Profil d'espèce

Méné long

Nom scientifique : Clinostomus elongatus
Taxonomie : Poissons
Répartition du COSEPAC : Ontario
Date de l’évaluation et le changement de statut: novembre 2017
Statut du COSEPAC : En voie de disparition
Critères d'évaluation du COSEPAC: A2b+3bc+4bc+B2ab(i,ii,iii,iv,v)
Justification de la désignation du COSEPAC: Ce petit méné coloré est très vulnérable aux variations de débits et aux baisses de la qualité de l’eau telles que celles observées dans les bassins versants urbains et agricoles. L’aire de répartition canadienne de cette espèce chevauche considérablement la région du Grand Toronto (RGT), où l’utilisation des terres à des fins urbaines est répandue et devrait augmenter dans le futur. L’expansion continue de la RGT a mené à une dégradation continue de l’habitat, ce qui entraîne d’importantes diminutions en matière d’aire de répartition et du nombre d’individus et de populations.
Historique du statut du COSEPAC: Espèce désignée « préoccupante » en avril 1987. Réexamen du statut : l'espèce a été désignée « en voie de disparition » en avril 2007 et en novembre 2017.
Statut de la LEP : Annexe 1, En voie de disparition
Date d’inscription (AAAA-MM-JJ): 2017-04-13

Les individus de cette espèce pourraient être protégés en vertu de l'annexe 1 de la LEP sous un autre nom. Pour plus d'information voir l'annexe 1, l'index des espèces de A à Z, ou le cas échéant, le tableau des espèces apparentées ci-dessous.


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Méné long

Méné long Photo 1

Haut de la page

Description

Le Méné long a une tête en forme de pointe et une grande bouche en position terminale. Ce poisson a une nageoire dorsale, une nageoire caudale fourchue, des nageoires pelviennes, et des nageoires pectorales allongées qui sont plus longues chez les mâles que chez les femelles. Le dos du méné long est vert foncé ou bleu vert. Sur les côtés, on retrouve une bande dorée, et une bande orange ou rouge est située sous la bande dorée. Des reflets bleus, verts, pourpres et violets sont répandus sur tout le corps du méné long; les couleurs sont plus intenses chez les mâles que chez les femelles, et sont encore plus intenses durant la saison du frai. Les Ménés longs mesurent, en moyenne, 76 mm.

Haut de la page

Répartition et population

Au Canada, on ne retrouve le Méné long qu'en Ontario. Les populations canadiennes de Ménés longs sont à la baisse et ont disparues de certaines régions.

Haut de la page

Habitat

Le Méné long habite des bassins et les régions de petites rivières où l'eau est claire et calme; où le courant est lent; où le feuillage des arbres et des arbustes surplombant le cours d'eau offrent un abris; et où le fond est composé de roches, de gravier ou de sable.

Haut de la page

Biologie

Le Méné long se nourrit d'insectes qu'il attrape en sautant hors de l'eau. Les femelles sont habituellement plus grosses que les mâles. Les Ménés longs vivent jusqu'à trois ans. Le frai se produit au mois de mai.

Haut de la page

Menaces

Les facteurs principaux qui limitent les populations de Ménés longs sont la destruction et la dégradation de l'habitat dus à l'envasement, à la destruction du couvert végétal et à la détérioration de l'eau.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Méné long est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

La Loi sur les pêcheries du Canada interdit la destruction des habitats de poissons.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablissement de la rivière Grand

  • Shawn Staton - Président/Contact - Pêches et Océans Canada
    Tél. : 905-336-4864  Téléc. : 905-336-6437  Envoyer un courriel

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

113 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le méné long (Clinostomus elongatus) au Canada – Mise à jour (2007-08-29)

    Le méné long est un poisson coloré d’une longueur maximale de 12 cm. Au printemps, une bande rouge vif longe la moitié avant du corps. Au-dessus de cette bande se trouve une ligne jaune brillant. Le méné long se distingue des autres Cyprinidés du Canada par une bouche très grande, une mâchoire inférieure protubérante et, chez les mâles, de grandes nageoires pectorales. Le méné long est l’une des deux espèces du genre Clinostomus, lequel on considère actuellement comme étant le plus étroitement apparenté au genre Richardsonius.
  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur Méné long (Clinostomus elongatus) au Canada (2018-10-15)

    Le méné long est un poisson coloré caractérisé par une longue raie latérale dorée qui s’étend sur la longueur du corps et par une bande rouge vif située en dessous. Le dos est d’une teinte de vert variable et la surface ventrale est blanc argenté. Le corps du méné long est allongé et comprimé latéralement. La taille maximale est de 120 mm. Le méné long a un long museau et une mâchoire inférieure saillante. Les nageoires pectorales sont plus longues chez les mâles que chez les femelles. L’espèce est un indicateur de la qualité de l’habitat. Notez : La ministre a reçu cette évaluation du COSEPAC le 15 octobre 2018.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Méné long (2007-12-04)

