Profil d'espèce

Taupe de Townsend

Nom scientifique : Scapanus townsendii
Taxonomie : Mammifères
Répartition du COSEPAC : Colombie-Britannique
Date de l’évaluation et le changement de statut: novembre 2014
Statut du COSEPAC : En voie de disparition
Critères d'évaluation du COSEPAC: B1ab(iii)+2ab(iii)
Justification de la désignation du COSEPAC: Cette espèce est la plus grande taupe en Amérique du Nord, et elle ne se trouve au Canada que dans une zone de 50 km2 dans la vallée du Fraser du sud-ouest de la Colombie-Britannique. Cette espèce est restreinte à certains types de sol, et ses capacités de dispersion limitées la rendent très vulnérable à la fragmentation de l’habitat. Les menaces pesant sur la population incluent les pratiques agricoles et le piégeage par les agents chargés du contrôle des animaux nuisibles et par les propriétaires fonciers. L’habitat a fait l’objet d’une dégradation en raison de la fragmentation, de la conversion de pâturage en production de petits fruits, et de l’urbanisation.
Historique du statut du COSEPAC: Espèce désignée « menacée » en avril 1996. Réexamen du statut : l'espèce a été désignée « en voie de disparition » en mai 2003 et en novembre 2014.
Statut de la LEP : Annexe 1, En voie de disparition
Date d’inscription (AAAA-MM-JJ): 2005-01-12

Les individus de cette espèce pourraient être protégés en vertu de l'annexe 1 de la LEP sous un autre nom. Pour plus d'information voir l'annexe 1, l'index des espèces de A à Z, ou le cas échéant, le tableau des espèces apparentées ci-dessous.


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Taupe de Townsend

Taupe de Townsend Photo 1

Haut de la page

Description

La taupe de Townsend est la plus grande taupe d’Amérique du Nord. Son corps cylindrique est couvert d’un pelage velouteux, gris foncé à noir. Caractéristique inhabituelle, ce pelage plie facilement dans toutes les directions, ce qui permet à la taupe de reculer dans des tunnels étroits. Les pieds antérieurs, larges, plats et pourvus de cinq solides griffes droites, permettent à l’animal de creuser; les paumes sont tournées vers l’extérieur. Les pieds postérieurs sont petits et munis de courtes griffes. Le museau, les pieds et la queue sont roses et peu velus. Les petits yeux peuvent distinguer la lumière, mais non les images. La taupe de Townsend n’a pas d’oreilles externes, mais elle a l’ouïe aiguisée et le sens du toucher très développé. La longueur totale des adultes varie entre 179 et 237 mm. Le poids moyen est de 138 g pour les mâles et de 114 g pour les femelles.   La taupe du Pacifique ressemble beaucoup à la taupe de Townsend, mais est considérablement plus petite, la longueur moyenne étant de 162 mm.  

Haut de la page

Répartition et population

La taupe de Townsend est présente aux États-Unis depuis le nord-ouest de la Californie, puis le long des régions côtières de l’Oregon et de l’État de Washington, et atteint l’extrême nord de son aire de répartition dans le sud-ouest de la Colombie-Britannique. Comme elle n’occupe qu’environ 20 km² dans la vallée centrale du Fraser, son aire de répartition au Canada est l’une des plus petites de tous les mammifères du pays.   La population canadienne compte moins de 500 individus adultes et est voisine d’une petite population étatsunienne. D’après les spécimens recueillis depuis 1927 et des travaux sur le terrain effectués en 2001 et en 2002, la population serait vraisemblablement stable.

Haut de la page

Habitat

La taupe de Townsend, adaptée pour creuser, passe la plus grande partie de sa vie sous terre. Elle habite en général les zones de basses terres, comme des pâturages, des terres agricoles et des pelouses, habituellement dans un sol de loam limoneux de texture moyenne, à bonne teneur en humus. On la trouve aussi parfois dans des forêts claires et des sols sablonneux légers. L’habitat de la taupe de Townsend dans la vallée centrale du Fraser est caractérisé par un climat doux, semblable à celui des endroits que fréquente toujours l’espèce en Oregon et dans l’État de Washington.

