Profil d'espèce

Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus

Nom scientifique : Charadrius melodus circumcinctus
Autres noms/noms précédents : Pluvier siffleur, circumcinctus
Taxonomie : Oiseaux
Répartition du COSEPAC : Alberta, Saskatchewan, Manitoba, Ontario
Date de l’évaluation et le changement de statut: novembre 2013
Statut du COSEPAC : En voie de disparition
Critères d'évaluation du COSEPAC: C2a(ii)
Justification de la désignation du COSEPAC: Il est anticipé que cette sous-espèce de cet oiseau de rivage connaîtra un déclin à long terme, particulièrement si les efforts de conservation concertés sont relâchés. Le nombre total d’individus demeure faible et la survie des adultes est faible depuis la dernière décennie. Les menaces liées à la prédation, aux perturbations humaines ainsi qu’aux réductions de la superficie et de la qualité de l’habitat continuent.
Historique du statut du COSEPAC: L'espèce a été considérée comme une unité et a été désignée « menacée » en avril 1978. Réexamen du statut : l'espèce a été désignée « en voie de disparition » en avril 1985. En mai 2001, l'espèce a été réexaminée et divisée en deux groupes selon les sous-espèces. La sous-espèce circumcinctus a été désignée « en voie de disparition » en mai 2001. Réexamen et confirmation du statut en novembre 2013.
Statut de la LEP : Annexe 1, En voie de disparition
Date d’inscription (AAAA-MM-JJ): 2003-06-05

Les individus de cette espèce pourraient être protégés en vertu de l'annexe 1 de la LEP sous un autre nom. Pour plus d'information voir l'annexe 1, l'index des espèces de A à Z, ou le cas échéant, le tableau des espèces apparentées ci-dessous.


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus

Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus Photo 1

Haut de la page

Description

Le Pluvier siffleur est un petit oiseau de rivage, de la taille d’une grive, qui se fond très bien dans son entourage. Son plumage est principalement de couleur sable et revêt des marques noires qui lui sont propres (collet noir ou bande noire sur la poitrine, bande noire au-dessus du front blanc et queue partiellement noire). Son croupion est blanc et ses pattes sont orange vif. Son bec, court et gros, est orange et le bout est noir. En hiver, le bec devient noir en entier.

Haut de la page

Répartition et population

La sous-espèce circumcinctus du Pluvier siffleur est un oiseau de l'Amérique du Nord qui niche sur les rives américaines des Grands Lacs (Michigan) et partout dans les grandes plaines, depuis les prairies du Sud du Canada jusqu'au Nebraska. Le Pluvier siffleur hiverne le long de la côte Atlantique, de la Caroline du Sud à la Floride, et le long de la côte du golfe du Mexique. Au Canada, la sous-espèce circumcinctus niche dans le centre de l'Alberta, le Sud de la Saskatchewan et le Sud du Manitoba, et l’espèce nichait autrefois dans le Sud de l'Ontario. Le nombre de Pluviers siffleurs est à la baisse dans toutes les régions. Cependant, les déclins les plus sérieux ont eu lieu dans la région des Grands Lacs. Les derniers Pluviers siffleurs trouvés à nicher dans la région canadienne des Grands Lacs ont été observés à Long Point en 1977. La région des prairies comptait environ 1687 adultes en 1996. Près de 25 p. 100 de la population des prairies du Canada se trouve dans la région des lacs Quill en Saskatchewan, où plus de 430 Pluviers siffleurs ont été observés en 1996.

Haut de la page

Habitat

Les Pluviers siffleurs nichent tout juste au-dessus de la laisse de haute mer moyenne, sur les plages exposées de sable ou de gravier. Dans les prairies, ils nichent sur les rives de gravier de lacs salifères peu profonds, et sur les rives de sable de lacs des prairies de plus grande taille. Les sources de suintement fournissent également un habitat important riche en ressources alimentaires dans les Prairies.

Haut de la page

Biologie

Les Pluviers siffleurs arrivent dans leurs aires de nidification au Canada vers la fin avril ou en mai. Le mâle établit un territoire et tente d'attirer une femelle avec ses rituels dramatiques exécutés dans l’air et sur le sol. Il creuse un nid peu profond dans le sable ou le gravier, qui est ensuite examiné par la femelle. Une ponte contient habituellement quatre oeufs. Les deux parents participent à l'incubation des oeufs et s'occupent des oisillons, même si ces derniers sont capables de trouver leur propre nourriture quelques heures après l’éclosion. Les femelles peuvent commencer à s'accoupler à l'âge d'un an, et peuvent nicher de deux à trois fois en une saison si les oeufs sont détruits, mais elles n’élèvent qu'une couvée par année.

