Profil d'espèce

Pie-grièche migratrice de la sous-espèce des Prairies

Nom scientifique : Lanius ludovicianus excubitorides
Autres noms/noms précédents : Pie-grièche migratrice (Population des Prairies),Pie-grièche migratrice de la sous-espèce excubitorides ,Pie-grièche migratrice des Prairies
Taxonomie : Oiseaux
Répartition du COSEPAC : Alberta, Saskatchewan, Manitoba
Date de l’évaluation et le changement de statut: mai 2014
Statut du COSEPAC : Menacée
Critères d'évaluation du COSEPAC: A2b
Justification de la désignation du COSEPAC: Dans les provinces des Prairies, cette espèce d’oiseau de prairie connaît des déclins de population à grande échelle et des contractions de son aire de répartition, et ce depuis au moins les années 1970. Sa population a connu un déclin de 47 % au cours des 10 dernières années. Ces déclins sont principalement liés à la perte d’habitat de prairie convenable dans ses aires de reproduction et d’hivernage.
Historique du statut du COSEPAC: L'espèce a été considérée comme une unité et a été désignée « menacée » en avril 1986. Division en sous-espèces en avril 1991. La sous-espèce excubitorides a conservé la désignation « menacée » initiale d'avril 1986. Réexamen et confirmation du statut en mai 2004 et en mai 2014.
Statut de la LEP : Annexe 1, Menacée
Date d’inscription (AAAA-MM-JJ): 2005-07-14

Les individus de cette espèce pourraient être protégés en vertu de l'annexe 1 de la LEP sous un autre nom. Pour plus d'information voir l'annexe 1, l'index des espèces de A à Z, ou le cas échéant, le tableau des espèces apparentées ci-dessous.


Recherche avancée

Liens rapides : | Taxinomie | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Pie-grièche migratrice de la sous-espèce des Prairies

Pie-grièche migratrice de la sous-espèce des Prairies Photo 1
Pie-grièche migratrice de la sous-espèce des Prairies Photo 3

Haut de la page

Taxinomie

La pie-grièche migratrice de la sous-espèce excubitorides était autrefois appelée la pie-grièche migratrice des Prairies ou la pie-grièche (population des Prairies).

Haut de la page

Description

La Pie-grièche migratrice est un oiseau chanteur de taille moyenne (environ 21 - 23 cm de longueur). Les deux sexes sont semblables. Le sommet de la tête, le dos et le croupion sont gris foncé, tandis que les parties inférieures sont blanches à grisâtres. Les ailes sont en grande partie noires, avec une tache blanche bien visible en vol. Les rectrices sont noires, certaines avec l’extrémité blanche. Un masque facial couvre les yeux et s’étend jusqu’au bec. Le bec, crochu, évoque celui d’un rapace. Oiseau prédateur, la pie-grièche migratrice se distingue par son habitude d’empaler ses proies. Elle peut également être utile à titre d’espèce bioindicatrice ou d’espèce phare pour les oiseaux de prairie à statut de conservation précaire. (Mise à jour 2017/06/12)

Haut de la page

Répartition et population

La Pie-grièche migratrice se rencontre uniquement en Amérique du Nord. Dans l’Ouest canadien, elle est présente du sud-ouest de l’Alberta au sud du Manitoba, en passant par le sud de la Saskatchewan. Dans l’est du pays, elle est régulièrement observée dans seulement deux régions du sud de l’Ontario, et elle se rencontre seulement de façon sporadique dans le sud-ouest du Québec. L’espèce est migratrice saisonnière. L’aire d’hivernage des individus nichant au Canada chevauche celle des oiseaux qui résident en permanence aux États-Unis. Deux unités désignables sont distinguées au Canada : la sous-espèce des « Prairies » (L. l. excubitorides), présente au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta, et la sous-espèce de l’Est, présente en Ontario et au Québec. Les individus de l’Ontario et du Québec étaient assignés jusqu’à maintenant à la sous-espèce L. l. migrans, mais de nouvelles données génétiques révèlent qu’ils forment un groupe génétique distinct appartenant à une sous-espèce encore non nommée. (Mise à jour 2017/06/12)