    Cette espèce est particulièrement sensible à l’altération des cours d’eau qui modifie les régimes d’écoulement et qui mène à un envasement accru et à des températures de l’eau plus élevées. L’espèce est disparue de 5 des 24 localités historiques et pourrait maintenant ne plus se trouver à 5 autres localités; un déclin continu est évident dans 8 des 14 localités restantes. Plus de 80 % de la répartition canadienne est située dans la région du Golden Horseshoe, dans le sud-ouest de l’Ontario, où l’expansion urbaine constitue la menace la plus imminente qui pèse sur la survie de cette espèce au Canada. Les 6 populations stables se trouvent à la limite des développements urbains,  dans des bassins hydrographiques qui, jusqu'à présent, ont été relativement peu perturbés. Par contre, plus de la moitié de ces localités se trouvent à l'intérieur ou en bordure de secteurs qui devraient être aménagés au cours des 10 à 15 prochaines années.
  • Énoncé de réaction - Méné long (2019-01-11)

    Ce petit méné coloré est très vulnérable aux variations de débits et aux baisses de la qualité de l’eau telles que celles observées dans les bassins versants urbains et agricoles. L’aire de répartition canadienne de cette espèce chevauche considérablement la région du Grand Toronto (RGT), où l’utilisation des terres à des fins urbaines est répandue et devrait augmenter dans le futur. L’expansion continue de la RGT a mené à une dégradation continue de l’habitat, ce qui entraîne d’importantes diminutions en matière d’aire de répartition et du nombre d’individus et de populations.

Plans d'actions

  • Plan d’action visant des espèces multiples dans le parc urbain national de la Rouge (2021-10-07)

    Le plan d'action proposé visant des espèces multiples du parc urbain national de la Rouge s’applique à toutes les terres et les eaux de propriété fédérale régies par Parcs Canada au parc urbain national de la Rouge (PUNR), y compris le lieu historique national de la Colline Bead. Dans la mesure du possible, ce plan a été preparé en collaboration avec Environnement et Changement climatique du Canada, Pêches et Océans Canada, la province de l’Ontario, le Cercle consultatif des Premières Nations du parc urbain national de la Rouge, et des organisations environnementales non gouvernementales conformément au paragraphe 48(1) de la LEP. Le plan satisfait aux exigences relatives aux plans d’action fixées par la Loi sur les espèces en péril (LEP, art. 47) en ce qui a trait aux espèces pour lesquelles il faut établir un plan d’action et qui sont observées régulièrement à cet endroit. Les mesures décrites dans ce plan profiteront aussi à d’autres espèces régulièrement présentes dans le PUNR pour lesquelles il existe des préoccupations quant à leur conservation. Compte tenu de la pandémie de COVID 19 actuelle, la période de commentaires du public de 60 jours sur le plan d'action proposé visant des espèces multiples du parc urbain national du Canada de la Rouge a été prolongée à 90 jours afin d’accorder suffisamment de temps pour la rétroaction.

Décrets

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2007 (2007-08-30)

    Le rapport annuel de 2007 présenté au Ministre de l'Environnement et au Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril (CCCEP) par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.
  • Rapport annuel du COSEPAC 2017 à 2018 (2018-10-15)

    Au cours de la dernière année, le COSEPAC a évalué un total de 90 espèces sauvages et a attribué le statut d’espèce non en péril à 11 d’entre elles. Sur ces 90 espèces sauvages, le COSEPAC a réexaminé la situation de 38 d’entre elles; la majorité (87 %) a été réévaluée au même niveau de risque, sinon à un risque plus faible. À ce jour, et compte tenu de la présentation de ce rapport, les évaluations du COSEPAC comprennent maintenant 771 espèces sauvages dans diverses catégories de risque, soit 338 espèces en voie de disparition, 183 espèces menacées, 228 espèces préoccupantes et 22 espèces disparues du pays (c.-à-d. que l’on ne trouve plus à l’état sauvage au Canada). De plus, on a jugé disparues 18 espèces sauvages, les données de 59 espèces sauvages ont été jugées insuffisantes et on a évalué que 197 espèces ne sont pas à risque.

