Profil d'espèce

Halicte de l’île de Sable

Nom scientifique : Lasioglossum sablense
Taxonomie : Arthropodes
Répartition du COSEPAC : Nouvelle-Écosse
Date de l’évaluation et le changement de statut: novembre 2014
Statut du COSEPAC : Menacée
Critères d'évaluation du COSEPAC: D2
Justification de la désignation du COSEPAC: À l’échelle mondiale, cette espèce est endémique à l’île de Sable, en Nouvelle-Écosse, et est présente sous la forme d’une population isolée ayant une très petite aire de répartition et aucune possibilité d’immigration de source externe. L’île n’a seulement qu’environ 13 km2 de zone végétalisée qui fournit des sites d’alimentation et de nidification pour cette abeille. La nidification se fait probablement près ou dans cette zone végétalisée et les halictes ne sont pas connus pour parcourir de grandes distances (c.-à-d. > 200 m) pour s’alimenter. La fréquence et la gravité accrue des tempêtes, en plus des changements climatiques et de l’élévation du niveau de la mer qui y est associée, devraient provoquer des changements qui réduiront davantage la qualité et la quantité de l’habitat de l’abeille sur l’île. L’écotourisme représente également une menace potentielle future, qui pourrait aussi favoriser l’introduction et la propagation d’espèces envahissantes. L’habitat sur l’île est également vulnérable aux espèces de plantes envahissantes, aux chevaux introduits et aux inondations par l’eau de mer. 
Historique du statut du COSEPAC: Espèce désignée « menacée » en novembre 2014.
Statut de la LEP : Annexe 1, Menacée
Date d’inscription (AAAA-MM-JJ): 2018-05-30

Les individus de cette espèce pourraient être protégés en vertu de l'annexe 1 de la LEP sous un autre nom. Pour plus d'information voir l'annexe 1, l'index des espèces de A à Z, ou le cas échéant, le tableau des espèces apparentées ci-dessous.


Recherche avancée

Liens rapides : | Protection | Programme national de rétablissement | Documents

Protection

Protection fédérale

L'espèces Halicte de l’île de Sable est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

14 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur L’halicte de l'île de Sable (Lasioglossum sablense) au Canada (2015-12-09)

    L’halicte de l’île de Sable (Lasioglossum sablense Gibbs) est une petite abeille (5–6 mm) à l’éclat métallique terne qui appartient à la famille des Halictidés. L’espèce est endémique au Canada et unique à l’île de Sable, en Nouvelle-Écosse. Les halictes des 2 sexes se distinguent des 3 autres espèces d’abeilles de l’île de Sable (dont 2 appartiennent à la famille des Halictidés) à la fois par leur petite taille et leur ponctuation latérale dense sur la face dorsale du thorax.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Halicte de l’île de Sable (2015-12-23)

    À l’échelle mondiale, cette espèce est endémique à l’île de Sable, en Nouvelle-Écosse, et est présente sous la forme d’une population isolée ayant une très petite aire de répartition et aucune possibilité d’immigration de source externe. L’île n’a seulement qu’environ 13 km2 de zone végétalisée qui fournit des sites d’alimentation et de nidification pour cette abeille. La nidification se fait probablement près ou dans cette zone végétalisée et les halictes ne sont pas connus pour parcourir de grandes distances (c.-à-d. > 200 m) pour s’alimenter. La fréquence et la gravité accrue des tempêtes, en plus des changements climatiques et de l’élévation du niveau de la mer qui y est associée, devraient provoquer des changements qui réduiront davantage la qualité et la quantité de l’habitat de l’abeille sur l’île. L’écotourisme représente également une menace potentielle future, qui pourrait aussi favoriser l’introduction et la propagation d’espèces envahissantes. L’habitat sur l’île est également vulnérable aux espèces de plantes envahissantes, aux chevaux introduits et aux inondations par l’eau de mer. 