Haut de la page

Habitat

La Pie-grièche migratrice niche dans des milieux ouverts dominés par les graminées et/ou les herbacées non graminoïdes et parsemés de quelques arbustes ou arbres et de zones de sol dénudé. Les pâturages, les friches, les prairies, les savanes, les forêts claires de pinyon-genévrier, les steppes arbustives et les alvars constituent des milieux propices à sa nidification. Les habitats d’hivernage et de migration présentent des caractéristiques similaires à celles de l’habitat de reproduction. La superficie des territoires oscille entre 2,7 et 47,0 ha et est inversement proportionnelle à la densité des arbres et des arbustes pouvant servir de perchoirs. Le nid est habituellement aménagé dans un arbre ou un arbuste à cime dense et très ramifiée. (Mise à jour 2017/06/12)

Haut de la page

Biologie

La Pie-grièche migratrice peut arriver sur les lieux de nidification au Canada dès la fin de mars. Le nid contient en moyenne 5 ou 6 œufs. L’incubation dure entre 16 et 18 jours. Les jeunes prennent leur premier envol à l’âge de 16 à 20 jours. La Pie-grièche migratrice se montre fidèle au site de nidification, mais le taux de réutilisation des sites est variable et plus élevé chez les mâles que chez les femelles. La fidélité au site de nidification est plus élevée chez les adultes que chez les jeunes et semble liée au succès de la nidification au cours de la saison précédente. (Mise à jour 2017/06/12)

Haut de la page

Menaces

La disparition et la dégradation de l’habitat de reproduction et d’hivernage sont tenues pour responsables des déclins d’effectifs observés à l’échelle de l’aire de répartition de l’espèce. La mortalité routière, les pesticides, la prédation et les phénomènes météorologiques extrêmes auraient également contribué au déclin de l’espèce. Le virus du Nil occidental a également été incriminé dans la mort d’un certain nombre d’individus, mais la gravité de cette menace est actuellement inconnue. (Mise à jour 2017/06/12)

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Pie-grièche migratrice de la sous-espèce excubitorides est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement de la Pie-grièche migratrice de la sous-espèce excubitorides (Lanius ludovicianus excubitorides) au Canada
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe nationale de rétablissement de la Pie-grièche migratrice des Prairies

  • Andrew Didiuk - Président/Contact - Environnement Canada
    Tél. : 306-975-4005  Téléc. : 306-975-4089  Envoyer un courriel