Permis et accords connexes

  • Raison pour l'émission d'autres documents similaires(#17-HCAA-01440 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2021-01-05)

    Le projet proposé prévoit la construction d'un complexe résidentiel au sud de l'autoroute 401, entre le chemin Tremaine et le chemin Peru, dans la ville de Milton, en Ontario. Dans le cadre de ce projet, le chemin Tremaine sera réaménagé et élargi pour devenir une route urbaine à quatre voies, et le chemin Peru sera abandonné. Le nouveau tracé du chemin Tremaine traversera l'autoroute 401; il faut donc construire un nouvel échangeur avec des bretelles de raccordement à l'autoroute 401. Le nouvel échangeur et le viaduc nécessiteront divers aménagements supplémentaires, notamment un bassin de gestion des eaux pluviales pour le complexe résidentiel de Milton Heights, qui sera situé au nord-ouest de l'intersection du chemin Peru et du 3e chemin de traverse, de nouveaux ponceaux pour les rampes et l'extension d'un ponceau existant. Pour tenir compte des futures conditions de circulation à l'échangeur de l'autoroute 401 et du chemin Tremaine, le réalignement d'un affluent sans nom du ruisseau Sixteen Mile sera également nécessaire. Cet affluent sans nom, appelé ici affluent NW-1-2G, est un habitat confirmé du méné long (Clinostomus elongatus). Des mesures d'atténuation seront prises à côté du chenal existant de l'affluent NW-2-G1 au sud de l'autoroute 401 entre le chemin Tremaine et le chemin Peru. Les mesures comprennent la construction d'une nouvelle section de 1 816 m de long de canal sinueux naturalisé pour remplacer la section du canal existant de l'affluent NW-2-G1 qui sera remblayée. Le nouveau canal a été conçu pour fournir un habitat approprié au méné long et comprendra une végétation en surplomb, des mares profondes, des berges en contrebas, des pentes de lit graduelles en amont des crêtes de rapides et des éléments de cours d'eau tels que des rochers et de gros débris de bois. Le nouveau canal sera construit à sec et pourra se stabiliser pendant au moins un an avant la dérivation du débit dans le nouveau canal. Deuxièmement, la construction d'un large corridor riverain et de plaine d'inondation naturalisés et améliorés, englobant le nouveau canal naturel sinueux est prévue afin de créer 91 425 m2 d'habitat approprié pour le méné long. Le corridor amélioré comprendra des éléments naturalisés tels que des zones humides, des plantes de zones humides, des enrochements végétalisés et des zones de reboisement des hautes et basses terres afin d'améliorer la résistance des matériaux des berges et les fonctions des habitats aquatiques et terrestres. Enfin, les mesures d'accompagnement comprendront la plantation de végétation riveraine, composée d'arbres à feuilles caduques et de conifères, d'arbustes et d'espèces végétales poussant au ras du sol, conformément à la version définitive du plan de revégétalisation du promoteur approuvé par Pêches et Océans Canada (MPO).
  • Raison pour l'émission d'autres documents similaires(#18-HCAA-00553), en vertu de l'article 74 de la LEP (2019-06-25)

    Le projet proposé, dont l'ouvrage, l'entreprise ou l'activité autorisé fait partie, consiste à élargir la rue Leslie (entre le chemin Elgin Mills et la 19e avenue) qui traverse l'affluent sans nom 4 de la rivière Rouge, dans la ville de Richmond Hill, afin d'ajouter des voies pour les véhicules et un trottoir. L'élargissement de la route se fera en grande partie à l'est de la route actuelle et nécessitera le remplacement du ponceau existant par un nouveau. Pour effectuer ce remplacement, il faut isoler le site. De plus, l'élargissement de la route vers l'est nécessite le remblayage d'une section du chenal existant et l'aménagement d'un nouveau chenal adapté au nouveau ponceau plus large et aux débits d'un autre affluent. Le projet causera également l'enlèvement d'environ 5 400 m2 de végétation riveraine ayant une incidence sur l'habitat du méné long (Clinostomus elongatus). L'affluent 4 est connu comme étant un habitat occupé par le méné long, poisson inscrit comme espèce en voie de disparition à l'annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril. Un sauvetage et une relocalisation des poissons auront lieu avant le début des travaux de construction.
  • Raison pour l'émission d'autres documents similaires(#18-HCAA-00554), en vertu de l'article 74 de la LEP (2019-06-25)

