Profil d'espèce

Phoque commun de la sous-espèce des lacs des Loups Marins

Nom scientifique : Phoca vitulina mellonae
Autres noms/noms précédents : Phoque commun (Population confinée aux lac des Loups marins),Phoque commun de la sous-espèce du Lacs des Loups Marins
Taxonomie : Mammifères
Répartition du COSEPAC : Québec
Date de l’évaluation et le changement de statut: avril 2018
Statut du COSEPAC : En voie de disparition
Critères d'évaluation du COSEPAC: D1
Justification de la désignation du COSEPAC: Cette sous-espèce confinée aux eaux intérieures est endémique au Québec et pourrait compter moins de 100 individus. On la trouve dans un petit groupe de lacs situés dans le nord du Québec. Il s’agit de la seule sous-espèce à vivre entièrement en eau douce. Les changements climatiques pourraient entraîner des changements généralisés de l’habitat et augmenter la pression exercée par les prédateurs sur la population. La population a fait et continue de faire l’objet d’une récolte par les Cris à un taux faible, mais inconnu. La possibilité d’aménagements hydroélectriques et d’activités d’exploration minière hors de l’habitat essentiel désigné pourrait potentiellement altérer l’habitat.
Historique du statut du COSEPAC: Espèce désignée « préoccupante » en avril 1996. Réexamen du statut : l'espèce a été désignée « en voie de disparition » en novembre 2007 et en avril 2018.
Statut de la LEP : Annexe 1, En voie de disparition
Date d’inscription (AAAA-MM-JJ): 2017-04-13

Les individus de cette espèce pourraient être protégés en vertu de l'annexe 1 de la LEP sous un autre nom. Pour plus d'information voir l'annexe 1, l'index des espèces de A à Z, ou le cas échéant, le tableau des espèces apparentées ci-dessous.


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Phoque commun de la sous-espèce des lacs des Loups Marins

Phoque commun de la sous-espèce des lacs des Loups Marins Photo 1

Haut de la page

Description

- La fourrure du Phoque commun de la sous-espèce du lac des Loups marins est plus foncée que celle de Phoque commun, et la courbure de sa mâchoire inférieure est plus prononcée. - Cependant, on le distingue non pas par son apparence, mais plutôt par où il est retrouvé. - En effet, cette sous-espèce est une des deux seules populations connues qui vivent en eau douce pendant toute l’année (l'autre se trouve en Colombie-Britannique). - Cette sous-espèce est donc isolée géographiquement du Phoque commun océanique.

Haut de la page

Répartition et population

- Phoque commun de la sous-espèce du lac des Loups marins vit dans les Petit et Grand lacs des Loups Marins, dans une région située à 160 km à l’est de la baie d’Hudson, sur la péninsule d’Ungava dans le nord du Québec. - La sous-espèce a aussi été aperçue dans les rivières et lacs environnants, mais quatre des phoques recensés à l’automne 1995 sont demeurés dans le voisinage du Petit Lac des Loups Marins pendant toute la période de recensement. - Les estimations ont varié de 100 à 600 animaux depuis 1957. - Les estimés les plus récents sont de 100 animaux. La population des Phoque commun de la sous-espèce du lac des Loups marins se serait établie il y a 3000 à 8000 ans, lorsque la région était submergée.

Haut de la page

Habitat

- Ils se nourrissent surtout de poisson, et ce en eau douce seulement. - Ils dépendent des courants puissants qui libèrent certains endroits de glace. - Ils tirent également parti des fissures dans la glace et des poches d’air créées en partie par la structure complexe des rives.

Haut de la page

Biologie

- Les naissances ont lieu de la mi-avril à la mi-mai, ce qui est beaucoup plus tôt que chez les autres populations de Phoques communs vivant à une latitude similaire. - La mise bas semble se faire dans des abris sous la glace. - Ls sous-espèce passe vraisemblablement l’hiver dans de grandes étendues d’eau (lac des Loups Marins, lac Bourdel et petit lac des Loups Marins). - À la fonte de la glace, elle peut regagner les petites étendues d’eau environnantes.

Haut de la page

Menaces

- Quelques populations du Phoque commun se sont vues exterminées ou réduites de façon marquée par l’activité humaine. - La chasse est une des causes de son déclin. - L’entremêlement dans des engins de pêches en est une autre.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Phoque commun de la sous-espèce des Lacs des Loups Marins est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Les règlements sur les mammifères marins sous le régime de la Loi sur les pêches de 1867 pourraient offrir une protection légale à l’espèce.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

11 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le phoque commun de lasous-espèce de l'Atlantique et de l'est de l'Arctique (Phoca vitulina concolor) et de la sous-espèce des Lacs des Loups Marins (Phoca vitulina mellona) au Canada - Mise à jour (2008-08-28)

    Le phoque commun (Phoca vitulina) est un petit pinnipède au pelage de coloration variable et tachetée de brun, de noir et de blanc jaunâtre. Dans l’est du Canada, peu d’individus mesurent plus de 154 cm, pèsent plus de 100 kg et ont plus de 30 ans. Le P. v. richardsi est la sous-espèce présente sur la côte ouest du Canada. Dans l’est du pays, le phoque commun compte deux unités désignables (UD) qui constituent des sous-espèces distinctes. Une UD, le P. v. mellonae, comprend les phoques d’eau douce de la région des lacs des Loups Marins, dans la péninsule d’Ungava, au Québec. Cette UD est endémique au Québec et au Canada. L’autre unité, le P. v. concolor, comprend les phoques communs présents sur les côtes canadiennes de l’Atlantique et de l’Arctique, et s’étend jusqu’au Groenland, à Saint-Pierre-et-Miquelon et aux États Unis.
  • Sommaire du statut de l’espèce du COSEPAC sur le Phoque commun de la sous espèce des lacs des Loups Marins (Phoca vitulina mellonae) au Canada (2018-12-31)