Haut de la page

Progrès et activités de rétablissement

Résumé des progrès réalisés jusqu’à présent L’un des objectifs du rétablissement de la Pie grièche migratrice consiste à maintenir et, en dernière instance, à accroître le réseau de propriétaires de terres privées et de représentants du grand public, de groupes gouvernementaux et non gouvernementaux ainsi que de l’industrie préoccupés par la conservation des prairies. Certains propriétaires fonciers ont déjà commencé à apporter des changements à leurs pratiques de gestion des terres dans le but de réduire la perturbation de l’habitat de reproduction et d’alimentation de la Pie grièche migratrice. Parmi ces pratiques, mentionnons la modification des systèmes de culture, la réduction ou l’élimination des pesticides et le maintien d’un habitat de nidification arbustif. En Alberta, l’Operation Grassland Community, lancée en 1991 afin de soutenir le rétablissement des espèces des terres herbeuses en péril, a réussi à obtenir la coopération, la confiance et la participation continues de plus de 300 propriétaires fonciers qui gèrent plus de 190 000 ha d’habitat de terres herbeuses indigènes. Dans le cadre du projet Shrubs for Shrikes de la Saskatchewan, entrepris en 2003, des programmes d’intendance sont également élaborés avec les agriculteurs et les grands éleveurs dans le but de conserver l’habitat d’alimentation (terres herbeuses) et l’habitat de nidification (arbustif). Des relevés sont en cours afin de mieux connaître la répartition et l’abondance de la Pie grièche migratrice et son habitat de reproduction. Les données recueillies permettent d’élaborer des cibles de population et de désigner l’habitat essentiel en vue du rétablissement de l’espèce. Les activités de relevés et de rétablissement mettent l’accent sur les deux types d’habitat de reproduction de la Pie grièche migratrice, à savoir les terres herbeuses naturelles comptant des arbustes en vue de la nidification et les nombreux habitats artificiels de terres agricoles où l’espèce niche dans des brise vent, des terres de culture actives ou abandonnées ainsi que de petits vestiges de terres herbeuses. Résumé des activités de recherche et de surveillance La surveillance de l’abondance des Pies-grièches migratrices dans les prairies est évaluée dans le cadre du Relevé des oiseaux nicheurs. Mené tous les cinq ans, ce relevé international vise à détecter les Pies grièches pendant la saison de nidification. Des évaluations approfondies des tentatives d’accouplement, du succès de la reproduction et de l’utilisation de l’habitat ont été menées dans le sud ouest du Manitoba, le centre sud de la Saskatchewan et le sud est de l’Alberta. Ces études fournissent un complément d’information sur les tendances démographiques et les facteurs qui affectent celles ci. Depuis 2003, des relevés systématiques en bordure de route sont menés dans le but d’établir la répartition et l’abondance relative des Pies grièches migratrices et de leur habitat de nidification possible dans les Prairies canadiennes. Ces études ont été complétées par des évaluations des populations de Pies-grièches migratrices et de l’habitat possible dans de vastes terres herbeuses naturelles. L’analyse génétique et les isotopes stables sont utilisés pour établir la variation génétique entre les populations de Pies-grièches migratrices, de même que pour définir les aires d’hivernage de diverses populations reproductrices des Prairies canadiennes. Résumé des activités de rétablissement En 1996-1997, le Loggerhead Shrike Trail a été créé en Alberta. Le long de ce sentier, l’habitat de nidification existant est conservé et 300 plants de shepherdie argentée ont été plantés afin de créer un nouvel habitat. Des arbres ont également été plantés, en collaboration avec l’Operation Grassland Community, afin de remettre en état l’habitat de la Pie grièche migratrice. La mise en valeur de l’habitat comprend l’amélioration de l’approvisionnement en eau, l’installation de clôtures, la remise en état et l’entretien de l’habitat, la surveillance de l’espèce, les plans de gestion, la plantation d’arbres ainsi que les activités bénéfiques aux espèces sauvages dans cet habitat nouvellement protégé. Un guide non technique sur l’intendance a été distribué par Southern Headwaters at Risk aux propriétaires fonciers et aux gestionnaires dans toutes les Prairies afin de leur fournir les outils et les renseignements nécessaires à la mise en œuvre des activités d’intendance axées sur les espèces en péril, y compris la Pie-grièche migratrice. Des programmes d’information sur l’intendance ont été mis sur pied afin de sensibiliser les élèves et les enseignants aux espèces en péril comme la Pie grièche migratrice. Les enseignants disposent de trousses documentaires pour approfondir le sujet. Adresses électroniques Eastern Loggerhead Shrike Recovery :www.shrike.ca/ Espèces à risque du Manitoba : Pie grièche migratrice :www.gov.mb.ca/conservation/wildlife/managing/pdf/loggerhead_fr.pdf MULTISAR :www.multisar-milkriverbasin.com/Index.html Nature Saskatchewan : Shrubs for Shrikes :www.naturesask.ca/stewardship_shrubs.php Operation Grassland Community :www.ogcpsp.com/ogc/ogc_home.htm

Faune et flore du pays: Pie-grièche migratrice: http://www.hww.ca/hww2_f.asp?pid=1&cid=7&id=52

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

19 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports sur les progrès de la mise en œuvre du document de rétablissement

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la Pie-grièche migratrice Lanius ludovicianus au Canada (2015-01-06)

    La Pie-grièche migratrice est un oiseau chanteur de taille moyenne (environ 21 23 cm de longueur). Les deux sexes sont semblables. Le sommet de la tête, le dos et le croupion sont gris foncé, tandis que les parties inférieures sont blanches à grisâtres. Les ailes sont en grande partie noires, avec une tache blanche bien visible en vol. Les rectrices sont noires, certaines avec l’extrémité blanche. Un masque facial couvre les yeux et s’étend jusqu’au bec. Le bec, crochu, évoque celui d’un rapace. Oiseau prédateur, la pie-grièche migratrice se distingue par son habitude d’empaler ses proies. Elle peut également être utile à titre d’espèce bioindicatrice ou d’espèce phare pour les oiseaux de prairie à statut de conservation précaire.
  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la Pie-grièche migratrice (Lanius ludovicianus) de la sous-espèce excubitorides au Canada - Mise à jour (2004-05-01)

