Profil d'espèce

Épaulard Population océanique du Pacifique Nord-Est

Nom scientifique : Orcinus orca
Autres noms/noms précédents : Épaulard (Population au large du Pacifique Nord-Est),Épaulard (Population océanique du Pacifique Nord-Est),Épaulard (Population océanique)
Taxonomie : Mammifères
Répartition du COSEPAC : Océan Pacifique
Date de l’évaluation et le changement de statut: novembre 2008
Statut du COSEPAC : Menacée
Critères d'évaluation du COSEPAC: Correspond au critère de la catégorie « en voie de disparition », D1, mais est désignée « menacée », D1, car la population semble stable, et les menaces ne semblent pas être suffisamment graves à l’heure actuelle pour toucher la population de façon négative.
Justification de la désignation du COSEPAC: Cette population compte un très faible nombre d’individus matures (~120). Elle est sujette aux menaces posées par un taux élevé de contaminants, des perturbations acoustiques et physiques et des déversements d’hydrocarbures potentiels. Toutefois, la population fait l’objet d’un suivi et semble stable.
Historique du statut du COSEPAC: Une seule désignation «menacée »a été accordée aux populations résidentes du Pacifique Nord en avril 1999. Divisées en trois populations en novembre 2001. La population océanique du Pacifique Nord--Est a été désignée « préoccupante » en novembre 2001. Réexamen du statut : l'espèce a été désignée « menacée » en novembre 2008.
Statut de la LEP : Annexe 1, Menacée
Date d’inscription (AAAA-MM-JJ): 2003-06-05

Les individus de cette espèce pourraient être protégés en vertu de l'annexe 1 de la LEP sous un autre nom. Pour plus d'information voir l'annexe 1, l'index des espèces de A à Z, ou le cas échéant, le tableau des espèces apparentées ci-dessous.


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Épaulard

Épaulard Photo 1

Haut de la page

Description

L'épaulard (Orcinus orca) est l'espèce la plus imposante de la famille des dauphins. Sa taille, ses tâches noires et blanches distinctives et sa grande nageoire dorsale font qu'on ne peut le confondre avec aucun autre mammifère marin. Les mâles adultes mesurent entre huit et neuf mètres de long et pèsent jusqu'à cinq tonnes; les femelles ont un plus petit gabarit : elles atteignent environ sept mètres et quatre tonnes au maximum. Toutefois, dans les eaux canadiennes du Pacifique, la taille moyenne des épaulards adultes est inférieure à ces longueurs maximales. Trois groupes (ou écotypes) distincts d'épaulards sont présents dans les eaux au large de la Colombie-Britannique, qui ont chacun des préférences en matière de proies, un dialecte et une organisation sociale différents. On pense que les épaulards résidents, les épaulards de Bigg (aussi appelés épaulards migrateurs) et les épaulards du large (aussi appelés épaulards hauturiers) sont des écotypes distincts sur les plans social et génétique, bien qu'ils partagent les mêmes eaux. Les épaulards résidents se nourrissent exclusivement de poisson (principalement de saumon) et de céphalopodes alors que les épaulards de Bigg se nourrissent avant tout de mammifères marins. Les épaulards du large sont les moins connus des trois écotypes, mais ils consommeraient principalement du poisson, les espèces de requin constituant une part importante de leur alimentation. C'est souvent la nageoire dorsale triangulaire emblématique de l'épaulard, qui peut atteindre 1,8 mètre de hauteur chez les mâles adultes, qu'on aperçoit en premier lieu. Chez les femelles et les jeunes, cette nageoire est incurvée et mesure moins d'un mètre de haut. En règle générale, les épaulards du large sont plus petits et leur nageoire dorsale présente davantage d'entailles et d'encoches que celle des épaulards résidents et des épaulards de Bigg.

Haut de la page

Répartition et population

En 2013, on a estimé que la population d'épaulards du large comptait environ 300 animaux. Les épaulards du large ont une structure sociale matrilinéaire semblable à celle des épaulards résidents et des épaulards de Bigg, mais leur grande sociabilité entre eux à l'échelle de la population les rend uniques. Le plus souvent, ils vivent en grands groupes comptant de 50 à plus de 100 individus. Les épaulards du large sont l'écotype d'épaulard qui a la plus vaste aire de répartition dans le nord-est de l'océan Pacifique; ceux qui ont été repérés en Colombie-Britannique ont également été observés de la mer de Béring au sud de la Californie. Cette population est dite hauturière en raison de sa répartition par rapport à la côte. Elle est rarement présente dans les eaux côtières et vit principalement au bord du plateau continental et dans les eaux canadiennes du large.