Haut de la page

Menaces

Le facteur limitatif le plus important pour le Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus est la perte de l’habitat provoquée par l’utilisation des plages par l’être humain et les perturbations des lieux de nidification qui s’ensuivent. Les œufs et les oisillons sont la proie des chiens et des chats, tout comme des mouettes et des ratons laveurs attirés vers les aires de nidification par les déchets des pique-niqueurs. Dans les Prairies, le bétail et les chevaux piétinent les nids, et les oisillons peuvent rester prisonniers des empreintes profondes de leurs sabots. Les modifications du niveau de l’eau dues aux activités récréatives ou de construction, les barrages et les tempêtes saisonnières menacent aussi les lieux de nidification de cette sous-espèce.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Le Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus est protégé par la Loi sur la convention concernant les oiseaux migrateurs du gouvernement fédéral. Cette loi interdit de nuire aux adultes, aux jeunes et aux œufs, de les tuer ou de les collecter. Les individus de cette sous-espèce sont protégés par la Loi sur les parcs nationaux du Canada lorsqu’ils se trouvent dans le parc national de la Pointe-Pelée. Ils sont également protégés aux termes de la Loi sur les espèces en voie de disparition du Manitoba et de celle de l’Ontario, ainsi que de la Wildlife Act de la Saskatchewan et de celle de l’Alberta. La région des lacs Quill, en Saskatchewan, est reconnue à l’échelle internationale comme une zone importante pour la conservation des oiseaux (ZICO). Des plans de conservation sont élaborés pour les ZICO au Canada en partenariat avec des propriétaires fonciers, des naturalistes, des chasseurs, des organismes gouvernementaux et municipaux, des groupes autochtones, des scientifiques et d’autres.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement du Pluvier siffleur (Charadrius melodus circumcinctus) au Canada
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Nom : Addenda à la version finale du Programme de rétablissement du Pluvier siffleur (Charadrius melodus circumcinctus) au Canada portant sur la désignation de l’habitat essentiel
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablissement du Pluvier siffleur de l'Alberta

  • David Prescott - Président/Contact - Gouv. de l'Alberta
    Tél. : 403-340-4309  Téléc. : 403-340-5575  Envoyer un courriel