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement et plan d'action visant l'halicte de l'île de Sable (Lasioglossum sablense) au Canada (2020-12-16)

    L'halicte de l'île de Sable (Lasioglossum sablense) est une petite abeille (5 ou 6 mm) à l'éclat métallique terne qui appartient à la famille des Halictidés et qui est endémique à l'île de Sable, en Nouvelle-Écosse. L'espèce a été décrite pour la première fois en 2010 (Gibbs, 2010), désignée par le COSEPAC en tant qu'espèce menacée en 2014 (COSEPAC, 2014) et inscrite en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) en 2018. La justification de l'évaluation en tant qu'espèce menacée résidait dans le fait qu'il s'agit d'une population isolée ayant une très petite aire de répartition et aucune possibilité d'immigration de source externe.

Plans d'actions

  • Plan d'action et programme de rétablissement visant l'halicte de l'île de Sable (Lasioglossum sablense) au Canada (2020-12-16)

    L'halicte de l'île de Sable (Lasioglossum sablense) est une petite abeille (5 ou 6 mm) à l'éclat métallique terne qui appartient à la famille des Halictidés et qui est endémique à l'île de Sable, en Nouvelle-Écosse. L'espèce a été décrite pour la première fois en 2010 (Gibbs, 2010), désignée par le COSEPAC en tant qu'espèce menacée en 2014 (COSEPAC, 2014) et inscrite en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) en 2018. La justification de l'évaluation en tant qu'espèce menacée résidait dans le fait qu'il s'agit d'une population isolée ayant une très petite aire de répartition et aucune possibilité d'immigration de source externe.

Décrets

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2014-2015 (2015-11-20)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la présente année de déclaration (d’octobre 2014 à septembre 2015), le COSEPAC a tenu deux réunions d’évaluation des espèces sauvages, la première, du 23 au 28 novembre 2014, et la deuxième, du 27 avril au 1er mai 2015. Pendant cette période, le COSEPAC a évalué la situation ou revu la classification de 56 espèces sauvages. Disparues : 0 Disparues du pays : 1 En voie de disparition : 21 Menacées : 11 Préoccupantes : 21 Données insuffisantes : 1 Non en péril : 1 Total : 56 Sur les 56 espèces sauvages examinées, le COSEPAC a révisé la classification de 40 espèces dont la situation avait déjà été évaluée. La révision de la classification de 24 de ces espèces a confirmé la même situation de risque que l’évaluation précédente.

Permis et accords connexes

  • Raison pour l'émission du permis(#KNP-2018-29200), en vertu de l'article 74 de la LEP (2018-07-01)

    Les études concernant les abeilles du genre Lasioglossum seront réalisées dans un habitat dunaire du secteur côtier de Kejimkujik. Le but de l'étude sur les abeilles du genre Lasioglossum est de vérifier si l'halicte de l'île de Sable est endémique à cet endroit. Cet halicte appartient au sous-genre Dialictus. Ces petites abeilles aux reflets métalliques sont très difficiles à identifier et sans un examen attentif des spécimens recueillis ou des codes-barres d'ADN, de nombreuses espèces ne peuvent pas être identifiées. Les halictes de l'île de Sable ont été désignés par le COSEPAC à titre d'espèce menacée en 2014 en partant du principe qu'ils sont limités à l'île de Sable et qu'ils sont vulnérables aux risques associés aux très petits groupes. L'étude des abeilles de genre Dialictus dans un habitat dunaire de la partie continentale de la Nouvelle-Écosse n'est pas terminée et beaucoup de dunes appropriées n'ont pas été examinées. Ce projet augmentera grandement les efforts de recherche dans l'habitat propice et les études dans le parc ne sont qu'une petite partie d'un vaste projet se déroulant dans l'ensemble de la Nouvelle-Écosse.
  • Raison pour l'émission du permis(#SINP-2018-2889), en vertu de l'article 74 de la LEP (2018-07-04)