Haut de la page

Biologie

La taupe de Townsend est un animal solitaire et territorial rarement observé hors terre. Elle crée un réseau de différents types de tunnels pouvant mesurer jusqu’à 100 m de longueur; les plus longs tunnels sont nécessaires dans les habitats de faible qualité. Les tunnels qui se trouvent de 10 à 20 cm sous terre servent aux déplacements dans le territoire, et ceux qui sont creusés dans les 10 premiers servent à l’alimentation. La taupe de Townsend se nourrit surtout de vers de terre, mais peut manger aussi d’autres invertébrés du sol et certaines matières végétales. Elle a peu de prédateurs naturels.   Nous ne possédons aucune information sur l’horaire quotidien des activités de la taupe de Townsend, mais il est probablement comparable à celui de la taupe du Pacifique, dont l’horaire de huit heures est caractérisé par quatre heures d’activités suivies de quatre heures de repos.   La taupe de Townsend creuse des chambres de nidification spéciales, qu’elle tapisse de plantes herbacées. Les jeunes naissent à la fin du printemps et restent dans le nid pendant une période s’étendant de 30 à 36 jours; ils atteignent la maturité sexuelle l’hiver suivant. La taupe a une seule portée par année. Le nombre moyen de petits par portée est de trois; comme l’espèce vit en général trois ans, il n’y a que neuf descendants par couple. Ce nombre est bien inférieur à celui de la plupart des autres petits mammifères.   Du fait de ce taux de reproduction relativement faible, il faut du temps à l’espèce pour se remettre d’un déclin des effectifs de sa population. De plus, si on retire les taupes de Townsend d’une région, ou si elles sont tuées par une inondation, il est possible que les taupes du Pacifique repeuplent cette région.  En Colombie-Britannique, le climat et l’absence d’habitat convenable limitent aussi cette espèce.

Haut de la page

Menaces

La principale menace qui pèse sur la taupe de Townsend est le piégeage par les entreprises spécialisées dans la lutte contre les ravageurs et par les propriétaires fonciers, qui ne font pas toujours la différence entre la taupe de Townsend et des taupes plus communes. Les taupinières endommagent les machines agricoles et nuisent au bétail, et les taupes elles-mêmes se nourrissent de certains types de cultures, de sorte que les propriétaires et les agriculteurs les considèrent comme des espèces nuisibles.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Taupe de Townsend est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement de la taupe de Townsend (Scapanus townsendii) au Canada
État d'avancement : Versions proposées affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablissement de la Taupe de Townsend

  • Sylvia Letay - Président/Contact - Gouv. de la Colombie Britannique
    Tél. : 604-582-5290  Téléc. : 604-930-7119  Envoyer un courriel

Haut de la page

Progrès et activités de rétablissement

Résumé des progrès réalisés jusqu’à présent L’équipe de rétablissement de la taupe de Townsend vise à maintenir la population actuelle de taupes de Townsend en Colombie Britannique et à accroître la connectivité avec les populations de l’État voisin de Washington. Résumé des activités de recherche et de surveillance Des données provenant de spécimens de musée et d’enquêtes indiquent que l’aire de répartition de la taupe de Townsend au Canada est restée stable; d’autres recherches et la création d’un programme de surveillance devraient contribuer à éclaircir les tendances et la taille de la population. L’équipe de rétablissement espère étudier les interactions entre la taupe de Townsend et une espèce apparentée, la taupe du Pacifique, afin de déterminer si la compétition que lui fait cette dernière limite l’aire de répartition ou la taille de la population de la taupe de Townsend. Compte tenu de sa petite population au Canada, la taupe de Townsend dépend vraisemblablement de la connectivité avec les populations des États Unis. Une étude effectuée en 2002 semble indiquer toutefois qu’il n’y a peut être pas de population de taupes de Townsend en bon état de santé du côté américain de la frontière avoisinant la population canadienne. D’autres recherches détermineront s’il y a, en fait, des taupes de Townsend près de la frontière internationale et quelle est la probabilité des déplacements transfrontaliers. Résumé des activités de rétablissement La plus grande partie de l’aire de répartition de la taupe de Townsend au Canada se trouve sur des terres privées. Puisque l’aire de répartition est si petite, l’équipe de rétablissement veut communiquer avec tous les propriétaires de terres qui en font partie. Les taupes sont des espèces dont on ne dit pas beaucoup de bien en général et les publications antérieures n’ont pas fait de distinction entre la taupe de Townsend, en voie de disparition, et la taupe du Pacifique, une espèce plus commune. Le piégeage de taupes dans les terres agricoles, sur les terrains de golf, dans les jardins et sur les pelouses peut donc provoquer la capture accidentelle de taupes de Townsend. Au moyen d’activités de sensibilisation, l’équipe de rétablissement espère faire connaître davantage cette espèce en voie de disparition aux propriétaires fonciers et leur offrir des options pour le maintien de l’habitat de la taupe. L’équipe de rétablissement a l’intention d’élaborer un protocole de relocalisation de taupes de Townsend depuis des emplacements menacés par les aménagements anthropiques vers des lieux où il y a des habitats qui lui conviennent.