Haut de la page

Progrès et activités de rétablissement

Résumé des progrès réalisés jusqu?à présent Un plan national de rétablissement, qui couvre les deux sous espèces, circumcinctus et melodus, a été publié en 2002. Des équipes de rétablissement distinctes (l?Équipe de rétablissement du Pluvier siffleur des Prairies et l?Équipe de rétablissement du Pluvier siffleur de l?Atlantique) ont été créées pour les deux sous espèces, dont les besoins écologiques diffèrent. De plus, une équipe de rétablissement du Pluvier siffleur de l?Alberta s?occupe des pluviers de cette province, et le Manitoba et l?Ontario ont chacun un groupe de mise en ?uvre du rétablissement qui supervise les activités de rétablissement dans leur province respective. Le président de l?Équipe de rétablissement du Pluvier siffleur des Prairies est également membre du International Piping Plover Coordination Group, qui s?intéresse aux grandes questions du rétablissement et de la recherche. Le Service canadien de la faune est en contact avec le U. S. Great Lakes Piping Plover Recovery Team, établissant de ce fait des relations en prévision du moment où des Pluviers siffleurs se reproduiront de nouveau dans le sud de l?Ontario. L?objectif à long terme du Plan national de rétablissement de 2002 est d?en arriver à une population viable, autosuffisante et bien répartie d?au moins 2 296 Pluviers siffleurs adultes pour trois dénombrements internationaux consécutifs (11 ans). Pour la prairie canadienne, les objectifs à long terme consistent à augmenter le taux moyen du premier envol et à le maintenir à plus de 1,25 oisillon par couple par année, et à atteindre au moins 300 individus en Alberta, 1 200 en Saskatchewan, 120 au Manitoba et 6 dans la région du lac des Bois, en Ontario. Le Plan recommande des activités de recherche et de gestion pour la période de 2000 à 2004. Un programme de rétablissement révisé, en voie d?élaboration, orientera les activités de rétablissement futures. Résumé des activités de recherche et de surveillance On a effectué des relevés, depuis les années 1980 jusqu?à maintenant, pour découvrir toutes les aires de reproduction utilisées par le Pluvier siffleur en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba et en Ontario. En Alberta, des dénombrements des adultes et des nichées sont effectués chaque année près d?au moins 25 lacs. Les principaux lieux de reproduction du Manitoba font aussi l?objet de dénombrements chaque année. En Saskatchewan, les dénombrements sont limités surtout aux endroits où s?effectuent des recherches. Le grand nombre de terres humides de la Saskatchewan, les distances et les ressources limitées rendent la surveillance annuelle de tous les sites impossible. Un examen approfondi de l?utilisation historique de l?habitat par le Pluvier siffleur en Alberta a relevé plus de 75 lacs ayant été utilisés par le Pluvier siffleur dans la province, dont 45 où la nidification est confirmée. La moitié à peu près de ces sites sont des propriétés privées, tandis que l?autre moitié se trouvent sur des terres publiques. L?équipe de rétablissement de l?Alberta utilise cette information pour cibler les activités de recherche et de sensibilisation. On a évalué l?habitat du Pluvier siffleur dans 52 bassins hautement prioritaires du sud de la Saskatchewan afin de circonscrire ce qui peut menacer la réussite de la reproduction à ces endroits. Les résultats de l?étude ont servi à des fins de négociation avec des gestionnaires des terres des projets d?amélioration visant à réduire ces menaces, projets qui seront réalisés en collaboration. Les activités actuelles de recherche sur le terrain comprennent une étude de la dynamique des populations de la Saskatchewan qui évaluera la survie et la fidélité au site des Pluviers siffleurs. Résumé des activités de rétablissement La mise au point et l?utilisation à grande échelle de petits exclos portatifs contre les prédateurs sont une réussite importante de la gestion du Pluvier siffleur. Plus petit que ceux qui étaient utilisés auparavant, cet exclos attire moins les rapaces qui pourraient s?en servir comme perchoir et les bovins qui l?utiliseraient comme poteau à gratter, et il est moins visible pour le public. Des études montrent que les exclos placés sur les nids augmentent la réussite de l?éclosion. Un tel outil de gestion, efficace et peu coûteux, est maintenant largement utilisé en Alberta, en Saskatchewan et au Manitoba. Les exclos font plus que doubler la réussite de l?éclosion des ?ufs de Pluviers siffleurs dans les sites gérés. Les initiatives de sensibilisation, qui renseignent les propriétaires fonciers, les utilisateurs des plages et l?industrie sur les pluviers, et qui réduisent de ce fait la perturbation des nids de ceux ci, connaissent beaucoup de succès. De nombreux lacs dans les Prairies ont de plus fait l?objet de projets d?amélioration de l?habitat réalisés en collaboration. En Alberta, les biologistes espèrent que l?enlèvement de nids non occupés de Corneilles d?Amérique à certains lacs fréquentés par les pluviers pendant l?hiver réduira l?habitat de nidification éventuel d?espèces (en particulier le Faucon émerillon) qui s?en prennent aux pluviers adultes. Bien que l?efficacité d?une telle stratégie n?ait pas encore été établie, on espère qu?elle contribuera au rétablissement du Pluvier siffleur en Alberta. L?ensemble des activités de conservation a peut être fait augmenter la population de Pluviers siffleurs de l?Alberta, qui a atteint 206 adultes en 2005. Les Pluviers siffleurs sont, pendant la saison de reproduction, très vulnérables aux perturbations provoquées par les gens, les animaux domestiques, les bovins et les véhicules tout terrain. Leurs nids bien camouflés sont facilement piétinés. La collaboration des propriétaires fonciers, des producteurs de bétail, des organismes gouvernementaux, des organisations qui s?emploient à la conservation, des observateurs d?oiseaux et des adeptes du plein air est donc essentielle à la protection du Pluvier siffleur et de son habitat pendant la saison de reproduction. La réglementation et les activités de sensibilisation visent à dissuader les gens de perturber les plages de nidification.Les plages de nidification du Pluvier siffleur à Grand Beach, au Manitoba, sont étroitement surveillées pendant la saison de reproduction, et on place des exclos au dessus des nids pour protéger les ?ufs contre les mouettes. Des gardiens bénévoles parcourent la plage Grand pour donner de l?information sur le pluvier et encourager les gens à respecter les exclos. L?information est diffusée par le truchement de brochures, de présentations dans les écoles et par contact direct avec les propriétaires de chalet avoisinant les plages de nidification. Il existe deux autres programmes de gardiens dans les Prairies, l?un au lac Muriel, en Alberta, et l?autre au lac Diefenbaker, en Saskatchewan. Des plans de gestion ont été élaborés pour 30 lacs de l?Alberta en 2003 et en 2004, et ont été remis à des gestionnaires clés. En 2005, les propriétaires fonciers et les propriétaires de chalet entourant 27 lacs où niche le Pluvier siffleur ont été personnellement rencontrés, et des projets de gestion de l?habitat et du bétail ont été réalisés à 13 lacs de l?Alberta. Les activités effectuées sont la conclusion d?accords de collaboration visant à limiter l?accès aux plages de nidification, l?installation de clôtures pour empêcher les bovins de se rendre dans l?habitat de nidification des rives (et la fourniture de sources d?eau de rechange pour le bétail), l?enlèvement de la végétation des plages, l?ajout de gravier et l?installation de panneaux d?avertissement. Des projets similaires d?amélioration de l?habitat ont été réalisés en Saskatchewan. En 2005, on a installé cinq systèmes d?abreuvement du bétail au lac Old Wives pour réduire les perturbations que celui ci cause et on a transformé 89 hectares de terres agricoles au lac Willow Bunch dans le cadre de projets d?amélioration de l?habitat du Pluvier siffleur. L?équipe de l?Alberta a collaboré avec plusieurs sociétés pétrolières et gazières de la province pour que les projets d?expansion ne perturbent pas les pluviers ni ne dégradent leur habitat. Cette collaboration a été une réussite, l?habitat du Pluvier siffleur n?ayant subi, pour autant qu?on le sache, aucun dommage et les oiseaux nicheurs n?ayant pas été perturbés par suite d?activités industrielles. Le quart environ des Pluviers siffleurs de la Saskatchewan nichent au lac Diefenbaker. Le niveau de l?eau du réservoir est en général à son plus bas au début du printemps, puis il augmente jusqu?au début d?août. Lorsque l?eau monte, les nids peuvent être inondés et la superficie de l?habitat dont les oisillons disposent sur la plage pour se disperser peut diminuer rapidement, ce qui permet peut être aux prédateurs de repérer plus facilement les jeunes pluviers et de les attaquer. En 2002, le Service canadien de la faune a ramassé, au lac Diefenbaker, 79 ?ufs de pluvier menacés par l?inondation. Les ?ufs ont été envoyés dans un établissement de reproduction en captivité du Nebraska, où 65 oisillons ont survécu et ont été élevés en captivité jusqu?à ce qu?ils puissent voler. Les jeunes ont alors été mis en liberté au lac Chaplin, en Saskatchewan. Les nids de Pluviers siffleurs ont de nouveau été menacés par l?inondation au lac Diefenbaker en 2005. Les ?ufs ont été déplacés jusqu?au dessus des eaux montantes et, lorsqu?il était impossible de les sauver, 276 ont été ramassés et incubés, et les jeunes ont été élevés en captivité jusqu?à ce qu?ils puissent être remis en liberté dans la nature. Au total, la Saskatchewan Watershed Authority a relâché 104 jeunes pluviers au lac Chaplin en 2005. Adresse URL

