Profil d'espèce

Renoncule à feuilles d'alisme

Nom scientifique : Ranunculus alismifolius
Autres noms/noms précédents : Ranunculus alismaefolius var. alismaefolius,Ranunculus alismifolius var. alismifolius
Taxonomie : Plantes vasculaires
Répartition du COSEPAC : Colombie-Britannique
Date de l’évaluation et le changement de statut: avril 2009
Statut du COSEPAC : En voie de disparition
Critères d'évaluation du COSEPAC: B1ab(iii)+2ab(iii); C2a(i)
Justification de la désignation du COSEPAC: Cette espèce est réduite à deux petites populations présentes dans l’écosystème très perturbé du chêne de Garry, dans le sud-ouest de la Colombie-Britannique. Les impacts des activités humaines et la propagation des plantes envahissantes dans les habitats de mares printanières et aux environs de ceux-ci continuent de mettre l’espèce en danger de disparition du pays.
Historique du statut du COSEPAC: Espèce désignée « en voie de disparition » en avril 1996. Réexamen et confirmation du statut en mai 2000 et en avril 2009.
Statut de la LEP : Annexe 1, En voie de disparition
Date d’inscription (AAAA-MM-JJ): 2003-06-05

Les individus de cette espèce pourraient être protégés en vertu de l'annexe 1 de la LEP sous un autre nom. Pour plus d'information voir l'annexe 1, l'index des espèces de A à Z, ou le cas échéant, le tableau des espèces apparentées ci-dessous.


Recherche avancée

Liens rapides : | Taxinomie | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Renoncule à feuilles d'alisme

Renoncule à feuilles d'alisme Photo 1

Haut de la page

Taxinomie

La renoncule à feuilles d’alisme, Ranunculus alismifolius, compte plusieurs variétés. Puisque seule la variété alismifolius est présente au Canada, elle y est considérée comme une espèce en soi.

Haut de la page

Description

La renoncule à feuilles d’alisme est une plante vivace pouvant atteindre 60 cm de hauteur. Elle produit d’une à plusieurs tiges dressées se développant à partir d’une base commune. Les feuilles, mesurant jusqu’à 14 cm de longueur, sont deux fois plus longues que larges. Elles sont largement effilées à chaque extrémité et souvent dentées. Les fleurs sont habituellement formées de cinq pétales d’un jaune brillant mesurant de 5 mm à 10 mm de longueur. Leur couleur est caractéristique du bouton d’or, cette appellation couramment utilisée pour désigner plusieurs espèces de renoncules à fleurs jaunes. La renoncule à feuilles d’alisme produit des fruits, appelés « akènes », ne renfermant qu’une graine chacun. Ces petits fruits secs, mesurant de 1,5 à 2,5 mm de longueur, sont lisses et se terminent par un bec droit de 1 mm environ. La renoncule à feuilles d’alisme est susceptible d’être confondue avec une seule autre espèce à fleurs jaunes, la renoncule flammette, qui se trouve dans son aire de répartition canadienne. Celle-ci possède cependant des tiges cambrées ou rampantes, et ses feuilles sont généralement plus courtes et plus étroites que celles de la renoncule à feuilles d’alisme.

Haut de la page

Répartition et population

La renoncule à feuilles d’alisme se trouve dans presque toute la portion ouest de l’Amérique du Nord, de la Colombie-Britannique jusqu’en Californie, vers le sud, et jusqu’aux états du Montana, du Wyoming et du Colorado, vers l’est. Au Canada, l’espèce n’est actuellement présente que dans deux emplacements situés le long de la côte est de l’île de Vancouver, dans le sud-ouest de la Colombie-Britannique. Historiquement, la renoncule à feuilles d’alisme a été vue dans au moins deux, peut-être même quatre, emplacements au Canada, mais seules deux populations de très petites tailles et occupant de minuscules parcelles d’habitat subsistent en 2007 : la population de la municipalité de Oak Bay, qui compte 121 individus en fleurs, et la population de l’île Ballenas, qui en comprend 185. Au Canada, la population annuelle totale semble osciller entre environ 45 et 306 individus matures et capables de se reproduire. Il est peu probable qu’une population d’aussi petite taille, qui est de surcroît soumise à plusieurs facteurs de risque, subsiste à long terme.