Haut de la page

Habitat

Les épaulards sont les mammifères qui ont la plus vaste aire de répartition du monde. On les observe plus souvent dans les zones de forte productivité de l'océan, à des latitudes moyennes à élevées, mais ils peuvent tolérer une amplitude thermique allant des eaux polaires aux eaux tropicales. Au Canada, les épaulards sont présents dans les trois océans, mais on les trouve moins communément dans les régions de l'Atlantique et de l'Arctique. En Colombie-Britannique, on les a observés dans presque toutes les eaux marines, dont les longs bras de mer, les passages étroits et les échancrures profondes, et parfois aussi dans les chenaux de rivière saumâtres. L'aspect le plus important de l'habitat des épaulards du large est peut-être l'abondance et la disponibilité de leurs proies. En Colombie-Britannique, on sait que les épaulards du large chassent la laimargue du Pacifique, le requin bleu, l'aiguillat commun du Pacifique Nord, le saumon quinnat et le flétan du Pacifique. L'environnement acoustique est également un élément important de leur habitat; ils ont besoin d'un océan suffisamment calme pour la transmission et la réception de leurs vocalisations et de leurs clics d'écholocalisation qui leur servent à s'orienter, à chercher la nourriture, ainsi que pour leurs activités culturelles et sociales.

Haut de la page

Biologie

La description suivante de la biologie de l'épaulard se fonde sur les données provenant des populations résidentes du nord et du sud, étant donné que ce sont ces groupes qui sont les plus étudiés. Les caractéristiques du cycle vital telles que la période de gestation peuvent varier d'une population à l'autre. On dispose de peu de connaissances biologiques générales sur les épaulards du large. Les mâles et les femelles atteignent leur maturité sexuelle à 15 ans en moyenne. La durée de gestation de l'épaulard est habituellement de 16 à 17 mois. En règle générale, l'intervalle entre les mises bas est d'environ cinq ans et les femelles donnent naissance à cinq baleineaux au cours de leur période reproductive de 24 ans. À la naissance, les baleineaux mesurent entre 2,2 et 2,6 mètres de long. Les femelles mettent bas toute l'année, mais il semble y avoir un pic entre le printemps et l'automne. Les taux de mortalité varient en fonction de l'âge et de la population; le taux de mortalité néonatale (entre la naissance et six mois) est élevé, atteignant même 50 % dans une étude. L'espérance de vie est d'environ 46 ans pour les femelles, et de 31 ans pour les mâles.

Haut de la page

Menaces

Diverses menaces sont susceptibles de nuire directement ou indirectement aux épaulards du large, mais ils sont particulièrement vulnérables aux événements nocifs (p. ex., déversement de pétrole, explosion sous-marine) étant donné qu'ils font habituellement partie de groupes de grande taille et que de ce fait au moins un tiers de la population est susceptible d'être présent à un endroit et un moment donnés. Parmi les principales menaces pesant sur les épaulards du large, citons la baisse de l'abondance des proies, l'exposition aux contaminants par l'intermédiaire des proies, les déversements de substances toxiques et les perturbations acoustiques aiguës (p. ex., sonar actif de moyenne fréquence, relevés sismiques, construction en milieu marin). Les perturbations acoustiques chroniques, les perturbations physiques, les interactions avec la pêche commerciale et l'aquaculture, la mise à mort directe et le changement climatique sont d'autres menaces anthropiques qui pourraient mettre en danger la population d'épaulard du large. Les facteurs naturels peuvent aussi avoir un effet sur la survie des épaulards du large : maladies, préférences alimentaires fixes qui font diminuer la quantité de proies, dépression consanguine (c.-à-d. la détérioration génétique de la population en raison de la reproduction entre individus apparentés), usure de la dentition probablement due à la consommation de la peau des requins, très abrasive, et échouement massif ou piégeage naturel.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Épaulard, Population océanique du Pacifique Nord-Est, est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