Faune et flore du pays : Pluvier siffleur : http://www.hww.ca/hww2_f.asp?pid=1&cid=7&id=61

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

21 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Pluvier siffleur Charadrius melodus au Canada (2014-10-15)

    Le Pluvier siffleur est un petit oiseau de rivage qui se rencontre uniquement en Amérique du Nord. Il a le dos couleur de sable, le bec court et les pattes orange. Durant la saison de reproduction, un seul collier noir traverse sa poitrine, une bande noire s’étend sur le front entre les yeux, et le bec est orange, avec le bout noir. Deux sous-espèces sont reconnues : la sous-espèce circumcinctus niche dans les Prairies canadiennes, les Grandes Plaines des États-Unis et la région des Grands Lacs, tandis que la sous-espèce melodus se reproduit le long de la côte atlantique du Canada et des États-Unis. Plus du tiers de la population mondiale se reprzoduit au Canada, et plus de la moitié de l’aire de nidification de l’espèce se trouve au Canada. Le Pluvier siffleur a été l’objet d’études approfondies et de nombreuses mesures de conservation et de rétablissement au cours des 50 dernières années.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus (2015-01-13)

    Il est anticipé que cette sous-espèce de cet oiseau de rivage connaîtra un déclin à long terme, particulièrement si les efforts de conservation concertés sont relâchés. Le nombre total d’individus demeure faible et la survie des adultes est faible depuis la dernière décennie. Les menaces liées à la prédation, aux perturbations humaines ainsi qu’aux réductions de la superficie et de la qualité de l’habitat continuent.