    L'activité vise à élargir la rue Leslie entre le chemin Elgin Mills et la 19e avenue à Richmond Hill, en Ontario. Pour permettre les travaux de réfection de la route, il faut remplacer par un nouveau ponceau le ponceau existant enjambant un affluent sans nom de la rivière Rouge (affluent 3), qui sert d'habitat au méné long (Clinostomus elongatus). Pour effectuer ce remplacement, il faut isoler le site. De plus, l'élargissement de la route vers l'est nécessite le remblayage d'une section du chenal existant et l'aménagement d'un nouveau chenal adapté au nouveau ponceau plus large. Le projet causera également l'enlèvement d'environ 1 944 m2 de végétation riveraine ayant une incidence sur l'habitat du méné long. Les travaux d'élargissement de la route auront des répercussions directes et indirectes sur le méné long. Pour atteindre les objectifs du projet, les activités proposées consisteront à effectuer le sauvetage de poissons là où le méné long peut être présent.
  • Raison pour l'émission d'autres documents similaires(#18-HCAA-01000 ), en vertu de l'article 74 de la LEP (2019-08-06)

    L'Office de protection de la nature de Toronto et de la région (ARCO) propose de réaliser des travaux de protection des infrastructures sanitaires régionales et de lutte contre l'érosion. Il y a deux sous-projets distincts : le projet de protection des infrastructures sanitaires du ruisseau Patterson près du centre communautaire de Richvale (Patterson Richvale) et le projet de lutte contre les risques d'érosion de la vallée du ruisseau Patterson (Patterson Valley). Le projet comprend le réalignement du chenal et la stabilisation des berges d'un tronçon du ruisseau qui a été désigné comme habitat occupé par le méné long(Clinostomus elongatus) et comme habitat de rétablissement de l'espèce. Cette activité comprendra le réalignement du chenal et la stabilisation des berges dans quatre sites du ruisseau Patterson : Patterson Richvale (sites I-075, P-1005, P-107 et I-070) et Patterson Valley (sites CC, C8, C9, C10 et C13). La destruction d'un maximum de 300 m2 dans l'habitat du méné long aux sites de Patterson Richvale à la suite de la construction et de l'installation d'une nouvelle berge à l'aide d'une butée d'enrochement végétalisée, causera probablement des dommages graves aux poissons. Des dommages accidentels ou la mort potentielle d'espèces en péril (EP) pourraient également survenir en raison du sauvetage des poissons qui sera nécessaire aux neuf sites susmentionnés.
  • Raison pour l'émission d'autres documents similaires(#20-HCAA-01230 ), en vertu de l'article 73 de la LEP (2020-08-21)

    Le projet proposé, dont les travaux, l'entreprise ou l'activité autorisés font partie, comprend le réalignement du canal existant du ruisseau Carruthers, près d'Ajax, en Ontario, pour tenir compte de l'exposition actuelle du pipeline et de la question de la profondeur d'enfouissement. S'ils ne sont pas pris en compte, ces facteurs entraîneraient une forte probabilité de défaillance ainsi que les risques pour la santé, l'environnement et la sécurité rattachés à l'exposition du pipeline. En raison de ces préoccupations, ce projet est maintenant considéré comme urgent. Les travaux d'urgence consisteront à déplacer la partie en S du canal vers la route Concession Road 5, en déplaçant la première courbe d'environ 14 m vers le nord et la deuxième courbe d'environ 9 m vers le nord. Les tuyaux exposés se trouvent dans la première courbe, où le canal érode la rive sud. Le réalignement du canal vise à atténuer le risque d'érosion, à réduire le nombre de croisements du pipeline et à réduire la longueur totale du passage de l'eau de 30 m à 6 m, ce qui réduit le risque d'exposition future du pipeline. Les travaux dans l'eau devraient commencer le 24 août 2020 et se terminer le 15 septembre 2020. Ce réalignement du canal réduira le nombre de croisements du pipeline et du talweg et vise à réduire le risque d'exposition du pipeline ainsi que les risques pour la sécurité publique et professionnelle, l'environnement et l'économie. Les réalignements de canal proposés intégreront une séquence de réservoirs et de rapides semblable à celle observée dans les autres biefs de chaque cours d'eau afin de maintenir la variabilité naturelle de la sinuosité du canal et de maintenir les conditions géomorphiques hydrauliques et fluviales existantes. Le projet proposé entraînera le remplissage de 306 m2 de l'habitat actuel des poissons du canal et l'enlèvement de 1 541 m2 de végétation adjacente au ruisseau Carruthers. La construction du nouveau canal créera 330 m2 d'habitat pour les poissons, et la végétation sera replantée dans les zones touchées après la construction. Il est possible que le méné long (Clinostomus elongatus) subisse des préjudices accidentels pendant les activités de sauvetage des poissons, car les travaux exigeront le détournement du courant, l'isolement du site et le sauvetage/déplacement des poissons dans l'habitat confirmé du méné long.
  • Raison pour l'émission d'autres documents similaires(#20-HCAA-01343 ), en vertu de l'article 73 de la LEP (2020-08-21)

