Profil d'espèce

Chevalier cuivré

Nom scientifique : Moxostoma hubbsi
Taxonomie : Poissons
Répartition du COSEPAC : Québec
Date de l’évaluation et le changement de statut: mai 2014
Statut du COSEPAC : En voie de disparition
Critères d'évaluation du COSEPAC: B1ab(i,iii,iv,v)+2ab(i,iii,iv,v)
Justification de la désignation du COSEPAC: Ce poisson longévif à maturité tardive est endémique au Canada où elle ne se trouve que dans seulement trois localités, dont une où il serait probablement disparu. L’espèce est exposée à de nombreuses menaces, les plus graves étant la dégradation et la fragmentation de l’habitat, l’eutrophisation et les répercussions des espèces envahissantes.
Historique du statut du COSEPAC: Espèce désignée « menacée » en avril 1987. Réexamen du statut : l'espèce a été désignée « en voie de disparition » en novembre 2004 et en mai 2014.
Statut de la LEP : Annexe 1, En voie de disparition
Date d’inscription (AAAA-MM-JJ): 2007-12-13

Les individus de cette espèce pourraient être protégés en vertu de l'annexe 1 de la LEP sous un autre nom. Pour plus d'information voir l'annexe 1, l'index des espèces de A à Z, ou le cas échéant, le tableau des espèces apparentées ci-dessous.


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Chevalier cuivré

Chevalier cuivré Photo 1

Haut de la page

Description

Avec un poids de plus de 5 kg et une taille qui dépasse généralement 50 cm, il est le plus gros des chevaliers du Québec. Il est également celui qui vit le plus longtemps, pouvant atteindre plus de trente ans. Ce poisson de couleur cuivre et à grandes écailles possède des dents robustes, particulièrement bien adaptées pour broyer les coquilles de ses proies

Haut de la page

Répartition et population

L’aire de répartition du chevalier cuivré est limitée au fleuve Saint-Laurent, du lac Saint-Louis au lac Saint-Pierre et aux rivières des Milles Îles, des Prairies et Richelieu. Les estimations de la taille de la population du chevalier cuivré demeurent incertaines, la chiffrant à tout au plus quelques centaines. Carte de répartition : http://www.registrelep.gc.ca/images/maps2/distribution_75_fra.jpg (description longue de la carte : http://www.registrelep.gc.ca/document/doc1565f/p1_f.cfm#_F2ld)

Haut de la page

Habitat

Le chevalier cuivré vit dans les herbiers des zones peu profondes autour des archipels du fleuve Saint-Laurent et dans les lacs fluviaux. Ces herbiers sont riches en gastéropodes, qui constituent 90% de l’alimentation des chevaliers cuivrés. Les frayères connues sont situées au pied du barrage de Saint-Ours et dans les rapides de Chambly, dans la rivière Richelieu. Une fois éclos, les alevins de chevaliers cuivrés trouvent refuge et nourriture dans les herbiers tout le long de la rivière.

Haut de la page

Biologie

Plusieurs aspects de la biologie et de l’écologie de cette espèce la rendent plus vulnérable. Par exemple, la fraie tardive dans la saison expose le chevalier cuivré à de plus faibles niveaux d’eau et à une courte saison de croissance pour les alevins qui sont de plus petite taille pour affronter leur premier hiver. La période de fraie de cette espèce correspond également à la période d’épandage de pesticides et donc aux pics de concentration de ces polluants dans les rivières.