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement du Pluvier siffleur (Charadrius melodus circumcinctus) au Canada (2007-07-13)

    Le Pluvier siffleur est un oiseau migrateur protégé par la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs, et sa gestion relève de la compétence du gouvernement fédéral. En vertu de l’article 37 de la Loi sur les espèces en péril (LEP), le ministre compétent doit préparer un programme de rétablissement pour toute espèce sauvage inscrite comme disparue du pays, en voie de disparition ou menacée. Le Pluvier siffleur a été désigné comme étant en voie de disparition par le COSEPAC en 2001 et il a été officiellement inscrit à la liste des espèces en voie de disparition de la LEP en juin 2001. Le Service canadien de la faune de la Région des Prairies et du Nord (Environnement Canada) a dirigé l’élaboration du présent programme de rétablissement. Le programme est conforme aux exigences de la LEP en ce qui a trait au contenu et au processus (articles 39-41).

Plans d'actions

  • Plan d'action pour le Pluvier siffleur (Charadrius melodus circumcinctus) en Ontario (2013-02-08)

    En vertu de l’article 47 de la Loi sur les espèces en péril (LEP), le ministre compétent est tenu d’élaborer des plans d’action fondés sur les programmes de rétablissement pour toute espèce inscrite comme disparue du pays, en voie de disparition ou menacée. Le Pluvier siffleur de la sous­espèce circumcinctus a été désigné « en voie de disparition » en vertu de la LEP, en juin 2003, et le programme de rétablissement de l’espèce a été finalisé en octobre 2006. Un addenda au programme de rétablissement a été publié en 2007. Environnement Canada a dirigé l’élaboration du plan d’action, en partenariat avec l’Agence Parcs Canada. Le présent plan est un des quatre plans d’action élaborés pour le Pluvier siffleur de la sous­espèce circumcinctus. Il y aura un plan d’action distinct pour chaque province où se trouve le Pluvier siffleur de la sous­espèce circumcinctus. Ce plan d’action s’applique seulement à la province de l’Ontario. Il a été préparé en collaboration avec la province de l’Ontario.
  • Plan d’action pour le Pluvier siffleur (Charadrius melodus circumcinctus) en Alberta (2009-10-23)

    Le Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus est un oiseau migrateur visé par la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs, et sa gestion relève de la compétence du gouvernement fédéral. En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP, article 47), le ministre compétent est tenu d’élaborer, pour les espèces qui sont inscrites aux catégories « disparue du pays », « en voie de disparition » ou « menacée », des plans d’action qui sont fondés sur le programme de rétablissement. Le Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus a été désigné comme espèce « en voie de disparition » par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) en 2001 et officiellement inscrit en vertu de la LEP en juin 2003. En Alberta, il est désigné en voie de disparition (endangered) en vertu de la Wildlife Act de l’Alberta. Le ministère du Développement durable des ressources de l’Alberta a dirigé l’élaboration du plan de rétablissement de l’Alberta pour l’espèce, en collaboration avec le Service canadien de la faune, Région des Prairies et du Nord, Environnement Canada, et d’autres organismes. Environnement Canada a élaboré des sections additionnelles afin de satisfaire à toutes les exigences prévues par la LEP et d’autres lois et pour permettre au ministre de l’Environnement d’adopter le document de l’Alberta comme Plan d’action pour le Pluvier siffleur (Charadrius melodus circumcinctus) en Alberta. Le plan d’action satisfait aux exigences de la LEP en matière de contenu et de processus (articles 48 et 49). Il s’agit de l’un des quatre plans d’action qui donnent un aperçu des mesures requises pour mettre en œuvre le programme de rétablissement du Pluvier siffleur (Charadrius melodus circumcinctus) au Canada. Dans l’esprit de collaboration de l’Accord, le gouvernement de l'Alberta a donné au gouvernement du Canada la permission d'adopter le Plan de rétablissement du Pluvier siffleur en Alberta, 2005-2010 (Annexe 1) en tant que plan d’action en vertu de l’article 51 de la Loi sur les espèces en péril (LEP). Environnement Canada a inclus une addition afin que le présent plan d’action réponde aux exigences de la LEP.
  • Plan d’action pour le Pluvier siffleur (Charadrius melodus circumcinctus) en Saskatchewan (2009-10-23)