    Le projet proposé, dont les travaux, l'entreprise ou l'activité autorisés font partie, comprend le réalignement du canal existant du ruisseau Ganatsekiagon, près de Pickering, en Ontario, pour tenir compte de l'exposition actuelle du pipeline et de la question de la profondeur d'enfouissement. S'ils ne sont pas pris en compte, ces facteurs entraîneraient une forte probabilité de défaillance ainsi que les risques pour la santé, l'environnement et la sécurité rattachés à l'exposition du pipeline. En raison de ces préoccupations, ce projet est maintenant considéré comme urgent. Les travaux d'urgence consisteront à déplacer la partie en S du canal : la première courbe sera déplacée d'environ 10 m vers le nord et la deuxième courbe, d'environ 3 m vers le nord. Les tuyaux exposés se trouvent dans la première courbe, où le canal érode le lit et la rive extérieure. Le réalignement du canal vise à atténuer le risque d'érosion, à réduire le nombre de croisements du pipeline et à réduire la longueur totale du passage de l'eau de 30 m à 6 m, ce qui réduit le risque d'exposition future du pipeline. Les travaux dans l'eau devraient commencer le 24 août 2020 et se terminer le 15 septembre 2020. Ce réalignement du canal réduira le nombre croisements du pipeline et du talweg et vise à réduire le risque d'exposition du pipeline ainsi que les risques pour la sécurité publique et professionnelle, l'environnement et l'économie. Les réalignements de canal proposés intégreront une séquence de réservoirs et de rapides semblable à celle observée dans les autres biefs de chaque cours d'eau afin de maintenir la variabilité naturelle de la sinuosité du canal et de maintenir les conditions géomorphiques hydrauliques et fluviales existantes. Le projet proposé entraînera le remplissage de 403 m2 de l'habitat actuel des poissons du canal et l'enlèvement de 2886 m2 de végétation adjacente au ruisseau Ganatsekiagon. La construction du nouveau canal créera 340 m2 d'habitat pour les poissons, et la végétation sera replantée dans les zones touchées après la construction. Il est possible que le méné long subisse des préjudices accidentels pendant les activités de sauvetage des poissons, car les travaux exigeront le détournement du courant, l'isolement du site et le sauvetage/déplacement des poissons dans l'habitat confirmé du méné long.
  • Raison pour l'émission du permis(#11-HCAA-CA4-01907 ), en vertu de l'article 73 de la LEP (2019-07-01)

    L'objectif des activités visées par ce permis est d'effectuer des relevés dans deux tronçons du ruisseau East Huttonville. Le méné long (Clinostomus elongatus) peut être repéré lors de cet échantillonnage. Activités autorisées par ce permis : 1. La capture du méné long à l'aide d'un appareil portatif de pêche à l'électricité dans le ruisseau East Huttonville, selon la méthode du Protocole d'évaluation des cours d'eau de l'Ontario (PECEO) [Stanfield 2010]; 2. La manipulation du méné long à des fins d'identification et de traitement (dénombrement, photographie, etc.). Tous les poissons seront identifiés, comptés, photographiés et relâchés vivants, à l'exception de quelques poissons plus petits qui peuvent être conservés pour confirmer leur identification. Tous les ménés longs seront remis à l'eau vivants sur le site de leur capture après le traitement; 3. La possession et le transport de tout méné long tué accidentellement, conservé dans une solution de formol à 10 % ou d'éthanol à 95 %.
  • Raison pour l'émission du permis(#15-HCAA-01035 ), en vertu de l'article 73 de la LEP (2019-07-01)

    Cette activité est entreprise dans le cadre de l'élargissement de la promenade Major Mackenzie Ouest entre les autoroutes 50 et 400 à Vaughan, en Ontario. Les travaux comprennent le remplacement du ponceau perché à dalot de béton à quatre conduits qui enjambe actuellement le ruisseau Purpleville sur la promenade Major Mackenzie Ouest par un pont à une seule travée, et le remplacement du pont à une seule travée actuel traversant la rivière East Humber par un pont à trois travées pour permettre la réfection de la route. Des activités de stabilisation des berges et de modification de la trajectoire des chenaux auront également lieu dans les deux cours d'eau. Le projet a d'abord été soumis à Pêches et Océans Canada (MPO) en 2015 et une lettre d'avis (LA; dossier no 15-HCAA-01035 du MPO) a été émise avant que le méné long (Clinostomus elongatus) ne soit inscrit comme espèce en danger de disparition à l'annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (LEP). Les travaux du projet sont en cours et ceux réalisés à l'intérieur et à proximité de l'habitat du poisson devraient débuter à l'été 2019. Par conséquent, il est maintenant obligatoire d'obtenir un permis en vertu de la LEP pour le projet. Pour atteindre les objectifs de construction du projet, les activités proposées consistent à effectuer le sauvetage de poissons là où le méné long peut être présent. Selon les prévisions, au moins quatre opérations de sauvetage de poissons (deux par cours d'eau) seront requises pour faciliter la réalisation des travaux dans l'eau. Ces activités pourraient donner lieu à la capture accidentelle de ménés longs pendant l'isolement, l'assèchement, et la relocalisation des poissons.
  • Raison pour l'émission du permis(#17-HCAA-00203 ), en vertu de l'article 73 de la LEP (2019-09-12)