La population d'épaulard du large est inscrite en tant qu'espèce menacée et protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP). Elle est également protégée par la Réglementation des mammifères marins de la Loi sur les pêches. Cette Réglementation stipule que quiconque tue, blesse ou importune un épaulard du large commet une infraction. Pêches et Océans Canada a collaboré avec d'autres organisations pour élaborer des lignes directrices sur l'observation des baleines et mène actuellement des activités supplémentaires de sensibilisation du public en vue de minimiser les interactions potentiellement négatives entre les bateaux et les baleines.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablissement de l'épaulard, population océanique

  • Jonathan Thar - Président/Contact - Pêches et Océans Canada
    Tél. : 604-666-3811  Téléc. : 604-666-3341  Envoyer un courriel

Haut de la page

Progrès et activités de rétablissement

Comme les épaulards du large étaient déjà inscrits en tant qu'espèce préoccupante en vertu de la LEP, un Plan de gestion de l'épaulard du large a été mis au point en décembre 2009. On élabore actuellement un programme de rétablissement correspondant à son nouveau statut d'espèce menacée. Depuis 1973, le programme de recherche sur les cétacés mené à Nanaimo (Colombie-Britannique) par Pêches et Océans Canada, réalise chaque année une étude sur les populations d'épaulards et leur utilisation des habitats. Les observations d'épaulards ont été rares et irrégulières au cours de ces quarante années d'études de terrain. Cependant, grâce à la surveillance acoustique passive mise en place depuis dix ans, on enrichit ces études annuelles avec les enregistrements sous-marins de leurs vocalisations réalisés tout au long de l'année, ce qui permet d'en apprendre davantage sur leur présence saisonnière dans les eaux canadiennes du Pacifique. Lorsqu'on a observé des épaulards du large pendant les études, on a collecté des fragments de leurs repas à la surface afin de mieux comprendre leur alimentation. Un certain nombre d'organisations non gouvernementales contribuent au rétablissement des épaulards du large en collectant et en analysant des données d'observation, en faisant connaître au public et aux plaisanciers les lignes directrices sur l'observation des baleines et les menaces qui pèsent sur ces animaux, et en réalisant des études dans des zones qui ne sont pas régulièrement visées par les relevés annuels du MPO.

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

51 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Épaulard, Population océanique (2009-11-25)

    Cette population compte un très faible nombre d’individus matures (~120). Elle est sujette aux menaces posées par un taux élevé de contaminants, des perturbations acoustiques et physiques et des déversements d’hydrocarbures potentiels. Toutefois, la population fait l’objet d’un suivi et semble stable.

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement de l’épaulard du large (Orcinus orca) au Canada (2018-11-07)

    L’écotype de la population d’épaulards du large, ou hauturiers, diffère de ses écotypes sympatriques que sont les épaulards résidents et les épaulards migrateurs sur le plan du comportement, du régime alimentaire, de la morphologie, du comportement acoustique et des caractéristiques génétiques. Les rencontres avec des épaulards du large ont été relativement peu fréquentes, et les efforts pour cataloguer les membres de cette population ont été difficiles en raison de la rareté des observations, de la grande taille de leurs groupes et de leur habitat plus pélagique.

Plans d'actions

  • Plan d'action visant des espèces multiples dans la réserve de parc national Pacific Rim (2017-08-24)

    Adossée aux monts insulaires de l'île de Vancouver et faisant face à l'océan Pacifique, la réserve de parc national Pacific Rim (RPN Pacific Rim) protège et présente le riche patrimoine naturel et culturel de la côte Ouest du Canada. La RPN Pacific Rim se compose de trois secteurs géographiques distincts, soit les secteurs de la plage Long, de l'archipel Broken Group et du sentier de la Côte-Ouest, chacun d'eux offrant une gamme unique d'expériences aux visiteurs. D'une superficie totale de 51 216 hectares, la réserve de parc abrite d'importantes zones de forêt humide tempérée mature, de systèmes de dunes côtières, de zones humides, de zones intertidales et d'habitats marins, ce qui lui permet de démontrer l'interdépendance qui existe entre la terre, la mer et les humains. Ces merveilles de la nature sont intimement liées à la culture des Premières nations Nuu-chah-nulth (passée et présente) et à celle des explorateurs et colons européens.
  • Plan d'action visant des espèces multiples dans la réserve de parc national, réserve d’aire marine nationale de conservation et site du patrimoine haïda Gwaii Haanas (2016-07-04)