    Nom français : Pie-grièche migratrice de la sous espèce excubitorides Nom anglais : Loggerhead Shrike excubitorides subspecies Nom scientifique : Lanius ludovicianus excubitorides (Swainson) La Pie grièche migratrice de la sous espèce excubitorides est un oiseau chanteur de taille moyenne, d'environ 21 cm de longueur. Les adultes ont un plumage à motif contrasté noir, blanc et gris et sont particulièrement voyants en vol. Sur le terrain, cette espèce se reconnaît surtout à son masque facial noir, qui couvre entièrement les yeux (chez la Pie grièche grise [Lanius excubitor], espèce similaire, le masque facial noir ne s'étend pas jusqu'au dessus des yeux). Le bec est noir et la mandibule supérieure se termine par un crochet.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Pie-grièche migratrice de la sous-espèce des Prairies (2015-01-13)

    Dans les provinces des Prairies, cette espèce d’oiseau de prairie connaît des déclins de population à grande échelle et des contractions de son aire de répartition, et ce depuis au moins les années 1970. Sa population a connu un déclin de 47 % au cours des 10 dernières années. Ces déclins sont principalement liés à la perte d’habitat de prairie convenable dans ses aires de reproduction et d’hivernage.
  • Énoncé de réaction - Pie-grièche migratrice de la sous-espèce excubitorides (excubitorides) (2004-10-22)

    Les populations de ce rapace chanteur ont connu des déclins considérables (plus de 80 p.100) au cours des 35 dernières années. Ces déclins ont été associés à la disparition de la prairie et des pâturages naturels qui constituent l'habitat de l'espèce, et aux résidus de pesticides.

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement de la Pie-grièche migratrice de la sous-espèce des Prairies (Lanius ludovicianus excubitorides) au Canada (2015-07-31)

    Le ministre de l'Environnement et le ministre responsable de l’Agence Parcs Canada sont les ministres compétents pour le rétablissement de la Pie-grièche migratrice de la sous-espèce excubitorides en vertu de la Loi sur les espèces en péril et ont élaboré ce programme, conformément à l'article 37 de la Loi sur les espèces en péril. Dans la mesure du possible, ce programme a été préparé en collaboration avec les gouvernements de l'Alberta, du Manitoba, de la Saskatchewan, ainsi que l’Agence Parcs Canada, le ministère de la Défense nationale et Agriculture et Agroalimentaire Canada.

Plans d'actions

  • Plan d'action visant diverses espèces du parc national du Canada des Prairies (2016-07-05)

    Le Plan d’action visant diverses espèces du parc national du Canada des Prairies couvre les terres et les eaux se trouvant à l’intérieur des limites du parc national du Canada des Prairies. Le plan satisfait aux exigences relatives aux plans d’action fixées par la Loi sur les espèces en péril (LEP, art. 47) en ce qui a trait aux espèces pour lesquelles il faut établir un plan d’action et qui sont observées régulièrement à cet endroit. Les mesures décrites dans ce plan profiteront aussi à d’autres espèces régulièrement présentes dans le parc national des Prairies pour lesquelles il existe des préoccupations quant à leur conservation.
  • Plan d’action visant plusieurs espèces en péril dans le sud-ouest de la Saskatchewan – South of the Divide (2017-11-20)

    La ministre de l’Environnement est la ministre compétente en vertu de la LEP pour le rétablissement des espèces qui se trouvent sur les terres touchées par le présent plan d’action et a élaboré ce plan pour la mise en œuvre partielle des programmes de rétablissement connexes, conformément à l’article 49 de la LEP. Dans la mesure du possible, le plan d’action a été préparé en coopération avec le gouvernement de la Saskatchewan (ministère de l’Environnement, ministère de l’Agriculture, Water Security Agency, ministère de l’Économie), Agriculture et Agroalimentaire Canada et l’Agence Parcs Canada.