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

12 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la taupe de Townsend (Scapanus townsendii) au Canada – Mise à jour (2003-12-22)

    Il y a six espèces de taupes au Canada. Les deux espèces présentes en Colombie-Britannique sont la taupe de Townsend (Scapanus townsendi) et la taupe du Pacifique (S. orarius), qui ont toutes deux une aire de répartition limitée à la vallée du bas Fraser.
  • Sommaire du statut de l’espèce du COSEPAC sur le Taupe de Townsend Scapanus townsendii au Canada (2015-11-20)

    Cette espèce est la plus grande taupe en Amérique du Nord, et elle ne se trouve au Canada que dans une zone de 50 km2 dans la vallée du Fraser du sud-ouest de la Colombie-Britannique. Cette espèce est restreinte à certains types de sol, et ses capacités de dispersion limitées la rendent très vulnérable à la fragmentation de l’habitat. Les menaces pesant sur la population incluent les pratiques agricoles et le piégeage par les agents chargés du contrôle des animaux nuisibles et par les propriétaires fonciers. L’habitat a fait l’objet d’une dégradation en raison de la fragmentation, de la conversion de pâturage en production de petits fruits, et de l’urbanisation.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Taupe de Townsend (2015-12-23)

    Cette espèce est la plus grande taupe en Amérique du Nord, et elle ne se trouve au Canada que dans une zone de 50 km2 dans la vallée du Fraser du sud-ouest de la Colombie-Britannique. Cette espèce est restreinte à certains types de sol, et ses capacités de dispersion limitées la rendent très vulnérable à la fragmentation de l’habitat. Les menaces pesant sur la population incluent les pratiques agricoles et le piégeage par les agents chargés du contrôle des animaux nuisibles et par les propriétaires fonciers. L’habitat a fait l’objet d’une dégradation en raison de la fragmentation, de la conversion de pâturage en production de petits fruits, et de l’urbanisation.
  • Énoncés de réaction - Taupe de Townsend (2004-04-21)

    Un énoncé de réaction est un document de communication qui identifie la façon dont le Ministre de l'environnement a l'intention de répondre à l'évaluation d'une espèce par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). Ce document est un point de départ au processus de listage et de rétablissement pour les espèces identifiées comme étant en péril, il fournit aussi des échéanciers dans la mesure du possible.

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement de la taupe de Townsend (Scapanus townsendii) au Canada (2016-07-06)

    Le ministre de l’Environnement est le ministre compétent pour le rétablissement de la taupe de Townsend, et il a préparé la composante fédérale du programme de rétablissement (partie 1 du document) conformément à l’article 37 de la LEP. Le programme a été préparé en collaboration avec le ministère de l’Environnement de la Colombie-Britannique. L’article 44 de la LEP autorise le Ministre à adopter un plan existant, dans son ensemble ou en partie, s’il estime que ce plan s’applique à l’égard d’une espèce sauvage et est conforme aux exigences des paragraphes 41(1) ou (2) de la LEP. Le ministère de l’Environnement de la Colombie-Britannique et Environnement Canada ont élaboré conjointement le programme de rétablissement provincial de la taupe de Townsend (ci joint; partie 2 du document).