    Le Plan d’action visant des espèces multiples dans la réserve de parc national, réserve d’aire marine nationale de conservation et site du patrimoine haïda Gwaii Haanas satisfait à l’article 47 de la Loi sur les espèces en péril (LEP), qui exige l’élaboration d’un plan d’action pour les espèces présentes à l’intérieur des limites de ce site nécessitant un plan d’action. Ce plan d’action sera mis à jour afin d’inclure toutes les mesures de conservation et de rétablissement des espèces marines en péril après l’achèvement du premier plan directeur intégré pour la terre, la mer et les gens concernant la réserve de parc national, réserve d’aire marine nationale de conservation, et site du patrimoine haïda Gwaii Haanas (ci­après appelé Gwaii Haanas). Les mesures décrites dans ce plan profiteront également à d’autres espèces avec des préoccupations de conservation, qui sont régulièrement présentes sur le site.

Plans de gestion

  • Plan de gestion de l’épaulard du large (Orcinus orca) au Canada (2009-12-29)

    L’épaulard du large est un mammifère marin qui relève de la compétence du gouvernement fédéral. Conformément à la Loi sur les espèces en péril (LEP, article 65), le ministre compétent doit préparer des plans de gestion pour les espèces qui ont été désignées comme étant préoccupantes. L’épaulard du large a été désigné en tant qu’espèce préoccupante aux termes de la LEP en 2003. Pêches et Océans Canada – région du Pacifique a présidé à l’élaboration du présent plan de gestion en collaboration et en consultation avec un grand nombre de personnes, d’organismes et de services gouvernementaux, comme il est indiqué ci-après. Ce plan satisfait aux exigences de la LEP quand au contenu et au processus (LEP, articles 65-68).

Décrets

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2009 (2009-08-28)

    Le rapport annuel de 2009 présenté au Ministre de l'Environnement et au Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril (CCCEP) par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.

Permis et accords connexes

  • Raison pour l'émission de la licence(#16-PPAC-00005 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2016-02-11)

    Les représentants mandatés du MPO, du Centre de la santé animale et de l'aquarium de Vancouver sont autorisés à recueillir à des fins de diagnostic tous les tissus, les fluides provenant d'un organe et/ou le sang de parties mortes récupérées ou d'autres matériaux prélevés sur les tortues et les mammifères marins morts.
  • Raison pour l'émission de la licence(#19-PPAC-00034 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2019-07-07)

    L'étude vise à déterminer la propagation du son (détectabilité sur la distance) pour les appels d'épaulards dans leur habitat, y compris les conditions de bruit naturel et anthropique. Les activités permises en vertu de ce permis doivent consister en l'évaluation des fréquences de vocalisation des épaulards, qui varient selon l'emplacement, l'habitat et les périodes de l'année. L'étude vise à mieux comprendre l'impact du bruit sur les fréquences de vocalisation et à déterminer l'emplacement optimal des stations de surveillance acoustique passive des épaulards. Les sons simulés, y compris les appels d'épaulards, doivent être projetés sous l'eau à partir d'une source fixe et enregistrés par hydrophones à différentes distances et sous différents angles de la source au moyen d'une plateforme mobile (petit bateau). Cette information servira également à déterminer les emplacements optimaux pour la surveillance acoustique passive et le suivi des baleines. Les activités permises en vertu de ce permis comprennent ce qui suit : 1. Des sons simulés, y compris des appels d'épaulards, peuvent être projetés sous l'eau à partir d'une source fixe (bateau ancré) au moyen d'un projecteur de sons sous-marins suspendu à une profondeur fixe de 10 ou 25 m et enregistrés par deux ou plusieurs hydrophones à différentes distances et à différents angles. 2. Aucune projection sonore n'est effectuée lorsque des cétacés sont présents à moins de 5 km du bateau enregistreur et du bateau de projection sonore. 3. La zone doit être surveillée visuellement et acoustiquement pour les cétacés pendant 30 minutes avant les essais acoustiques pour s'assurer qu'aucun cétacé n'est présent à moins de 5 km. Si des cétacés sont présents dans un rayon de 5 km, les essais acoustiques doivent être retardés ou interrompus et la surveillance doit se poursuivre pendant 30 minutes supplémentaires avant que les essais acoustiques puissent reprendre.
  • Raison pour l'émission de la licence(#20-PPAC-00016 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2020-05-01)