Haut de la page

Menaces

Les nombreuses études menées depuis le début des années 1990 montrent que le chevalier cuivré éprouve de la difficulté à se reproduire en milieu naturel et que la population est vieillissante.Les activités agricoles, le développement urbain et la plaisance exercent une forte pression sur l’habitat de cette espèce. La majorité des menaces au rétablissement du chevalier cuivré est liée à la dégradation de l’habitat. Cette dégradation peut être causée par l’érosion et l’augmentation des matières en suspension résultant des activités agricoles, du déboisement et de l’urbanisation, par la contamination de l’eau par des polluants qui perturberaient les mécanismes de reproduction, ainsi que par le vieillissement précoce des cours d’eau. Les barrages qui fragmentent l’habitat et constituent des obstacles à la migration, la baisse des niveaux d’eau, les espèces exotiques envahissantes et le dérangement par les plaisanciers et les pêcheurs constituent d’autres menaces pour le chevalier cuivré.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Chevalier cuivré est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

La Loi sur les pêches du Canada apporte une protection générale concernant les habitats des poissons.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement du chevalier cuivré (Moxostoma hubbsi) au Canada
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

71 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réponse – Chevalier cuivré (2015-01-13)

    Ce poisson longévif à maturité tardive est endémique au Canada où il se trouve dans seulement trois endroits seulement, dont un où il serait probablement disparu. L’espèce est exposée à de nombreuses menaces, les plus graves étant la dégradation et la fragmentation de l’habitat, l’eutrophisation et les répercussions des espèces envahissantes.
  • Énoncés de réaction - Chevalier cuivré (2005-11-15)

    Cette espèce est endémique au Canada, où sa présence n'a été observée qu'à trois emplacements du sud-ouest du Québec, ce qui ne représente peut-être qu'une seule population. La répartition et l'abondance de cette espèce ont extrêmement diminué parce qu'un certain nombre de facteurs d'origine humaine (p. ex. l'expansion urbaine, les pratiques agricoles et la construction de barrages) ont entraîné une diminution de la qualité de l'eau et de l'habitat disponible. L'introduction récente d'espèces exotiques, comme la moule zébrée, aura peut-être d'autres répercussions sur la qualité de l'habitat.

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement du chevalier cuivré (Moxostoma hubbsi) au Canada (2012-06-20)

    Le chevalier cuivré (Moxostoma hubbsi) est le seul poisson ayant une aire de répartition exclusive au Québec. Cette dernière est, de surcroît, très restreinte. Elle se limite au fleuve Saint-Laurent et à quelques-uns de ses tributaires. À l’heure actuelle, la rivière Richelieu est le seul cours d’eau où des activités de reproduction sont confirmées. La population du chevalier cuivré est en déclin. Plusieurs menaces au rétablissement de l’espèce ont été définies : la dégradation de l’habitat (sédimentation, artificialisation des berges, eutrophisation, pollution organique), la construction de barrages, les contaminants, les espèces exotiques envahissantes, les activités récréatives, la pêche et la baisse des niveaux d’eau. Enfin, certaines caractéristiques biologiques du chevalier cuivré telles que l’âge avancé de la maturité sexuelle, un régime alimentaire spécialisé et une période de fraie tardive sont d’autres facteurs qui accroissent sa vulnérabilité.

Plans d'actions

  • Plan d’action visant des espèces multiples dans le parc national de la Mauricie et les lieux historiques nationaux de la Mauricie et de l’Ouest du Québec (2020-10-06)

    Le Plan d’action visant des espèces multiples dans le parc national de la Mauricie et les lieux historiques nationaux de l’Unité de gestion de la Mauricie et de l’ouest du Québec (UGMOQ) s’applique aux terres et aux eaux situées à l’intérieur des limites de ces sites : le parc national de la Mauricie (PNLM) et les lieux historiques nationaux du Canada (LHN). Ce dernier terme est utilisé pour désigner collectivement 13 endroits de la province de Québec: le lieu historique national d’Obadjiwan-Fort-Témiscamingue, le lieu historique national des Forges-du-Saint-Maurice, le lieu historique national du Fort-Chambly, le lieu historique national du Fort-Lennox, le lieu historique national de la Bataille-de-la-Châteauguay, le lieu historique national de Coteau-du-Lac, le lieu historique national de la Caserne-de-Carillon, le lieu historique national du Manoir-Papineau, le lieu historique national de Louis-Joseph-Papineau, le lieu historique national Louis-S.-Saint-Laurent, le lieu historique national du Commerce-de-la-fourrure-de-Lachine, le lieu historique national Sir-Wilfrid-Laurier, le lieu historique national Sir-George-Étienne-Cartier. Le présent plan satisfait aux exigences fixées par la Loi sur les espèces en peril (LEP ; article 47) pour les espèces qui requièrent un plan d’action et qui sont présentes de façon régulière dans ces sites. Les mesures décrites dans le plan vont également entraîner des avantages pour d’autres espèces régulièrement présentes dans le PNLM et les LHN pour lesquelles il existe des préoccupations quant à leur conservation.

