Profil d'espèce

Sanicle bipinnatifide

Nom scientifique : Sanicula bipinnatifida
Taxonomie : Plantes vasculaires
Répartition du COSEPAC : Colombie-Britannique
Date de l’évaluation et le changement de statut: mai 2001
Statut du COSEPAC : Menacée
Critères d'évaluation du COSEPAC: Correspond aux critères de la catégorie « en voie de disparition », B1+2c, mais est désignée « menacée » puisque l’espèce n’est pas en danger imminent de disparition du pays selon l’absence de déclins récents et la preuve que plusieurs populations maintiennent un nombre constant de plantes.
Justification de la désignation du COSEPAC: Espèce limitée géographiquement et ayant une petite aire de répartition dans les biocénoses des chênes de Garry se trouvant dans une région urbanisée importante, en péril en raison de la perte et de la détérioration de l’habitat et de l’incidence des plantes exotiques.
Historique du statut du COSEPAC: Espèce désignée « menacée » en mai 2001.
Statut de la LEP : Annexe 1, Menacée
Date d’inscription (AAAA-MM-JJ): 2003-06-05

Les individus de cette espèce pourraient être protégés en vertu de l'annexe 1 de la LEP sous un autre nom. Pour plus d'information voir l'annexe 1, l'index des espèces de A à Z, ou le cas échéant, le tableau des espèces apparentées ci-dessous.


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Sanicle bipinnatifide

Sanicle bipinnatifide Photo 1
Sanicle bipinnatifide Photo 2

Haut de la page

Description

La Sanicle bipinnatifide est une herbe vivace (parfois bisannuelle) à courte durée de vie, coriace, droite, et ramifiée, qui mesure de 10 à 60 cm de haut et qui pousse à partir d’une racine pivotante verticale. Les feuilles sont dentelées, et soit simples ou divisées en lobes à une ou deux reprises. Elles ont un axe de feuille dentelé et ailé. Les feuilles se trouvent à la base de la plante et sur la partie inférieure de la tige. L’inflorescence comprend de nombreuses ombelles compactes (grappes de fleurs plates ou arrondies dont les pédoncules semblent apparaître d’un même point). Les fleurs, d’un pourpre foncé ou d’un rouge vin, produisent des fruits schizocarpes (fruits composés secs qui se séparent en carpelles à maturité), mesurant de 3 à 6 mm de long et couverts de gros piquants en forme de crochet.

Haut de la page

Répartition et population

La Sanicle bipinnatifide se trouve sur la côte ouest de l’Amérique du Nord, de la Colombie-Britannique jusqu’au nord de la Basse-Californie, au Mexique. Au Canada, elle se trouve seulement dans le sud-est de l’île de Vancouver et dans les îles du Golfe voisines. Depuis 1949, 18 populations de sanicles bipinnatifides ont été observées au Canada. La taille des populations varie d’une seule plante à plus de 1100 individus.

Haut de la page

Habitat

La Sanicle bipinnatifide pousse dans les clairières de prés d’herbes, sur les rives sablonneuses s’érodant des falaises au bord de la mer et sur des monticules herbeux et arbustifs. L’espèce craint l’ombre et se trouve dans des sols très secs ou modérément secs, riches en azote. Le climat méditerranéen particulier de cette région est dû aux montagnes Olympic et de l’île de Vancouver, qui empêchent le passage des nuages et de la pluie venant de l’ouest. Par conséquent, la région se trouvant sur le versant est des montagnes est marquée par des étés chauds et secs et des hivers doux et humides. Le début du printemps est humide, ce qui favorise la germination et la croissance, avant que ne débute la sécheresse de l’été.

Haut de la page

Biologie

Peu de recherches ont été effectuées sur cette espèce dans l’ensemble de son aire de répartition géographique. La floraison a lieu au début de mai et peut se poursuivre jusqu’à la fin de juin. Les toutes petites fleurs unisexuées ne sont pas spécialisées et sont probablement pollinisées par des insectes généralistes. L’espèce est protogyne (les fleurs femelles arrivent à maturité les premières). Les semences plantées durant l’hiver ou tôt au printemps germent en 41 jours.

Haut de la page

Menaces

Bien que la Sanicle bipinnatifide ait une aire de répartition restreinte au Canada, elle ne semble pas être limitée par un facteur biologique quelconque. Elle est principalement limitée par les perturbations anthropiques. Le développement s’étendait et s’étend encore dans le sud-est de l’île de Vancouver. Dans tous les sites, les menaces causées par les humains comprennent la modification de l’habitat, le développement au sein des parcs régionaux et municipaux, de même que la concurrence engendrée par les plantes introduites (exotiques).