Haut de la page

Habitat

Au Canada, la renoncule à feuilles d’alisme se trouve dans des étangs printaniers situés dans les prairies parsemées de chênes de Garry, où les températures estivales sont fortement adoucies par la proximité de l’océan. Dans ces milieux côtiers, les brouillards et la proximité de la côte tendent à atténuer les gels hivernaux, retardent l’accumulation de chaleur et peuvent ralentir la croissance végétale, surtout en fin de printemps. Les étangs printaniers côtiers sont dépourvus d’arbres parce qu’ils sont inondés en hiver, et qu’ils connaissent fréquemment des sécheresses en période estivale. Au pays, de tels habitats ne se trouvent que dans le sud-est de l’île de Vancouver et sur certaines des îles Gulf. Depuis le début du 20e siècle, la superficie de l’habitat potentiel de la renoncule à feuilles d’alisme a considérablement diminué, car des étangs printaniers ont été détruits au cours de l’aménagement des terres à des fins résidentielles et récréatives. Les sites où subsistent les deux dernières populations canadiennes risquent peu d’être aménagés dans un avenir proche, mais la superficie d’habitat propice à l’établissement de populations remplaçant celles qui ont été perdues diminue sans cesse.

Haut de la page

Biologie

On dispose de peu d’informations sur la biologie de la renoncule à feuilles d’alisme. On sait toutefois que les pousses de cette plante vivace apparaissent au début de mars, lorsque le sol des étangs printaniers commence à se réchauffer. À la fin du mois, la plupart des plants ont repris leur croissance. Les premières fleurs se développent avant la fin d’avril, et la floraison culmine à la mi-mai. Les fleurs d’un jaune brillant sont principalement pollinisées par les insectes. Des fruits verts se forment en mai et au début de juin, et mûrissent vers la mi-juin. Dans les deux semaines qui suivent, le sol s’assèche complètement, les plants se dessèchent peu à peu et les graines tombent à proximité du plant. Contrairement à d’autres renoncules, le bec de l’akène de la renoncule à feuilles d’alisme n’est pas recourbé, et le fruit peut difficilement s’accrocher à la fourrure ou au plumage des espèces animales. Il arrive que des oiseaux se nourrissent de graines tombées au sol et qu’ils les emportent ailleurs, soit parce qu’ils les ont ingurgitées, soit parce que la boue restée sur leurs pattes en contient. La plupart des graines seraient transportées sur de courtes distances vers des étangs en flottant sur l’eau. L’espèce ne se reproduit pas de façon végétative. Enfin, la durée de vie des plants est inconnue, mais plusieurs années peuvent s’écouler entre la germination et la floraison.

Haut de la page

Menaces

En Colombie-Britannique, la perte d’habitat constitue une menace immédiate pour la renoncule à feuilles d’alisme. Les étangs printaniers où vit aujourd’hui l’espèce sont envahis par d’importantes populations d’herbacées. Ces espèces envahissantes entrent en compétition avec la renoncule pour la lumière et les nutriments. La population d’Oak Bay se trouve au carrefour de plusieurs sentiers pédestres dans un parc municipal très fréquenté. L’habitat est très touché par le compactage du sol et occasionnellement endommagé par le piétinement des chiens. L’entretien du parc, notamment le fauchage, entraîne souvent la destruction d’espèces végétales, dont la renoncule à feuilles d’alisme. De plus, des amateurs de vélo ont endommagé des plants en érigeant des tremplins et des rampes à proximité. Aucune menace importante et immédiate ne pèse sur la population de l'île de Ballenas. Enfin, les herbivores représentent une menace pour le développement des populations, car ils détruisent souvent les fleurs avant la production des fruits.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Renoncule à feuilles d'alisme est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

En Colombie-Britannique, la renoncule à feuilles d’alisme n’est protégée par aucune loi provinciale. La petite population de l’île de Ballenas est située sur la propriété du ministère de la Défense nationale, qui fait partie des terres domaniales protégées en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP).