Décrets

  • Décret accusant réception des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi (2007) (2007-05-16)

    Le Décret accuse réception par la gouverneure en conseil des évaluations de la situation de 40 espèces sauvages effectuées par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) en vertu de l'alinéa 15(1)a) et conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril (LEP). La LEP vise à prévenir la disparition — de la planète ou du Canada seulement — des espèces sauvages, à permettre le rétablissement de celles qui, par suite de l'activité humaine, ont disparu du pays, sont en voie de disparition ou menacées, et à favoriser la gestion des espèces préoccupantes pour éviter qu'elles ne deviennent des espèces en voie de disparition ou menacées.
  • Décret de prorogation du délai d'évaluation de la situation d'espèces sauvages (2006-06-14)

    Le délai prévu pour l'évaluation de la situation des espèces sauvages visées à l'annexe est prorogé pour une période de trois ans à compter de l'entrée en vigueur de l'article 14 de la Loi sur les espèces en peril.
  • Décret modifiant l'annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (volume 141, numéro 26, le 13 décembre 2007) (2007-12-26)

    Sur recommandation de la ministre de l'Environnement et en vertu de l'article 27 de la Loi sur les espèces en péril, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Décret modifiant les annexes 1 à 3 de la Loi sur les espèces en péril, ci-après.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2005 (2005-08-12)

    Le rapport annuel de 2005 présenté au Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril (CCCEP) par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.
  • Rapport annuel du COSEPAC - 2013-2014 (2014-10-15)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année (octobre 2013 à septembre 2014), le COSEPAC a tenu deux réunions d’évaluation des espèces sauvages, la première du 24 au 29 novembre 2013, et la deuxième, du 27 avril au 2 mai 2014. Durant la période de déclaration en cours, le COSEPAC a évalué la situation ou revu la classification de 56 espèces sauvages. Disparues : 0 Disparues du pays : 0 En voie de disparition : 23 Menacées : 12 Préoccupantes : 20 Données insuffisantes : 0 Non en péril : 1 Total : 56 Sur les 56 espèces sauvages examinées, le COSEPAC a révisé la classification de 40 espèces dont la situation avait déjà été évaluée. La révision de la classification de 25 de ces espèces a confirmé que leur statut n’avait pas changé par rapport à celui qui leur avait été attribué lors de l’évaluation précédente.

Permis et accords connexes

  • Raison pour l'émission d'autres documents similaires(#19-HQUE-00077), en vertu de l'article 74 de la LEP (2020-10-01)

    La régie de l'aqueduc intermunicipale du Bas-Richelieu désire mettre en place une nouvelle prise d'eau dans la rivière Richelieu. Le projet requiert l'aménagement d'un batardeau ainsi que l'excavation d'une tranchée ouverte afin de permettre la mise en place de la nouvelle conduite. Ces activités sont susceptibles d'affecter un herbier aquatique situé dans le lit de la rivière Richelieu, dans l'habitat essentiel du chevalier cuivré, sur une superficie de 134 m2. Elles impliquent aussi l'assèchement de la zone de travail et donc la capture des poissons éventuellement présents dans l'enceinte du batardeau et leur relocalisation dans la rivière Richelieu.
  • Raison pour l'émission d'autres documents similaires(#MPO-15-HQUE-00080), en vertu de l'article 74 de la LEP (2016-07-15)