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Sanicle bipinnatifide est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Deux populations de sanicles bipinnatifides se trouvent sur des terres du ministère de la Défense nationale en Colombie-Britannique, lesquelles font partie du territoire domanial protégé par la LEP.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement multi-espèces visant les espèces en péril des prés maritimes associés aux chênaies de Garry au Canada
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablissement de l'écosystème des chênes de Garry

  • Conan Webb - Président/Contact - Agence Parcs Canada
    Tél. : 250-478-5153  Envoyer un courriel

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

11 enregistrement(s) trouvé(s).

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement multi-espèces visant les espèces en péril des prés maritimes associés aux chênaies de Garry au Canada (2016-11-04)

    Le présent programme de rétablissement vise sept espèces végétales et deux espèces de papillons ainsi que leurs habitats. Ces espèces présentent l'une ou plusieurs des caractéristiques suivantes : déclin de la population totale, aire de répartition peu étendue avec déclin ou fluctuation, perte d'habitat, petite population en déclin, ou très petite population ou aire de répartition restreinte (COSEPAC, 2003b). Si des mesures de rétablissement ne sont pas prises, ces espèces pourraient disparaître du Canada ou de la planète à l'état sauvage.

Permis et accords connexes

  • Raison pour l'émission du permis(#16), en vertu de l'article 73 de la LEP (2006-05-12)

    L'objectif immédiat de ce projet est de protéger des populations choisies contre la dégradation de l'habitat due à des espèces envahissantes ou à l'empiètement des conifères. Les espèces en péril de chaque localité se trouvent dans des prés ouverts envahis par le genêt à balais, le lierre commun, l'ajonc d'Europe, le houx commun, le daphné lauréole, des chardons ou des conifères. Notre but est d'éliminer les espèces envahissantes dans les zones adjacentes aux sous populations choisies. Il est probable que l'enlèvement des espèces envahissantes accroîtra la disponibilité d'habitat et réduira la compétition future si jamais ces plantes tendaient à envahir les prés. En outre, on pense que l'élimination de cette compétition accroîtra la vigueur des plantes et la production de graines et donc, avec le temps, la taille des populations.
  • Raison pour l'émission du permis(#17), en vertu de l'article 73 de la LEP (2006-05-12)

    Le but immédiat de ce projet est de protéger certaines populations d'une dégradation de l'habitat causée par les espèces envahissantes et les activités humaines, et des effets du broutage. Dans le cas du Sanicula arctopoides et du Lotus formosissimus, qui sont présents dans des prés ouverts que colonise le genêt à balai, les chardons et le séneçon jacobée, ces espèces envahissantes seront enlevées de la zone adjacente aux sous-populations visées et feront l'objet d'une surveillance. Des cages de filet ont déjà été installées sur des individus pour les protéger du broutage. On suppose que les espèces en péril vont tirer profit de ces activités du fait de la plus grande disponibilité de l'habitat et de la réduction de la compétition avec les espèces envahissantes. On pense aussi que l'élimination du broutage va accroître la vigueur des plantes, la production de graines et, avec le temps, la taille des populations. Il semble aussi que les sous-populations de Seriocarpus rigidus soient gravement menacées par la compétition des espèces envahissantes, quoique ces dernières puissent assurer une protection contre le broutage. Pour éviter les erreurs de gestion qui mettraient encore plus en danger les espèces, les demandeurs devront déterminer l'impact de l'enlèvement des plantes envahissantes sur la prédation par les herbivores à petite échelle. Le genêt à balai et les autres mauvaises herbes herbacées seront enlevés sur de petites parcelles des sous-populations qui sont dominées par le genêt à balai, tandis que les autres sous-populations seront laissées intactes. Avec le temps, on évaluera les impacts de cette opération en surveillant l'activité de broutage et la vigueur des plantes. Le Sanicula bipinnatifida est menacé par la dégradation de l'habitat (érosion du sol favorisée par les activités humaines) et par l'empiètement des espèces envahissantes à un endroit. Une clôture de perches a déjà été installée sur la crête de la pente supérieure de l'habitat de la sous-population pour ramener les promeneurs sur les sentiers établis et les éloigner de l'espèce en péril. De plus, on a enlevé du site en 2004-2005 environ un hectare d'espèces ligneuses envahissantes. Pour surveiller les effets de ces activités sur les espèces en péril, on évaluera les dommages aux feuilles tout au long de la saison de croissance.
  • Raison pour l'émission du permis(#5), en vertu de l'article 73 de la LEP (2006-04-01)