    Cette sous-espèce confinée aux eaux intérieures est endémique au Québec et pourrait compter moins de 100 individus. On la trouve dans un petit groupe de lacs situés dans le nord du Québec. Il s’agit de la seule sous-espèce à vivre entièrement en eau douce. Les changements climatiques pourraient entraîner des changements généralisés de l’habitat et augmenter la pression exercée par les prédateurs sur la population. La population a fait et continue de faire l’objet d’une récolte par les Cris à un taux faible, mais inconnu. La possibilité d’aménagements hydroélectriques et d’activités d’exploration minière hors de l’habitat essentiel désigné pourrait potentiellement altérer l’habitat.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Phoque commun de la sous-espèce des Lacs des Loups Marins (2008-11-26)

    Cette sous-espèce confinée aux eaux intérieures est endémique au Québec, et sa population pourrait compter aussi peu que 100 individus. Elle habite dans un petit groupe de lacs dans le nord du Québec et est la seule sous-espèce à vivre uniquement en eau douce. La population a connu, et connaît peut-être encore, un déclin causé par la chasse. Des aménagements hydroélectriques proposés causeraient des changements considérables à l'habitat.
  • Énoncé de réaction - Phoque commun de la sous-espèce des lacs des Loups Marins (2019-01-11)

    Cette sous-espèce confinée aux eaux intérieures est endémique au Québec et pourrait compter moins de 100 individus. On la trouve dans un petit groupe de lacs situés dans le nord du Québec. Il s’agit de la seule sous-espèce à vivre entièrement en eau douce. Les changements climatiques pourraient entraîner des changements généralisés de l’habitat et augmenter la pression exercée par les prédateurs sur la population. La population a fait et continue de faire l’objet d’une récolte par les Cris à un taux faible, mais inconnu. La possibilité d’aménagements hydroélectriques et d’activités d’exploration minière hors de l’habitat essentiel désigné pourrait potentiellement altérer l’habitat.

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement du phoque commun, sous-espèce des lacs des Loups Marins (Phoca vitulina mellonae) (2018-06-08)

    Le phoque commun des lacs des Loups Marins (Phoca vitulina mellonae) est une sous-espèce de phoque commun qui vit exclusivement en eau douce. Cette population est unique au monde puisque son aire de répartition est exclusive au Québec. Celle-ci est, de surcroît, très restreinte et limitée à un groupe de lacs et de rivières situés au Nunavik, à quelque 250 km à l’est de la baie d’Hudson. On estime que la population des lacs des Loups Marins est isolée de son habitat marin d’origine depuis les plus récentes glaciations, il y a de cela 3 000 à 8 000 ans. Les estimations de la taille de la population sont entourées d’une grande incertitude et varient entre 50 et 600 individus.

Décrets

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2007 - 2008 (2008-08-28)

    Le rapport annuel de 2008 présenté au Ministre de l'Environnement et au Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril (CCCEP) par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.
  • Rapport annuel du COSEPAC 2017 à 2018 (2018-10-15)

    Au cours de la dernière année, le COSEPAC a évalué un total de 90 espèces sauvages et a attribué le statut d’espèce non en péril à 11 d’entre elles. Sur ces 90 espèces sauvages, le COSEPAC a réexaminé la situation de 38 d’entre elles; la majorité (87 %) a été réévaluée au même niveau de risque, sinon à un risque plus faible. À ce jour, et compte tenu de la présentation de ce rapport, les évaluations du COSEPAC comprennent maintenant 771 espèces sauvages dans diverses catégories de risque, soit 338 espèces en voie de disparition, 183 espèces menacées, 228 espèces préoccupantes et 22 espèces disparues du pays (c.-à-d. que l’on ne trouve plus à l’état sauvage au Canada). De plus, on a jugé disparues 18 espèces sauvages, les données de 59 espèces sauvages ont été jugées insuffisantes et on a évalué que 197 espèces ne sont pas à risque.

Documents de consultation

  • Consultation sur l’inscription du phoque commun (sous-espèce des lacs des Loups Marins) sur la Liste des espèces en péril (2008-12-16)

    Dans ce guide de consultation, vous trouverez un aperçu sur la façon dont le gouvernement procède pour inscrire les espèces à la Liste des espèces en péril, sur les interdictions en vertu de la LEP, à qui et à quels moments ces interdictions s’appliquent. Ces renseignements de base sur la LEP figurent dans la partie 1. La partie 2 décrit la situation du phoque commun des lacs des Loups Marins, sur la base du rapport de situation fourni par le COSEPAC. La partie 3 (détachable) comporte un questionnaire à remplir et à retourner. Il peut vous aider à formuler vos commentaires et vos préoccupations. Cliquez ici pour la version PDF du document en Crie Cliquez ici pour la version PDF du document en Ìnuktitut

Décrets visant l'habitat essentiel

Date de modification :