    Des tapis d'enrochement seront mis en place à la base de vingt piles (piles 4 à 9 du pont Est et piles 3 à 16 du pont Ouest). La superficie totale d'empiètement permanent dans l'habitat essentiel d'alimentation du chevalier cuivré sera d'environ 870 m2. Quatre jetées temporaires pourraient être construites pour accéder aux piles de faibles profondeurs en rive. Les jetées pourraient être requises pour rejoindre les piles 3, 4, 5 et 9 du pont Est ainsi que les piles 2 à 5 et 13 à 17 du pont Ouest. Environ 1200 m2 d'habitat d'alimentation pour le chevalier cuivré adulte seront empiétés temporairement sur une durée d'environ 4 mois chacune (1er août au 1er décembre). Un projet de compensation sera réalisé afin de contrebalancer les dommages sérieux aux poissons et les impacts sur les espèces aquatiques en péril (chevalier cuivré). Ce projet consiste à améliorer la qualité d'une zone d'herbier aquatique dans la zone d'étude sous le niveau de la LNHE sur 870 m2 pouvant servir notamment pour l'alimentation du chevalier cuivré adulte. Lors de la réalisation de l'aménagement compensatoire ainsi que lors des suivis, la capture et la relocalisation de chevaliers cuivrés pourrait être nécessaire.
  • Raison pour l'émission du permis(#20-PQUE-00008 ), en vertu de l'article 73 de la LEP (2020-05-19)

    L'activité autorisée par ce permis est la capture accidentelle de chevalier cuivré, dard de sable ou de bar rayé lors de l'échantillonnage de tanche (Tinca tinca). Cette activité s'insère dans le cadre d'un projet de recherche d'une durée de trois ans visant à étudier le degré de compétition pour les ressources entre la tanche, une espèce aquatique envahissante et les espèces indigènes des cours d'eau ciblés au Québec. Les engins de pêche utilisés sont le filet maillant, verveux, seine à menés, seine de rivage, filet troubleau et pêche électrique. Les changements que l'activité risque de causer aux espèces sauvages inscrites, à leur habitat essentiel ou à la résidence de ses individus et les répercussions de ces changements autorisés par le présent permis sont les suivants : Aucun impact sur les habitats d'espèces aquatiques en péril n'est anticipé. Les échantillonnages peuvent entraîner des captures accidentelles de chevalier cuivré, de dard de sable ou de bar rayé. Toutefois, les méthodes de pêches sont non létales et si une capture accidentelle d'espèce aquatique en péril survenait les poissons seront remis à l'eau vivants dès la prise de mesure terminée.
  • Raison pour l'émission du permis(#20-PQUE-00009 ), en vertu de l'article 73 de la LEP (2020-05-25)

    L'activité autorisée par ce permis est la capture de bars rayés (oufs, larves et juvéniles) de la population du fleuve Saint-Laurent dans le cadre du projet de localisation et documentation d'aires de fraie et de déplacements des juvéniles. Cette activité implique un risque de capture accidentelle de chevaliers cuivrés ou de dards de sable couvert par le présent permis. Les inventaires seront effectués dans la rivière Richelieu et une portion du fleuve Saint-Laurent (entre l'embouchure de la rivière Richelieu et le centre de l'île d'Orléans).
  • Raison pour l'émission du permis(#20-PQUE-00010 ), en vertu de l'article 73 de la LEP (2020-05-20)

    L'activité autorisée par ce permis est la capture accidentelle avec des verveux, des seines de rivage ou des bourolles, de chevalier cuivré lors de l'échantillonnage de poissons d'une espèce envahissante (gardon rouge) dans le cadre d'un projet de recherche visant à évaluer les impacts de la température de l'eau sur le développement cette espèce, dans la rivière Richelieu. Bien que le projet ne vise pas spécifiquement le chevalier cuivré, il est possible que cette espèce soit capturée puisque certaines des zones d'échantillonnage prévues au plan d'étude sont dans l'aire de répartition. La probabilité de capture demeure toutefois faible étant donné que les concentrations de chevalier cuivré sont faibles en amont du barrage de Chambly où sont situées les stations d'échantillonnage. Les techniques de pêche utilisées sont non létales. Toute capture accidentelle est remise à l'eau sur-le-champ. Ces activités n'engendrent aucun impact sur les habitats des espèces aquatiques en péril.
  • Raison pour l'émission du permis(#2013-005), en vertu de l'article 74 de la LEP (2013-09-01)