    Ce projet vise à réaliser des inventaires des principaux pollinisateurs dans des parcelles d'échantillonnage permanentes sur l'île de Sable et à tenter d'identifier des sites de nidification des halictes. Plus précisément, voici les objectifs : (i) identifier les associations florales pour les principaux pollinisateurs de l'île de Sable et la répartition des ressources florales des parcelles d'échantillonnage tout au long de l'été; et (ii) identifier l'habitat de nidification pour les deux espèces d'halictes de l'île de Sable, Lasioglossum sablense et Lasioglossum novascotae. La technique d'échantillonnage consistera principalement à observer passivement, à capturer et à relâcher les abeilles ainsi qu'à effectuer un balayage à filets fauchoirs limité de la végétation. Un éventail d'espèces végétales seront observées pour les abeilles butineuses et les insectes seront capturés et identifiés dans une chambre d'observation non létale. Pour cerner les sites de nidification, un maximum de 20 halictes de l'île de Sable seront placés dans une fiole de collecte contenant une poudre fluorescente (no 1166, Shannon Luminous Materials, Inc.) pendant 10 secondes avant d'être remis en liberté.
  • Raison pour l'émission du permis(#SINP-2019-32719), en vertu de l'article 74 de la LEP (2019-06-26)

    Ce projet vise à étudier la biologie de nidification de l'halicte de l'île de Sable. Plus précisément, les objectifs consistent à : (i) localiser les nids; (ii) décrire l'habitat de nidification; (iii) mettre en évidence la structure sociale (solitaire ou en colonie) des deux espèces d'halictes présentes sur l'île de Sable, Lasioglossum sablense et Lasioglossum novascotiae; et (iv), si nécessaire, capturer morts dix individus aux fins d'amélioration du code à barres génétique de l'espèce. La technique d'échantillonnage consistera principalement à observer passivement, à capturer et à relâcher les abeilles ainsi qu'à effectuer un balayage à filets fauchoirs limité de la végétation. Des individus seront capturés au moyen d'un balayage à filets fauchoirs ciblé, et l'identification des espèces sera effectuée dans une chambre d'observation non létale. Pour cerner les sites de nidification, au maximum 30 halictes de l'île de Sable seront placés dans une fiole de collecte contenant une poudre fluorescente (no 1166, Shannon Luminous Materials, Inc.) pendant 10 secondes avant de les remettre en liberté.
  • Raison pour l'émission du permis(#SINPR-2012-12893), en vertu de l'article 74 de la LEP (2018-07-14)

    Ce projet vise à réaliser des inventaires sur le terrain pour les cinq espèces d'abeilles présentes sur l'île de Sable afin d'accroître l'information disponible concernant la répartition des espèces actuelle et de décrire plus en profondeur et de définir cet habitat important pour l'halicte de l'île de Sable. Plus précisément, les objectifs sont les suivants : (i) compléter les renseignements sur la répartition en effectuant des recherches sur toutes les espèces d'abeilles présentes dans les zones de végétation de l'île de Sable qui n'ont pas encore fait l'objet d'une étude et identifier les principales communautés végétales où vit Lasioglossum sablense; (ii) continuer de documenter et de préciser les associations florales afin de décrire l'habitat d'alimentation essentiel; et (iii) documenter et décrire les sites de nidification, lorsque c'est possible. La technique d'échantillonnage consistera principalement à observer passivement ainsi qu'à capturer et à relâcher les abeilles. Un éventail d'espèces végétales seront observées pour les abeilles butineuses et des individus pourraient être temporairement placés dans une fiole pour être identifiés et pris en photo. Des méthodes d'échantillonnage non destructrices seront utilisées dans la mesure du possible, mais si l'identification visuelle au niveau de l'espèce est impossible sur le terrain, un petit nombre de spécimens de référence pourraient être recueillis pour confirmer l'identification visuelle ou si un nid ou une nouvelle association florale sont observés. Tous les spécimens recueillis seront confiés au Nova Scotia Museum of Natural History ou au Sable Island Institute d'Halifax (Nouvelle?Écosse).