Décrets

  • Décret accusant réception des évaluation faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril (2004-04-21)

    Par le décret, la gouverneure en conseil accuse réception des évaluations de la situation d'espèces sauvages effectuées par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril (LEP). La LEP vise à prévenir la disparition - de la planète ou du Canada seulement - des espèces sauvages, à permettre le rétablissement de celles qui, par suite de l'activité humaine, sont devenues des espèces disparues du pays, en voie de disparition ou menacées et à favoriser la gestion des espèces préoccupantes pour éviter qu'elles ne deviennent des espèces en voie de disparition ou menacées.
  • Décret de prorogation du délai d'évaluation de la situation d'espèces sauvages (2006-06-14)

    Le délai prévu pour l'évaluation de la situation des espèces sauvages visées à l'annexe est prorogé pour une période de trois ans à compter de l'entrée en vigueur de l'article 14 de la Loi sur les espèces en peril.
  • Décret modifiant les annexes 1 à 3 de la Loi sur les espèces en péril (volume 139, numéro 2, 2005) (2005-01-12)

    L'annexe 1, la Liste des espèces en péril de la Loi sur les espèces en péril (LEP), est modifiée par décret du gouverneur en conseil, à la suite de la recommandation du ministre de l'Environnement, par l'ajout de 73 espèces. Ce décret est fondé sur des évaluations scientifiques effectuées par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) et suit les consultations avec les gouvernements provinciaux et territoriaux, les peuples autochtones, les intervenants et le public, ainsi que l'analyse des coûts et des avantages pour les Canadiennes et les Canadiens.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2014-2015 (2015-11-20)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la présente année de déclaration (d’octobre 2014 à septembre 2015), le COSEPAC a tenu deux réunions d’évaluation des espèces sauvages, la première, du 23 au 28 novembre 2014, et la deuxième, du 27 avril au 1er mai 2015. Pendant cette période, le COSEPAC a évalué la situation ou revu la classification de 56 espèces sauvages. Disparues : 0 Disparues du pays : 1 En voie de disparition : 21 Menacées : 11 Préoccupantes : 21 Données insuffisantes : 1 Non en péril : 1 Total : 56 Sur les 56 espèces sauvages examinées, le COSEPAC a révisé la classification de 40 espèces dont la situation avait déjà été évaluée. La révision de la classification de 24 de ces espèces a confirmé la même situation de risque que l’évaluation précédente.

Permis et accords connexes

  • Raison pour l'émission du permis(#SARA-PYR-2008-0083), en vertu de l'article 73 de la LEP (2008-05-12)

    Ce projet vise à dresser immédiatement l'inventaire des ressources naturelles au sein de l'unité de soutien de secteur, Chilliwack, du MDN. L'auteur de la proposition a fait valoir que, comparativement aux techniques de capture et de marquage dangereuses et plus envahissantes, ses méthodes ne sont pas envahissantes ou sont jugées être parmi les moins envahissantes.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril : mars 2004 (2004-03-03)

    Le gouvernement du Canada a promulgué la Loi sur les espèces en péril (LEP), le 5 juin 2003 dans le cadre de sa stratégie sur les espèces en péril. L'annexe 1 de cette loi, appelée ici « liste de la LEP », énumère les espèces qui sont protégées en vertu de la loi. Les Canadiens sont invités à exprimer leur opinion concernant l'inscription à la liste de la LEP de toutes les espèces incluses dans ce document ou de certaines d'entre elles.

Plans d'affichage des documents de rétablissement

  • Plan d’affichage des documents de rétablissement sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada (2016-07-06)

    Le plan d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada identifie les espèces pour lesquelles des documents de rétablissement seront publiés à chaque exercice à partir de 2014-2015. La publication de ce plan sur trois ans dans le registre public des espèces en péril a pour but d’assurer la transparence à l’égard des partenaires, des intervenants et du public à propos des intentions d’Environnement et Changement climatique Canada en matière d’élaboration et d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion. Cependant, le nombre de documents et les espèces qui sont publiés pour une année donnée peuvent varier légèrement selon les circonstances. Dernière mise à jour, le 2 décembre 2021
Date de modification :