    Les travaux de stabilisation en urgence de deux sections de berges de la rivière Richelieu visent à contrer l'affouillement de la route et consistent en la mise en place d'un contrepoids en enrochement. Les travaux de stabilisation sont prévus sur un tronçon d'une longueur de 60 mètres linéaires au site 133-6a et de 320 mètres linéaires au site 133-8/9, en bordure de la route 133 à Saint-Denis-sur-Richelieu. Ces travaux vont nuire au chevalier cuivré, au fouille-roche gris et au dard de sable en touchant une partie de leur habitat essentiel désigné respectivement dans le programme de rétablissement, la version proposée du programme de rétablissement ou l'ébauche de programme de rétablissement.
  • Raison pour l'émission du permis(#21-PQUE-00012 ), en vertu de l'article 73 de la LEP (2021-05-01)

    L'activité autorisée par ce permis est la capture accidentelle de chevalier cuivré, dard de sable ou de bar rayé lors de l'échantillonnage de tanche (Tinca tinca). Cette activité s'insère dans le cadre d'un projet de recherche d'une durée de trois ans visant à étudier le degré de compétition pour les ressources entre la tanche, une espèce aquatique envahissante et les espèces indigènes des cours d'eau ciblés au Québec. Les engins de pêche utilisés sont le filet maillant et le verveux. Les changements que l'activité risque de causer aux espèces sauvages inscrites, à leur habitat essentiel ou à la résidence de ses individus et les répercussions de ces changements autorisés par le présent permis sont les suivants : Aucun impact sur les habitats d'espèces aquatiques en péril n'est anticipé. Les échantillonnages peuvent entraîner des captures accidentelles de chevalier cuivré, de dard de sable ou de bar rayé. Toutefois, les méthodes de pêches sont non létales et si une capture accidentelle d'espèce aquatique en péril survenait les poissons seront remis à l'eau vivants dès la prise de mesure terminée.
  • Raison pour l'émission du permis(#21-PQUE-00018), en vertu de l'article 73 de la LEP (2021-05-24)

    L'activité autorisée par ce permis est la capture accidentelle de bars rayés de la population du fleuve Saint-Laurent et de chevalier cuivré dans le cadre de pêche visant à décrire la communauté ichtyenne du secteur du quai de Portneuf où Transports Canada prévoit des travaux de réfection du quai. Les inventaires seront réalisés à la seine de rivage et au filet trappe Alaska en prévoyant un nombre de stations et une fréquence d'échantillonnage permettant de bien caractériser leur utilisation par les poissons pendant la période estivale. Un maximum de trois stations avec la trappe Alaska seront échantillonnées 1x par mois (mai, juin, juillet et août). Les trappes seront posées pour une période de 24 heures. Les individus capturés seront identifiés, dénombrés et mesurés. Si possible, les sexes seront également déterminés. La caractérisation de l'habitat où sont posées les trappes sera également réalisée. Un maximum de quatre stations de pêche à la seine de rivage sera échantillonné (trois dupliqua par station) à la marée haute montante 1x par semaine de la mi-juin au début du mois de septembre (11 semaines). Si le nombre de captures est faible, le décompte et l'identification se dérouleront directement dans la seine ou la trappe. Si trop de poissons sont capturés pour compter directement dans la seine ou la trappe, les poissons seront transférés dans un bac d'eau et comptés. Une quantité très importante de capture pourrait mener à la sélection d'un sous-échantillon pour optimiser les manipulations. La caractérisation de l'habitat où les stations de seine seront effectuées sera également réalisée.
  • Raison pour l'émission du permis(#CCHM-(895) - autorisation no.2), en vertu de l'article 73 de la LEP (2019-06-10)