    Le but immédiat du projet est de protéger des populations choisies contre la dégradation de l'habitat et le broutage. Selon l'espèce et l'endroit, la dégradation de l'habitat est causée par des espèces envahissantes ou par l'activité humaine. Dans le cas du Sanicula arctopoides et du Lotus formosissimus, l'auteur du projet propose d'enlever les espèces ligneuses envahissantes autour des sous-populations choisies et de protéger les individus contre le broutage en les abritant sous des cages grillagées. L'enlèvement des espèces envahissantes devrait freiner la perte d'habitat ou la dégradation de l'habitat, et l'élimination du broutage devrait accroître la vigueur et la productivité des plantes. Pour établir le niveau de protection contre le broutage que le genêt à balai, espèce ligneuse envahissante, fournit au Seriocarpus rigidus et pour empêcher que des erreurs de gestion soient commises à l'avenir et que l'espèce se trouve davantage en péril, nous devons déterminer à petite échelle l'impact de l'enlèvement du genêt à balai sur la prédation par les herbivores. L'auteur du projet procédera à l'enlèvement expérimental du genêt à balai dans de petits îlots des sous-populations dominées par cette plante envahissante, en ne touchant pas aux autres sous-populations. L'activité de broutage et la vigueur des plantes dans les deux groupes de sous-populations seront comparées. Le Sanicula bipinnatifida et le Lupinus densiflorus var. densiflorus sont menacés à un endroit par la dégradation de l'habitat (érosion du sol accentuée par des activités humaines) et des espèces envahissantes. Pour prévenir le piétinement et freiner l'érosion du sol, l'auteur du projet va planter une clôture végétale au haut de la pente où est sise la sous-population, ce qui éloignera les marcheurs de ces espèces en péril.
  • Raison pour l'émission du permis(#59-04-0388), en vertu de l'article 73 de la LEP (2004-07-19)

    Le projet consiste à mettre à l'essai l'enlèvement des espèces envahissantes et l'aménagement de clôtures végétales à partir de populations de cinq espèces végétales en péril, en vue de mesures d'aménagement visant à rétablir les cinq espèces sur des terres fédérales. L'objectif immédiat du projet est de protéger certaines populations contre la dégradation anthropique de leur habitat, la compétition exercée par les plantes envahissantes et les effets du broutage. L'enlèvement des espèces envahissantes risque cependant d'exposer les espèces ciblées à un degré plus élevé de prédation par les herbivores. Cette hypothèse a des conséquences pour les mesures de rétablissement futures, et le projet permettra de la vérifier dans le cadre d'une expérience contrôlée.
  • Raison pour l'émission du permis(#59-05-0231), en vertu de l'article 73 de la LEP (2005-02-15)

    Le but immédiat du projet est de protéger des populations choisies contre la dégradation de l'habitat et le broutage. Selon l'espèce et l'endroit, la dégradation de l'habitat est causée par des espèces envahissantes ou par l'activité humaine. Dans le cas du Sanicula arctopoides et du Lotus formosissimus, l'auteur du projet propose d'enlever les espèces ligneuses envahissantes autour des sous-populations choisies et de protéger les individus contre le broutage en les abritant sous des cages grillagées. L'enlèvement des espèces envahissantes devrait freiner la perte d'habitat ou la dégradation de l'habitat, et l'élimination du broutage devrait accroître la vigueur et la productivité des plantes. Pour établir le niveau de protection contre le broutage que le genêt à balai, espèce ligneuse envahissante, fournit au Seriocarpus rigidus et pour empêcher que des erreurs de gestion soient commises à l'avenir et que l'espèce se trouve davantage en péril, nous devons déterminer à petite échelle l'impact de l'enlèvement du genêt à balai sur la prédation par les herbivores. L'auteur du projet procédera à l'enlèvement expérimental du genêt à balai dans de petits îlots des sous-populations dominées par cette plante envahissante, en ne touchant pas aux autres sous-populations. L'activité de broutage et la vigueur des plantes dans les deux groupes de sous-populations seront comparées. Le Sanicula bipinnatifida et le Lupinus densiflorus var. densiflorus sont menacés à un endroit par la dégradation de l'habitat (érosion du sol accentuée par des activités humaines) et des espèces envahissantes. Pour prévenir le piétinement et freiner l'érosion du sol, l'auteur du projet va planter une clôture végétale au haut de la pente où est sise la sous-population, ce qui éloignera les marcheurs de ces espèces en péril.
  • Raison pour l'émission du permis(#59-05-0365), en vertu de l'article 73 de la LEP (2005-04-13)