    Le Pluvier siffleur est un oiseau migrateur visé par la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs, et sa gestion relève de la compétence du gouvernement fédéral. En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP, article 47), le ministre compétent est tenu d’élaborer des plans d’action, fondés sur le programme de rétablissement qui s’y rattache, pour les espèces inscrites comme disparues du pays, en voie de disparition ou menacées. Le Pluvier siffleur de la sous-espèce circumcinctus a été désigné en voie de disparition par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) en 2001 (COSEPAC, sous presse) et a été officiellement inscrit sur la liste de la LEP en juin 2003. En Saskatchewan, le Pluvier siffleur est inscrit sur la liste des espèces en voie de disparition en vertu des règlements The Wild Species at Risk Regulations relatifs à The Wildlife Act (part V). En vertu de cette désignation, il est interdit de perturber, de collectionner, de récolter, de capturer, de tuer et d’exporter le Pluvier siffleur, et de perturber et de détruire son nid. Bien que les organismes provinciaux soient représentés au sein de l’équipe de rétablissement du Pluvier siffleur des Prairies, il n’y a actuellement aucune équipe de rétablissement ni aucun groupe de mise en œuvre du Pluvier siffleur spécifique à la province de la Saskatchewan. La Région des Prairies et du Nord du Service canadien de la faune, Environnement Canada, a dirigé l’élaboration du présent plan d’action. Le plan d’action proposé satisfait aux exigences de la LEP en termes de contenu et de processus (article 49).
  • Plan d’action visant des espèces multiples dans le parc national du Canada de la Pointe Pelée et les lieux historiques nationaux du Canada du Niagara (2016-07-05)

    Le Plan d’action visant des espèces multiples dans le parc national du Canada de la Pointe-Pelée et les lieux historiques nationaux du Canada du Niagara s’applique aux terres et aux eaux situées à l’intérieur des limites des deux sites : le parc national du Canada de la Pointe-Pelée (PNPP) et les lieux historiques nationaux du Canada du Niagara (LHNN). Ce dernier terme est utilisé pour désigner collectivement deux endroits de la région du Niagara qui comprennent trois lieux historiques nationaux, soit le lieu historique national du Canada du Fort-George, le lieu historique national du Canada du Champ-de-Bataille-du-Fort-George et le lieu historique national du Canada des Casernes-de-Butler. Le présent plan satisfait aux exigences concernant les plans d’action fixées dans la Loi sur les espèces en péril (LEP; article 47) pour les espèces qui requièrent un plan d’action et qui sont présentes de façon régulière dans ces sites. Les mesures décrites dans le plan vont également entraîner des avantages pour d’autres espèces régulièrement présentes dans le PNPP et les LHNN pour lesquelles il existe des préoccupations quant à leur conservation.
  • Plan d’action visant des espèces multiples dans le parc urbain national de la Rouge (2021-03-31)

    Le plan d'action proposé visant des espèces multiples du parc urbain national de la Rouge s’applique à toutes les terres et les eaux de propriété fédérale régies par Parcs Canada au parc urbain national de la Rouge (PUNR), y compris le lieu historique national de la Colline Bead. Dans la mesure du possible, ce plan a été preparé en collaboration avec Environnement et Changement climatique du Canada, Pêches et Océans Canada, la province de l’Ontario, le Cercle consultatif des Premières Nations du parc urbain national de la Rouge, et des organisations environnementales non gouvernementales conformément au paragraphe 48(1) de la LEP. Le plan satisfait aux exigences relatives aux plans d’action fixées par la Loi sur les espèces en péril (LEP, art. 47) en ce qui a trait aux espèces pour lesquelles il faut établir un plan d’action et qui sont observées régulièrement à cet endroit. Les mesures décrites dans ce plan profiteront aussi à d’autres espèces régulièrement présentes dans le PUNR pour lesquelles il existe des préoccupations quant à leur conservation. Compte tenu de la pandémie de COVID 19 actuelle, la période de commentaires du public de 60 jours sur le plan d'action proposé visant des espèces multiples du parc urbain national du Canada de la Rouge a été prolongée à 90 jours afin d’accorder suffisamment de temps pour la rétroaction.
  • Sommaire du plan d’action pour le pluvier siffleur (Charadrius melodus circumcinctus) au Manitoba (2009-09-15)