    Dans le cadre du projet de réfection du quai fédéral à Chambly, des palplanches ont été installées tout autour du quai actuel. Déplacement des poissons possiblement captifs (dû à la hausse des niveaux d'eau en période hivernale) derrière les palplanches du quai fédéral par pêche électrique. Des espèces de poissons en péril pourraient possiblement être présentes à l'intérieur des palplanches (chevalier cuivré, dard de sable, fouille roche gris).
  • Raison pour l'émission du permis(#COUR-(1525)), en vertu de l'article 73 de la LEP (2019-08-01)

    La passe migratoire Vianney-Legendre doit être asséchée pour en permettre la réfection. Déplacement des poissons possiblement captifs (dû à la mise hors service et à l'assèchement de la zone de travail) par pêche électrique, filets, puises, bourolles ou toute autre méthode pertinente. Des espèces de poissons en péril pourraient possiblement être présentes dans la zone d'assèchement (chevalier cuivré, dard de sable, fouille roche gris).
  • Raison pour l'émission du permis(#CSAN-(1440)), en vertu de l'article 73 de la LEP (2018-11-12)

    Des travaux de réfection nécessitant l'assèchement complet de l'écluse du Canal-de-Sainte-Anne-de-Bellevue pourrait entraîner la manipulation de poissons pour les déplacer en aval de la zone des travaux.
  • Raison pour l'émission du permis(#DFO-17-HQUE-00116), en vertu de l'article 73 de la LEP (2017-08-01)

    Le Ministère de la Défense nationale doit effectuer le retrait de 150 munitions explosives non-explosées (UXO) à l'intérieur de l'ancienne zone de tir (CYR 606) à proximité du Chenal Landroche dans la Baie-du-Febvre dans le lac Saint-Pierre. Les 150 UXO ne pourront pas être déplacés sans danger et seront détonés sur place, en milieu aquatique. Malgré l'application de mesures d'atténuation, les détonations pourraient causer la mort de poissons, dont certains individus d'espèces aquatiques en péril, près des sites de détonation.
  • Raison pour l'émission du permis(#DFO-2016-001), en vertu de l'article 73 de la LEP (2016-02-23)

    Quatre projets de compensation doivent être réalisés afin de contrebalancer les dommages sérieux aux poissons et les impacts sur les espèces aquatiques en péril (chevalier cuivré, fouille-roche gris et dard de sable) associés à la stabilisation de berges de cinq sites le long de la rivière Richelieu. Ces projets sont la création d'une plaine d'inondation dans la rivière des Hurons à Ste­Marie­Madeleine, l'enlèvement d'une barge et d'un remblai dans la rivière Richelieu au quai de St-Marc-sur-Richelieu, la restauration de la Pointe-Valaine à Otterburn Park et la restauration du chenal de l'île Deschaillons à St-Roch-sur-Richelieu. Ces interventions permettront de restaurer, d'améliorer ou de créer des aires de reproduction, d'alevinage, d'abris, d'alimentation et de migration pour, notamment et selon le cas, la perchaude, l'achigan à petite bouche, le grand brochet, le chevalier cuivré, le fouille-roche gris et le dard de sable. Lors de la réalisation des aménagements compensatoires ainsi que lors des suivis, la capture et la relocalisation des poissons, incluant le chevalier cuivré, le fouille-roche gris et le dard de sable, pourrait être nécessaire.
  • Raison pour l'émission du permis(#DFO-CA SECT 73 SARA C&A 13-014), en vertu de l'article 73 de la LEP (2013-06-11)

    Le présent permis vise à effectuer des relevés exhaustifs des poissons dans tout le territoire de l'Ontario. Ces relevés sont conçus pour respecter les exigences particulières de divers organismes. Ils apporteront des renseignements importants qui contribueront au rétablissement d'espèces en péril. Cette recherche comprendra une évaluation de la répartition géographique des espèces en péril et les habitats propices à ces espèces en Ontario.
  • Raison pour l'émission du permis(#DFO-CA SECT 73 SARA C&A 13-015), en vertu de l'article 73 de la LEP (2013-06-11)