    À l'aide d'un drone non intrusif, des photographies aériennes d'épaulards seront collectées pour effectuer l'analyses de l'évolution de leur croissance et de leur état physique grâce à la photogrammétrie. L'objectif principal sera de poursuivre la série chronologique de photogrammétrie sur les épaulards résidents du sud en voie de disparition lancée pour la première fois en 2008. Le but est de soutenir les efforts des gestionnaires pour qu'au Canada et aux États-Unis un approvisionnement suffisant en nourriture soit maintenu. Une deuxième série chronologique de photogrammétrie d'autres populations d'épaulards du Pacifique Nord-Est (menée depuis 2014), notamment les itinérants, sera poursuivie pour fournir des comparaisons.
  • Raison pour l'émission de la licence(#20-PPAC-00017 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2020-06-01)

    Il s'agit d'une comparaison des impacts liés à l'alimentation et à l'exposition aux produits toxiques sur la reproduction des épaulards résidents du Sud, des épaulards itinérants de Bigg et des cétacés à fanons. Cette comparaison se fait en utilisant des mesures non invasives d'analyse des métabolites d'hormone et des substances toxiques provenant du prélèvement d'échantillons fécaux.
  • Raison pour l'émission de la licence(#20-PPAC-00018 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2020-07-01)

    Les épaulards résidents du Sud font face à une série de menaces dans la mer des Salish, notamment à une réduction de l'abondance des proies, une augmentation du niveau de bruit et un accroissement du trafic maritime. Cette étude est une enquête sur les facteurs de risque de perturbation des épaulards résidents du Sud. Elle consiste à évaluer leur comportement et leur activité sous la surface de l'eau à l'aide d'étiquettes à ventouses. La fréquence à laquelle la recherche de nourriture est faite quotidiennement et les niveaux de bruit auxquels ils sont exposés seront mesurés et comparés aux données recueillies auprès des épaulards résidents du Nord. Des données supplémentaires sur la santé et le régime alimentaire des épaulards et des baleines à bosse seront recueillies et analysées grâce à la collecte d'échantillons de leurs matières fécales et lorsqu'ils s'attaquent à leurs proies.
  • Raison pour l'émission de la licence(#DFO-PAF SARA 102 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2009-05-15)

    Il s'agit d'une comparaison des impacts liés à l'alimentation et à l'exposition aux produits toxiques sur la reproduction des épaulards résidents du Sud. Cette comparaison se fait en utilisant des mesures non invasives d'analyse des métabolites d'hormone et des substances toxiques provenant du prélèvement d'échantillons fécaux.
  • Raison pour l'émission de la licence(#DFO-PAF SARA 106), en vertu de l'article 74 de la LEP (2010-01-01)

    Les représentants mandatés du MPO, du Centre de la santé animale et de l'aquarium de Vancouver sont autorisés à recueillir à des fins de diagnostic tous les tissus, les fluides provenant d'un organe et/ou le sang de parties mortes récupérées ou d'autres matériaux prélevés sur les tortues et les mammifères marins morts.
  • Raison pour l'émission de la licence(#DFO-PAF SARA 107), en vertu de l'article 74 de la LEP (2010-02-09)

    Les représentants mandatés du MPO, du Centre de la santé animale et de l'aquarium de Vancouver sont autorisés à recueillir à des fins de diagnostic tous les tissus, les fluides provenant d'un organe et/ou le sang de parties mortes récupérées ou d'autres matériaux prélevés sur les tortues et les mammifères marins morts.
  • Raison pour l'émission de la licence(#DFO-PAF SARA 108 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2010-01-01)

    Photo-identification et prélèvement d'échantillons fécaux pour faciliter la recherche et le rétablissement des épaulards en déterminant leur répartition hivernale et leur régime alimentaire. Les épaulards sont confrontés à une raréfaction de leurs de proies en raison de l'augmentation des menaces anthropiques.
  • Raison pour l'émission de la licence(#DFO-PAF SARA 109), en vertu de l'article 74 de la LEP (2010-05-15)

    Il s'agit d'une comparaison des impacts liés à l'alimentation et à l'exposition aux produits toxiques sur la reproduction des épaulards résidents du Sud. Cette comparaison se fait en utilisant des mesures non invasives d'analyse des métabolites d'hormone et des substances toxiques provenant du prélèvement d'échantillons fécaux.
  • Raison pour l'émission de la licence(#DFO-PAF SARA 151 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2010-01-01)

    Des représentants agréés du MPO et de l'aquarium de Vancouver sont autorisés à désenchevêtrer les pinnipèdes, les cétacés ou les tortues de mer des engins de pêche et autres débris provenant d'activités humaine.
  • Raison pour l'émission de la licence(#DFO-PAF SARA 153 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2012-08-02)