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril : espèces terrestres - Janvier 2016 (2016-01-08)

    Le gouvernement du Canada est voué à prévenir la disparition des espèces sauvages en péril de nos territoires. Dans le cadre de sa stratégie visant à honorer cet engagement, le gouvernement du Canada a adopté la Loi sur les espèces en péril (LEP), le 5 juin 2003. L'annexe 1 de la Loi, qui présente la liste des espèces qui sont protégées en vertu de la LEP, est aussi appelée la « Liste des espèces en péril ». Les espèces disparues du pays, en voie de disparition ou menacées qui figurent à l'annexe 1 bénéficient de la protection conférée par les interdictions et d’exigences en matière de la planification du rétablissement prévues à la LEP. Les espèces préoccupantes bénéficient d’exigences en matière de planification de la gestion. L'annexe 1 contenait initialement 233 espèces sauvages en péril et, maintenant, 521 espèces forment la liste. Veuillez envoyer vos commentaires au plus tard : le 4 mai 2016 pour les espèces terrestres faisant l'objet de consultations régulières; et le 4 octobre 2016 pour les espèces terrestres faisant l'objet de consultations prolongées.Pour obtenir une description des processus de consultation auxquels ces espèces seront soumises, veuillez consulter le site Web suivant : Registre public des espèces en péril

Renseignements connexes

  • Plan d'inscription 2016 à 2018 d’Environnement et Changement climatique Canada en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) (2017-09-29)

    Le statut des espèces sauvages est évalué par un groupe d'experts indépendants, le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). 149 espèces terrestres ont été évaluées comme étant en péril par le COSEPAC entre 2009 et 2016 et sont admissibles à être considérées par le gouverneur en conseil sur la recommandation de la Ministre de l'Environnement pour l'inscription en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP): 86 espèces seraient de nouveaux ajouts, 54 espèces inscrites au registre seraient reclassifiées et l’inscription de 9 espèces serait mise à jour pour refléter les changements dans leurs unités désignables reconnues. Un plan d'inscription de trois ans a été élaboré pour les 149 espèces terrestres et les décisions d'inscription pour la majorité des espèces sont prévues d'ici la fin de 2018. Faire des modifications à l'annexe 1 de la LEP est un processus en deux étapes. La première étape consiste à ce que le gouverneur en conseil propose un amendement par décret publié dans la Partie I de la Gazette du Canada pour une période de commentaires publics de 30 jours. La deuxième étape consiste à ce que le gouverneur en conseil prenne la décision finale de modifier ou non l'annexe 1 de la LEP en tenant compte des commentaires reçus pendant la période de commentaires publics de 30 jours. Les modifications sont apportées par décret publié dans la Partie II de la Gazette du Canada. Les deux décrets sont accompagnés d'un résumé de l'étude d'impact de la réglementation (REIR) qui présente les répercussions de l'inscription de l'espèce ou de la modification de son statut. La publication de ce plan dans le Registre public des espèces en péril vise à assurer la transparence au sujet du plan du gouvernement du Canada de prendre des décisions d'inscription en vertu de la Loi sur les espèces en péril. NOTE: Les renseignements présentés ci-dessous visent à assurer l'ouverture et la transparence en ce qui concerne le moment où les espèces terrestres pourraient être considérées pour ajout ou reclassification à l'annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril. Il est destiné à aider tous ceux qui souhaiteront peut-être formuler des commentaires sur ces considérations. Comme de nombreux facteurs pourraient affecter la date de prise d’une décision d’inscription, le plan est sujet à changement. En conséquence, il sera mis à jour périodiquement.

Descriptions dans la Gazette du Canada sur l'habitat essentiel

  • Description de l'habitat essentiel de l'halicte de l'île de Sable dans le refuge d'oiseaux de l'Île de Sable (2021-03-13)

    L'halicte de l'île de Sable (Lasioglossum sablense), inscrit à l'annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril, est une petite abeille à l'éclat métallique terne et une butineuse généraliste qui s'alimente sur les infloraisons de végétaux. Au Canada, l'halicte de l'île de Sable niche sous terre et est indigène et limité à l'île de Sable, en Nouvelle-Écosse. La plupart des nids observés se trouvent dans des habitats de bruyère stables et à végétation clairsemée.
Date de modification :