    Les effectifs de plantes, par stade phénologique et classe démographique, sont établis et décrits dans des quadrats marqués, au moyen de techniques d'échantillonnage non destructives. Quand cela est possible, les plantes sont simplement comptées par stade phénologique et classe démographique. Occasionnellement, des fruits sont recueillis pour dénombrement des graines à l'aide d'un microscope de dissection. Dans des études portant sur l'établissement des végétaux utilisant des parcelles de traitement expérimentales, la germination, l'établissement et la survie d'espèces choisies sont documentés. Les parcelles de traitement seront toutes des parcelles actuellement inoccupées par ces espèces ou d'autres espèces en péril. Les arbustes et herbes envahissants qui menacent les populations des espèces en péril susmentionnées sont enlevés dans le voisinage des plantes en péril.
  • Raison pour l'émission du permis(#SARA-PYR-2007-0050), en vertu de l'article 73 de la LEP (2007-05-08)

    Afin de protéger un ensemble de plantes en péril inscrites à l'annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (LEP) contre la dégradation de l'habitat sur diverses propriétés fédérales, des espèces envahissantes seront retirées de la zone adjacente aux sous-populations de ces espèces en péril. Pour ce faire, on aura recours à la coupe manuelle. L'invasion des espèces exotiques a été classée menace sérieuse et croissante à ces sous populations. La biomasse des espèces envahissantes sera supprimée de ces sites. On croit que la suppression des plantes envahissantes augmentera la disponibilité de l'habitat pour les plantes en péril, empêchera toute concurrence éventuelle, en plus d'accroître la vigueur des plantes, la production de graines et la taille de la population.
  • Raison pour l'émission du permis(#SARA-PYR-2007-0051), en vertu de l'article 73 de la LEP (2007-05-09)

    On installera des clôtures en lisse et des écriteaux dans le but de protéger certaines populations de deux espèces végétales visées par la Loi sur les espèces en péril (Sanicula bipinnatifida et Lupinus densiflorus var. densiflorus) contre la dégradation de leur habitat (érosion du sol et compaction découlant des activités humaines), les effets des dommages causés par le piétinement (activités humaines et canines) et le broutement. Des espèces ligneuses envahissantes ont déjà été retirées de ce lieu, puisque l'empiétement de ces espèces envahissantes menaçait l'existence à long terme des populations concernées. On poursuivra l'enlèvement de ces arbustes ligneux envahissants. On surveillera également les effets de ces activités sur les espèces en péril en examinant les dommages causés aux feuilles de ces espèces durant la période de croissance.
  • Raison pour l'émission du permis(#SARA-PYR-2009-0126), en vertu de l'article 73 de la LEP (2010-02-04)

    Ce projet vise à protéger l'habitat des populations d'espèces rares sélectionnées qui est menacé par les espèces envahissantes ou l'empiètement des conifères. Ces espèces sont : Bartramia stricta, bartramie à feuilles dressées Dryopteris arguta, dryoptère côtière Entosthodon fascicularis, entosthodon fasciculé Epilobium densiflorum, epilobe densiflore Limnanthes macounii, limnanthe de Macoun Lotus formosissimus, lotier splendide Lupinus densiflorus, lupin densiflore Meconella oregano, méconelle d'Orégon Microseris bigelovii, microséris de Bigelow Minuartia pusilla, minuartie naine Ranunculus alismifolius, renoncule à feuilles d'alisme Sanicula arctopoides, sanicle patte-d'ours Sanicula bipinnatifida, sanicle bipinnatifide Tortula laevipila laevipila, tortule à poils lisses Le permis proposé est destiné aux activités pluriannuelles d'intendance des espèces en péril sur plusieurs sites du ministère de la Défense nationale dans la partie sud de l'île de Vancouver. Les espèces en péril sur chaque site résident dans des prés ouverts qui sont exposés à certaines espèces envahissantes, notamment : le genêt à balais, le lierre, l'ajonc d'Europe, le houx commun, le daphné à feuilles de laurier, l'aubépine monogyne, les mauvaises herbes annuelles et bisanuelles, les graminées annuelles et vivaces et/ou les conifères. L'objectif est d'enrayer ces espèces du secteur et des zones adjacentes où logent les populations d'espèces à risque sélectionnées.

Exceptions

Date de modification :