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement multi-espèces visant les plantes en péril des mares printanières et autres milieux humides saisonniers associés aux chênaies de Garry au Canada
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablissement de l'écosystème des chênes de Garry

  • Conan Webb - Président/Contact - Agence Parcs Canada
    Tél. : 250-478-5153  Envoyer un courriel

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

7 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Mise à jour Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la Renoncule à feuilles d'alisme Ranunculus alismifolius au Canada (2009-08-28)

    La renoncule à feuilles d’alisme (Ranunculus alismifolius) est une plante vivace qui produit d’une à plusieurs tiges à partir d’une base commune. Sa feuille, dont la longueur est au moins le double de sa largeur, est lancéolée, entière ou légèrement dentelée, et jamais profondément lobée. Sa fleur porte habituellement cinq pétales d’un jaune brillant, mesurant de 5 à 10 mm chacun. Il existe plusieurs variétés de l’espèce, mais seule la variété alismifolius est présente au Canada.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Renoncule à feuilles d'alisme (2009-11-25)

    Cette espèce est réduite à deux petites populations présentes dans l’écosystème très perturbé du chêne de Garry, dans le sud-ouest de la Colombie-Britannique. Les impacts des activités humaines et la propagation des plantes envahissantes dans les habitats de mares printanières et aux environs de ceux-ci continuent de mettre l’espèce en danger de disparition du pays.

Programmes de rétablissement

Décrets

  • Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (volume 146, number 14, 2012) (2012-07-04)

    L’objet du Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril est d’ajouter 18 espèces à l’annexe 1, la Liste des espèces en péril (la Liste), et de changer la classification de 7 espèces inscrites, aux termes du paragraphe 27(1) de la LEP. Cette modification est proposée à la suite de la recommandation du ministre de l’Environnement à la lumière d’évaluations scientifiques qu’a faites le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC), et à la suite de consultations tenues auprès des gouvernements, des peuples autochtones, des intervenants et du public canadien.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2009 (2009-08-28)

    Le rapport annuel de 2009 présenté au Ministre de l'Environnement et au Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril (CCCEP) par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.

Permis et accords connexes

  • Raison pour l'émission du permis(#SARA-PYR-2009-0126), en vertu de l'article 73 de la LEP (2010-02-04)

    Ce projet vise à protéger l'habitat des populations d'espèces rares sélectionnées qui est menacé par les espèces envahissantes ou l'empiètement des conifères. Ces espèces sont : Bartramia stricta, bartramie à feuilles dressées Dryopteris arguta, dryoptère côtière Entosthodon fascicularis, entosthodon fasciculé Epilobium densiflorum, epilobe densiflore Limnanthes macounii, limnanthe de Macoun Lotus formosissimus, lotier splendide Lupinus densiflorus, lupin densiflore Meconella oregano, méconelle d'Orégon Microseris bigelovii, microséris de Bigelow Minuartia pusilla, minuartie naine Ranunculus alismifolius, renoncule à feuilles d'alisme Sanicula arctopoides, sanicle patte-d'ours Sanicula bipinnatifida, sanicle bipinnatifide Tortula laevipila laevipila, tortule à poils lisses Le permis proposé est destiné aux activités pluriannuelles d'intendance des espèces en péril sur plusieurs sites du ministère de la Défense nationale dans la partie sud de l'île de Vancouver. Les espèces en péril sur chaque site résident dans des prés ouverts qui sont exposés à certaines espèces envahissantes, notamment : le genêt à balais, le lierre, l'ajonc d'Europe, le houx commun, le daphné à feuilles de laurier, l'aubépine monogyne, les mauvaises herbes annuelles et bisanuelles, les graminées annuelles et vivaces et/ou les conifères. L'objectif est d'enrayer ces espèces du secteur et des zones adjacentes où logent les populations d'espèces à risque sélectionnées.

Exceptions

Date de modification :