    L'élargissement du chemin Mayfield dans la ville de Brampton nécessite d'enlever un ponceau ovide et de construire un pont à portée libre à la traversée C18 au-dessus d'un affluent de la rivière West Humber, ainsi que de prolonger un ponceau à la traversée C19. Ce tronçon de l'affluent de la rivière West Humber est désigné comme habitat essentiel proposé pour le méné long (Clinostomus elongatus). L'habitat riverain et l'habitat aquatique seront restaurés à la fin des travaux de construction, comme l'exige le permis d'avantage plus que compensatoire du projet délivré par le ministère des Richesses naturelles et des Forêts (MRNF) de l'Ontario. Ces travaux nécessiteront une isolation à court terme dans l'eau, le déplacement des poissons et l'assèchement de certaines zones, ce qui pourrait entraîner la capture accidentelle du méné long.
  • Raison pour l'émission du permis(#17-HCAA-01427 ), en vertu de l'article 73 de la LEP (2019-07-01)

    L'activité vise à remettre en état un ponceau à tuyau arqué en tôle d'acier ondulé de construction elliptique (ci-après « ponceau ») qui est rouillé et se détériore. Le ponceau (site 10) et un ponceau à ossature rigide en béton (site 9) acheminent un affluent du ruisseau Sixteen Mile sous la route Martin et le stationnement d'un concessionnaire automobile dans la ville de Milton, en Ontario. Les travaux consistent à recouvrir et à paver en béton le radier du ponceau afin d'éviter qu'il continue de s'effondrer. Les activités proposées consistent à effectuer le sauvetage de poissons là où le méné long (Clinostomus elongatus) peut être présent. La zone du projet est désignée comme un futur habitat essentiel dans la version provisoire d'une stratégie de rétablissement. Toutefois, le promoteur a fait remarquer qu'il serait peu probable d'y constater la présence du méné long, car l'espèce n'a pas été pêchée dans la zone depuis environ 20 ans.
  • Raison pour l'émission du permis(#17-HCAA-01559 ), en vertu de l'article 73 de la LEP (2020-06-22)

    La construction du boulevard Peter Matthews, à Pickering (Ontario), comprend le franchissement de deux cours d'eau occupés par le méné long (Clinostomus élongatus) : un pont de 46,0 m enjambant le lit de méandres du bras principal du ruisseau Ganatsekiagon (traverse i-28) et un ponceau à arche classique en béton de 50,3 m de longueur sur 8,0 m de largeur et 2,0 m de hauteur dans un tributaire sans nom du ruisseau Ganatsekiagon (traverse i-26). Dans le cadre des travaux, le promoteur propose de retirer un dispositif de régularisation des eaux de 3 m de hauteur et son réservoir supérieur en amont de la traverse i-26, et de rétablir le chenal naturel. Ce dernier présentera des caractéristiques de l'habitat propice au méné long, une importante zone riveraine et une morphologie radiers-fosses le long du tronçon de 116 m du cours d'eau, qui s'étendra en amont et en aval de l'ouvrage de régularisation actuel et passera sous le ponceau à arche classique. La naturalisation du chenal permettra de restaurer un habitat propice au méné long dans la zone du projet. Il faudra isoler le site pour effectuer les travaux à sec et l'espèce risque d'en être affectée indirectement lors des activités de déplacement.
  • Raison pour l'émission du permis(#17-HCAA-01559 ), en vertu de l'article 73 de la LEP (2020-06-22)