    Des représentants mandatés de l'Agence des pêches, du ministère de l'Agriculture, des Forêts et des Pêches, sont autorisés à photographier les baleines pour les identifier, à filmer en vidéo et effectuer des études de transects linéaires pour faire des estimations de l'abondance qui aideront la recherche et contribueront au rétablissement de ces espèces en péril.
  • Raison pour l'émission de la licence(#DFO-PAF SARA 154 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2012-05-01)

    Les représentants mandatés de l'aquarium de Vancouver sont autorisés à prendre des photographies les baleines pour les identifier, à prélever des échantillons de biopsie, de proies et de matières fécales afin de déterminer leur répartition hivernale et leur régime alimentaire. Ces données aident la recherche et contribuent au rétablissement de ces espèces en péril. La quantité limitée de proies et les contaminants sont les deux principales menaces anthropiques pour ces espèces. L'échantillonnage par biopsie fournira des informations sur la concentration des contaminants et éventuellement de nouveaux contaminants, l'analyse des acides gras sur le régime alimentaire et l'échantillonnage génétique sur la filiation paternelle.
  • Raison pour l'émission de la licence(#DFO-PAF SARA 155), en vertu de l'article 74 de la LEP (2012-05-15)

    Il s'agit d'une comparaison des impacts liés à l'alimentation et à l'exposition aux produits toxiques sur la reproduction des épaulards résidents du Sud. Cette comparaison se fait en utilisant des mesures non invasives d'analyse des métabolites d'hormone et des substances toxiques provenant du prélèvement d'échantillons fécaux.
  • Raison pour l'émission de la licence(#DFO-PAF SARA 157 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2012-07-01)

    Cette étude concentrera ses efforts sur les dauphins à flancs blancs du Pacifique. Cependant des photographies et des échantillons de matières fécales et de proies d'autres espèces de mammifères marins seront collectés lorsque l'occasion se présentera et partagés avec des collègues du MPO et d'autres chercheurs sur les mammifères marins.
  • Raison pour l'émission de la licence(#DFO-PAF SARA 159 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2013-01-22)

    Les représentants mandatés du MPO, du Centre de la santé animale et de l'aquarium de Vancouver sont autorisés à recueillir à des fins de diagnostic tous les tissus, les fluides provenant d'un organe et/ou le sang de parties mortes récupérées ou d'autres matériaux prélevés sur les tortues et les mammifères marins morts.
  • Raison pour l'émission de la licence(#DFO-PAF SARA 160 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2013-01-23)

    Des représentants agréés du MPO et de l'aquarium de Vancouver sont autorisés à désenchevêtrer les pinnipèdes, les cétacés ou les tortues de mer des engins de pêche et autres débris provenant d'activités humaine.
  • >> Visionnez le reste des Permis et accords connexes

Plans d'affichage des documents de rétablissement

  • Plan de publication de documents relatifs au rétablissement - Pêches et Océans Canada - Exercice financier 2016-2017 (2018-09-28)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), les ministres compétents doivent préparer un programme de rétablissement dans un délai d'un an dans le cas de l'inscription d'une espèce à l'annexe 1 de la LEP à titre d'espèce en voie de disparition et dans un délai de deux ans dans le cas de l'inscription d'une espèce à titre d'espèce disparue du pays ou menacée. Un plan de gestion doit être préparé dans un délai de trois ans pour une espèce inscrite à titre d'espèce préoccupante. Pêches et Océans Canada (MPO) est responsable de 111 des 518 espèces inscrites sur la liste de la Loi sur les espèces en péril. En février 2016, les programmes de rétablissement, les plans de gestion et les plans d'action de 57 de ces espèces n'avaient pas encore été publiés dans le Registre public des espèces en péril. En outre, les plan de gestion ou d'action de 23 autres espèces aquatiques arriveront prochainement à échéance. La tableau ci-dessous donne un aperçu du plan ministériel de publication dans le Registre public des espèces en péril des documents proposés pour 64 espèces. Le plan du Ministère est de publier des programmes de rétablissement pour 9 espèces, des plans de gestion pour 13 espèces et des plans d'action pour 42 espèces au cours de l'année à venir. Publication originale du Plan de publication de documents relatifs au rétablissement : 2016-05-02
Date de modification :