Décrets

  • Décret accusant réception des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi (2004-10-19)

    Le décret accuse réception par la gouverneure en conseil des évaluations de la situation d'espèces sauvages effectuées par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril (LEP). La LEP vise à prévenir la disparition - de la planète ou du Canada seulement - des espèces sauvages, à permettre le rétablissement de celles qui, par suite de l'activité humaine, sont devenues des espèces disparues du pays, en voie de disparition ou menacées et à favoriser la gestion des espèces préoccupantes pour éviter qu'elles ne deviennent des espèces en voie de disparition ou menacées.
  • Décret de prorogation du délai d'évaluation de la situation d'espèces sauvages (2006-06-14)

    Le délai prévu pour l'évaluation de la situation des espèces sauvages visées à l'annexe est prorogé pour une période de trois ans à compter de l'entrée en vigueur de l'article 14 de la Loi sur les espèces en peril.
  • Décret modifiant les annexes 1 à 3 de la Loi sur les espèces en péril (volume 139, numéro 15, 2005) (2005-07-27)

    Conformément à l'article 27 de la Loi sur les espèces en péril (LEP), le ministre de l'Environnement recommande que 43 espèces soient ajoutées à l'annexe 1, soit la Liste des espèces en péril. Cette recommandation est fondée sur les évaluations scientifiques effectuées par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) et sur les consultations avec des gouvernements, des peuples autochtones, des conseils de gestion des ressources fauniques, des intervenants et le public canadien.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2013-2014 (2014-10-15)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année (octobre 2013 à septembre 2014), le COSEPAC a tenu deux réunions d’évaluation des espèces sauvages, la première du 24 au 29 novembre 2013, et la deuxième, du 27 avril au 2 mai 2014. Durant la période de déclaration en cours, le COSEPAC a évalué la situation ou revu la classification de 56 espèces sauvages. Disparues : 0 Disparues du pays : 0 En voie de disparition : 23 Menacées : 12 Préoccupantes : 20 Données insuffisantes : 0 Non en péril : 1 Total : 56 Sur les 56 espèces sauvages examinées, le COSEPAC a révisé la classification de 40 espèces dont la situation avait déjà été évaluée. La révision de la classification de 25 de ces espèces a confirmé que leur statut n’avait pas changé par rapport à celui qui leur avait été attribué lors de l’évaluation précédente.

Permis et accords connexes

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril : espèces terrestres - Janvier 2015 (2015-01-13)

    Le gouvernement du Canada est voué à prévenir la disparition des espèces sauvages en péril de nos territoires. Dans le cadre de sa stratégie visant à honorer cet engagement, le gouvernement du Canada a adopté la Loi sur les espèces en péril (LEP), le 5 juin 2003. L'annexe 1 de la Loi, qui présente la liste des espèces qui sont protégées en vertu de la LEP, est aussi appelée la « Liste des espèces en péril ». Les espèces disparues du pays, en voie de disparition ou menacées qui figurent à l'annexe 1 bénéficient de la protection conférée par les interdictions et d’exigences en matière de la planification du rétablissement prévues à la LEP. Les espèces préoccupantes bénéficient d’exigences en matière de planification de la gestion. L'annexe 1 contenait initialement 233 espèces sauvages en péril et, maintenant, 521 espèces forment la liste. Veuillez envoyer vos commentaires au plus tard : le 15 avril 2015 pour les espèces terrestres faisant l'objet de consultations régulières; et le 15 octobre 2015 pour les espèces terrestres faisant l'objet de consultations prolongées.Pour obtenir une description des processus de consultation auxquels ces espèces seront soumises, veuillez consulter le site Web suivant : Registre public des espèces en péril
  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril : novembre 2004 (2004-11-23)

    Le gouvernement du Canada a promulgué la Loi sur les espèces en péril (LEP), le 5 juin 2003 dans le cadre de sa stratégie sur les espèces en péril. L'annexe 1 de cette loi, appelée ici « liste de la LEP », énumère les espèces qui sont protégées en vertu de la loi. Les Canadiens sont invités à exprimer leur opinion concernant l'inscription à la liste de la LEP de toutes les espèces incluses dans ce document ou de certaines d'entre elles.

Descriptions dans la Gazette du Canada sur l'habitat essentiel

Plans d'affichage des documents de rétablissement

  • Plan d’affichage des documents de rétablissement sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada (2016-07-06)

    Le plan d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada identifie les espèces pour lesquelles des documents de rétablissement seront publiés à chaque exercice à partir de 2014-2015. La publication de ce plan sur trois ans dans le registre public des espèces en péril a pour but d’assurer la transparence à l’égard des partenaires, des intervenants et du public à propos des intentions d’Environnement et Changement climatique Canada en matière d’élaboration et d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion. Cependant, le nombre de documents et les espèces qui sont publiés pour une année donnée peuvent varier légèrement selon les circonstances. Dernière mise à jour, le 2 décembre 2021
Date de modification :