    La construction du boulevard Peter Matthews, à Pickering (Ontario), comprend le franchissement de deux cours d'eau occupés par le méné long (Clinostomus élongatus) : un pont de 46,0 m enjambant le lit de méandres du bras principal du ruisseau Ganatsekiagon (traverse i-28) et un ponceau à arche classique en béton de 50,3 m de longueur sur 8,0 m de largeur et 2,0 m de hauteur dans un tributaire sans nom du ruisseau Ganatsekiagon (traverse i-26). Dans le cadre des travaux, le promoteur propose de retirer un dispositif de régularisation des eaux de 3 m de hauteur et son réservoir supérieur en amont de la traverse i-26, et de rétablir le chenal naturel. Ce dernier présentera des caractéristiques de l'habitat propice au méné long, une importante zone riveraine et une morphologie radiers-fosses le long du tronçon de 116 m du cours d'eau, qui s'étendra en amont et en aval de l'ouvrage de régularisation actuel et passera sous le ponceau à arche classique. La naturalisation du chenal permettra de restaurer un habitat propice au méné long dans la zone du projet. Il faudra isoler le site pour effectuer les travaux à sec et l'espèce risque d'en être affectée indirectement lors des activités de déplacement. Mis à jour le 11 septembre 2020 : En raison des restrictions de travail imposées par la COVID­19, le personnel sur place a été réduit par rapport à l'effectif proposé, ce qui a causé des retards dans la construction. En raison de ces retards, le promoteur a demandé la possibilité de travailler dans les limites du délai limité pour le méné long. Selon le calendrier des travaux révisé, on demande au promoteur d'exécuter des travaux dans l'eau jusqu'au 31 octobre 2020. Tous les autres aspects du projet demeurent inchangés. Pendant que les travaux se poursuivent, la passe migratoire sera maintenue.
  • Raison pour l'émission du permis(#18-­HCAA-­01252 ), en vertu de l'article 73 de la LEP (2019-05-16)

    Le projet consiste à élargir un tronçon de 10,4 km de l'autoroute 404, entre l'autoroute express à péage 407 et le chemin Stouffville. Le projet comprendra un nouvel étang de gestion des eaux de ruissellement, un canal de sortie de l'étang de gestion des eaux de ruissellement vers la rivière Rouge et le remplacement des ponts en direction nord et en direction sud de la rivière Rouge par un seul pont à portée libre de 65 m sur 53,5 m. Il faudra isoler les travaux, car il sera nécessaire d'effectuer des travaux en milieu aquatique pour enlever les pieux existants du pont et d'ajouter une protection de canal sous la nouvelle structure. Là où l'habitat riverain sera perturbé ou couvert par le nouveau pont, on plantera des espèces indigènes qui tolèrent l'ombre pour remplacer la végétation riveraine existante, ou on mettra en place un enrochement. Les zones désignées pour être revégétalisées comprennent : les bords du pont, l'émissaire du fossé du déversoir afin de remplacer la perte de végétation, et la zone située sous le pont. La protection des berges sera assurée par l'ajout d'un enrochement qui sera placé sous la section du terre­plein central nouvellement couverte et au­dessus (plus haut sur les berges) de l'enrochement existant, et par de la végétation qui tolère l'ombre. On sait que le méné long (Clinostomus elongatus) occupe la rivière Rouge, et il faudra déplacer le poisson pendant la construction active. Cette activité peut causer des dommages accidentels au méné long. Mis à jour le 4 septembre 2020 : En raison des restrictions de travail imposées par la COVID­19, le personnel sur place a été réduit par rapport à l'effectif initialement proposé, ce qui a causé des retards dans la construction. En raison de ces retards, le promoteur a demandé la possibilité de travailler dans les limites du délai limité pour le méné long. Le calendrier des travaux révisé prévoit l'utilisation de deux batardeaux qui pourraient être mis en place dans la rivière Rouge jusqu'au 15 novembre 2020. Tous les autres aspects du projet demeurent inchangés. Pendant que les travaux se poursuivent, la passe migratoire sera maintenue. Le ministère responsable de la conservation et de la protection de l'environnement de l'Ontario a autorisé la réalisation de travaux jusqu'au 15 novembre 2020.
  • Raison pour l'émission du permis(#18-HCAA-00204 ), en vertu de l'article 73 de la LEP (2019-07-01)