    Le présent permis vise à procéder à une surveillance complète des espèces aquatiques envahissantes, particulièrement la carpe asiatique, dans le bassin des Grands Lacs. Ces relevés sont conçus pour respecter les exigences particulières de divers organismes du bassin des Grands Lacs. Ils apporteront des renseignements importants qui contribueront à la détection précoce des espèces aquatiques envahissantes en Ontario. Cette recherche comprendra une évaluation de la répartition géographique des espèces aquatiques envahissantes et des habitats propices à ces espèces en Ontario.
  • Raison pour l'émission du permis(#DFO-CA-14-00017), en vertu de l'article 73 de la LEP (2014-06-05)

    Le présent permis vise à effectuer des relevés exhaustifs des poissons et des moules dans tout le territoire de l'Ontario. Ces relevés sont conçus pour respecter les exigences particulières de divers organismes. Ils apporteront des renseignements importants qui contribueront au rétablissement d'espèces en péril en Ontario. Cette recherche comprendra une évaluation de la répartition géographique des espèces en péril et les habitats propices à ces espèces en Ontario.
  • Raison pour l'émission du permis(#DFO-IML-2010-42), en vertu de l'article 73 de la LEP (2010-05-26)

    L'objectif de la recherche est d'évaluer le niveau d'exposition des chevaliers cuivrés à des perturbateurs endocriniens en milieu naturel par l'échantillonnage de mucus sur des chevaliers adultes. De jeunes chevaliers cuivrés issus de la reproduction artificielle seront aussi exposés à un mélange de contaminants pour évaluer les effets sur la croissance, les malformations et la survie.
  • >> Visionnez le reste des Permis et accords connexes

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril : Novembre 2005 (2005-11-16)

    Le gouvernement du Canada a promulgué la Loi sur les espèces en péril (LEP), le 5 juin 2003 dans le cadre de sa stratégie sur les espèces en péril. L'annexe 1 de cette loi, appelée ici « liste de la LEP », énumère les espèces qui sont protégées en vertu de la loi. Les Canadiens sont invités à exprimer leur opinion concernant l'inscription à la liste de la LEP de toutes les espèces incluses dans ce document ou de certaines d'entre elles.
  • Loi sur les espèces en péril - Cahier de consultation au sujet de l'inscription sur la liste officielle, Chevalier cuivré (2005-11-15)

    Nous désirons recueillir votre opinion pour aider le gouvernement fédéral à décider de manière fondée si le Chevalier cuivré devrait être ajouté à l'Annexe 1 (la liste des espèces en péril) de la Loi sur les espèces en péril. Vos commentaires concernant les conséquences de l'ajout de cette espèce à la liste sont importants. Ce cahier de consultation a été préparé pour que vous puissiez communiquer à Pêches et Océans Canada vos commentaires et vos conseils concernant l'ajout de cette espèce à l'Annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (L'Annexe 1 identifie les espèces qui sont protégées par cette loi).

Descriptions dans la Gazette du Canada sur l'habitat essentiel

  • Description de l’habitat essentiel du chevalier cuivré dans la Réserve nationale de faune des îles de Contrecœur (2016-10-15)

    Avis est donné par les présentes que, conformément au paragraphe 58(2) de la Loi sur les espèces en péril, le paragraphe 58(1) de cette loi s’applique, 90 jours après la date de publication de la présente description, à l’habitat essentiel de la population du chevalier cuivré (Moxostoma hubbsi) qui est défini à la section 2 du Programme de rétablissement du chevalier cuivré (Moxostoma hubbsi) au Canada et qui est situé dans la Réserve nationale de faune des îles de Contrecœur.

Décrets visant l'habitat essentiel

  • Arrêté visant l'habitat essentiel du chevalier cuivré (Moxostoma hubbsi) (2021-05-26)

    Le chevalier cuivré (Moxostoma hubbsi) est un poisson à grandes écailles endémique au sud-ouest du Québec qui est présent uniquement dans le fleuve Saint-Laurent et certains de ses affluents. Le chevalier cuivré est le seul poisson répertorié dont l'aire de répartition se limite exclusivement à la province du Québec.
Date de modification :