion de l’entosthodon fasciculé (Entosthodon fascicularis) en Colombie-Britannique » au gouvernement du Canada. Le ministre fédéral responsable de l’Agence Parcs Canada et le ministre fédéral de l’Environnement, à titre de ministres compétents en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), adoptent ou incorporent ce plan de gestion, en tout ou en partie, en accord avec l’article 69 de la LEP, avec les exceptions ou modifications spécifiées dans le présent document. Aussitôt portée au Registre public des espèces en péril, la version finale du plan de gestion constituera le plan de gestion en vertu de la LPE pour cette espèce. La mise en œuvre de ce plan est assujettie aux crédits, aux priorités et aux contraintes budgétaires des administrations et organismes participants.

Décrets

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2005 (2005-08-12)

    Le rapport annuel de 2005 présenté au Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril (CCCEP) par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.
  • Rapport annuel du COSEPAC - 2014-2015 (2015-11-20)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la présente année de déclaration (d’octobre 2014 à septembre 2015), le COSEPAC a tenu deux réunions d’évaluation des espèces sauvages, la première, du 23 au 28 novembre 2014, et la deuxième, du 27 avril au 1er mai 2015. Pendant cette période, le COSEPAC a évalué la situation ou revu la classification de 56 espèces sauvages. Disparues : 0 Disparues du pays : 1 En voie de disparition : 21 Menacées : 11 Préoccupantes : 21 Données insuffisantes : 1 Non en péril : 1 Total : 56 Sur les 56 espèces sauvages examinées, le COSEPAC a révisé la classification de 40 espèces dont la situation avait déjà été évaluée. La révision de la classification de 24 de ces espèces a confirmé la même situation de risque que l’évaluation précédente.

Permis et accords connexes

  • Raison pour l'émission du permis(#SARA-PYR-2009-0126), en vertu de l'article 73 de la LEP (2010-02-04)

    Ce projet vise à protéger l'habitat des populations d'espèces rares sélectionnées qui est menacé par les espèces envahissantes ou l'empiètement des conifères. Ces espèces sont : Bartramia stricta, bartramie à feuilles dressées Dryopteris arguta, dryoptère côtière Entosthodon fascicularis, entosthodon fasciculé Epilobium densiflorum, epilobe densiflore Limnanthes macounii, limnanthe de Macoun Lotus formosissimus, lotier splendide Lupinus densiflorus, lupin densiflore Meconella oregano, méconelle d'Orégon Microseris bigelovii, microséris de Bigelow Minuartia pusilla, minuartie naine Ranunculus alismifolius, renoncule à feuilles d'alisme Sanicula arctopoides, sanicle patte-d'ours Sanicula bipinnatifida, sanicle bipinnatifide Tortula laevipila laevipila, tortule à poils lisses Le permis proposé est destiné aux activités pluriannuelles d'intendance des espèces en péril sur plusieurs sites du ministère de la Défense nationale dans la partie sud de l'île de Vancouver. Les espèces en péril sur chaque site résident dans des prés ouverts qui sont exposés à certaines espèces envahissantes, notamment : le genêt à balais, le lierre, l'ajonc d'Europe, le houx commun, le daphné à feuilles de laurier, l'aubépine monogyne, les mauvaises herbes annuelles et bisanuelles, les graminées annuelles et vivaces et/ou les conifères. L'objectif est d'enrayer ces espèces du secteur et des zones adjacentes où logent les populations d'espèces à risque sélectionnées.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril : Novembre 2005 (2005-11-16)

    Le gouvernement du Canada a promulgué la Loi sur les espèces en péril (LEP), le 5 juin 2003 dans le cadre de sa stratégie sur les espèces en péril. L'annexe 1 de cette loi, appelée ici « liste de la LEP », énumère les espèces qui sont protégées en vertu de la loi. Les Canadiens sont invités à exprimer leur opinion concernant l'inscription à la liste de la LEP de toutes les espèces incluses dans ce document ou de certaines d'entre elles.
Date de modification :