    Le Plan d’action pour le Pluvier siffleur (Charadrius melodus circumcinctus) au Manitoba devait être affiché dans le Registre public des espèces en péril au plus tard le 31 décembre 2007 pour une période de consultation publique de 60 jours. Une version provisoire du plan d’action a été préparée, mais le plan d’action nécessite encore des révisions et des consultations avec des intervenants clés et des propriétaires fonciers avant son affichage dans le Registre public des espèces en péril. La province du Manitoba dirige l’élaboration du Plan d’action pour le Pluvier siffleur (Charadrius melodus circumcinctus) au Manitoba et Environnement Canada sera responsable du processus de consultation conjointement avec la province du Manitoba. Une fois le plan d’action terminé, Environnement Canada l’adoptera, en vertu de l’article 51 de la Loi sur les espèces en péril, et l’affichera dans le Registre public des espèces en péril. Environnement Canada poursuivra sa collaboration avec la province du Manitoba pour s’assurer que le plan d’action soit affiché dans le Registre public des espèces en péril dans les plus brefs délais.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2013-2014 (2014-10-15)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année (octobre 2013 à septembre 2014), le COSEPAC a tenu deux réunions d’évaluation des espèces sauvages, la première du 24 au 29 novembre 2013, et la deuxième, du 27 avril au 2 mai 2014. Durant la période de déclaration en cours, le COSEPAC a évalué la situation ou revu la classification de 56 espèces sauvages. Disparues : 0 Disparues du pays : 0 En voie de disparition : 23 Menacées : 12 Préoccupantes : 20 Données insuffisantes : 0 Non en péril : 1 Total : 56 Sur les 56 espèces sauvages examinées, le COSEPAC a révisé la classification de 40 espèces dont la situation avait déjà été évaluée. La révision de la classification de 25 de ces espèces a confirmé que leur statut n’avait pas changé par rapport à celui qui leur avait été attribué lors de l’évaluation précédente.

Permis et accords connexes

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril : espèces terrestres - Janvier 2015 (2015-01-13)

    Le gouvernement du Canada est voué à prévenir la disparition des espèces sauvages en péril de nos territoires. Dans le cadre de sa stratégie visant à honorer cet engagement, le gouvernement du Canada a adopté la Loi sur les espèces en péril (LEP), le 5 juin 2003. L'annexe 1 de la Loi, qui présente la liste des espèces qui sont protégées en vertu de la LEP, est aussi appelée la « Liste des espèces en péril ». Les espèces disparues du pays, en voie de disparition ou menacées qui figurent à l'annexe 1 bénéficient de la protection conférée par les interdictions et d’exigences en matière de la planification du rétablissement prévues à la LEP. Les espèces préoccupantes bénéficient d’exigences en matière de planification de la gestion. L'annexe 1 contenait initialement 233 espèces sauvages en péril et, maintenant, 521 espèces forment la liste. Veuillez envoyer vos commentaires au plus tard : le 15 avril 2015 pour les espèces terrestres faisant l'objet de consultations régulières; et le 15 octobre 2015 pour les espèces terrestres faisant l'objet de consultations prolongées.Pour obtenir une description des processus de consultation auxquels ces espèces seront soumises, veuillez consulter le site Web suivant : Registre public des espèces en péril

Description de la résidence

  • Description de la résidence du pluvier siffleur (charadrius melodus, sous-espèces circumcinctus et melodus) au Canada (2005-05-09)

    Ce qui suit est une description de la résidence du Pluvier siffleur (Charadrius melodus - sous espèces circumcinctus et melodus), créée afin d'accroître la sensibilisation publique et d'aider à l'application de l'interdiction décrite ci dessus. Comme oiseau migrateur protégé par la LCOM, le Pluvier siffleur relève de la compétence fédérale et donc l'interdiction relative à la résidence est en vigueur sur tout le territoire où se trouve cette espèce. On sait que les Pluviers siffleurs ont une résidence : le nid.

Descriptions dans la Gazette du Canada sur l'habitat essentiel

Date de modification :