    Le projet proposé consiste à élargir le chemin Speers de 4 à 5 voies et à construire des voies réservées aux cyclistes, des boulevards et des trottoirs des deux côtés du corridor. La structure existante est une structure à ossature rigide en béton d'une seule travée (18,3 m de largeur sur 11,9 m de longueur) orientée dans le sens nord­sud et inclinée de 55 degrés par rapport à la chaussée. Les modifications proposées au pont nécessitent un élargissement des deux côtés : 2,44 m du côté nord et 3,96 m du côté sud du pont, ce qui donne une largeur totale de 24,7 m. La modification d'une traversée de cours d'eau sera nécessaire pour permettre l'élargissement de la chaussée. Les trottoirs seront installés à partir du haut de la structure au moyen d'échafaudages suspendus au tablier du pont, ce qui réduira au minimum la perturbation du fond du ruisseau. Des travaux en milieu aquatique seront nécessaires pour réhabiliter les culées existantes par de la végétation et pour défricher le site avant les travaux de construction. On effectuera la restauration de la végétation à l'intérieur du secteur. On ne construira des batardeaux que sur la rive ouest. On procédera également au regarnissage de la conduite principale à l'intersection du chemin Speers et du ruisseau Fourteen Mile. La conduite d'eau principale s'étend d'est en ouest. Les travaux comprendront le creusage d'un trou sur la rive dans la route pour accéder aux tuyaux et les entretenir. Les travaux se dérouleront à l'intérieur de la canalisation existante; par conséquent, aucune perturbation n'est prévue. Les fosses sont situées sur la chaussée existante et ne perturberont pas la végétation. Aucun travail en milieu aquatique ne sera nécessaire. Le ruisseau Fourteen Mile est un cours d'eau poissonneux où l'on sait que le méné long (Clinostomus elongatus) est présent; par conséquent, un sauvetage du poisson sera nécessaire pendant la construction active. Ces activités pourraient causer des dommages accidentels au méné long pendant l'opération de sauvetage du poisson.
  • Raison pour l'émission du permis(#18-HCAA-00503 ), en vertu de l'article 73 de la LEP (2019-06-05)

    Les activités proposées constituent le prolongement du boulevard Cottrelle, de la promenade Humberwest à la promenade Goreway, dans la ville de Brampton, en Ontario. Le prolongement proposé couvre une distance d'environ 700 m et comprend la traversée par pont de deux affluents de la rivière Humber : la rivière West Humber à l'est près de la promenade Goreway (affluent B) et à l'ouest près de la promenade Humberwest (affluent A). La construction de structures à portée simple est proposée pour chacun des affluents, soit une travée de 30 m au-dessus de l'affluent A et une travée de 40 m au-dessus de l'affluent B. Des murs de soutènement doivent être aménagés pour les abords routiers des culées des structures dans l'habitat sous réglementation provinciale du méné long (Clinostomus elongatus). Les structures sont conçues de façon à éviter l'empiétement dans le cours d'eau actif, ce qui élimine l'obligation de modifier la trajectoire du cours d'eau. La largeur d'emprise proposée pour le prolongement du boulevard Cottrelle est de 30 m. En vue de la conception détaillée et de la mise au point définitive de la construction routière, une mise à jour du levé des deux affluents a été effectuée en 2016. La conception a été basée sur le levé d'origine datant de 2010. Selon le levé de 2016, la culée ouest de la structure à portée simple de l'affluent B empiète dans le cours d'eau actif, détruisant 300 m2 de l'habitat des poissons (berge ouest en bordure de l'eau). Des travaux susceptibles de causer des dommages directs au méné long devront donc être effectués dans l'eau pour réaliser le projet, puis protéger et stabiliser le chenal en corrigeant les chenaux afin d'empêcher la poursuite du déplacement. En plus des travaux dans l'eau proposés, des activités terrestres réalisées à proximité du cours d'eau (déboisement, nivellement, etc.) risquent d'avoir des effets négatifs indirects sur l'espèce pendant les travaux de construction.
  • Raison pour l'émission du permis(#18-HCAA-00796 ), en vertu de l'article 73 de la LEP (2021-07-01)

    Le projet proposé comprend le remplacement d'un ponceau en caisson existant par un ponceau principal et deux ponceaux de débordement au point 24,98 le long du corridor ferroviaire de Barrie, et fait partie du projet d'extension du corridor ferroviaire de Barrie. Les ponceaux seront installés selon la méthode par perforation et perçage et un passage routier temporaire en aval du passage existant sera nécessaire pour accéder au site. La section immédiatement en aval sera élargie pour permettre l'écoulement par les ponceaux de débordement. Les travaux comprennent également l'installation d'un enrochement aux entrées et sorties des ponceaux, ainsi que la mise en place de blocs rocheux dans le ponceau principal pour permettre le passage. Cette section de la rivière East Humber, qui est plus proche de King City, en Ontario, est considérée comme un habitat occupé pour le méné long (Clinostomus elongatus), et l'espèce peut être capturée lors d'activités de relocalisation de poissons.
  • Raison pour l'émission du permis(#18-HCAA-01004), en vertu de l'article 73 de la LEP (2019-09-12)

    L'activité vise à élargir la rue Queen West entre le chemin Mississauga et le chemin Chinguacousy, à Brampton, en Ontario. Les travaux consistent à remplacer cinq ponceaux sur cinq traversées de cours d'eau dans l'habitat du méné long (Clinostomus elongatus) afin de permettre la réfection de la chaussée. Le projet a été soumis initialement à Pêches et Océans Canada (MPO) en 2014 (dossier du MPO n° 14-HCAA-01241); il avait alors été déterminé que le projet ne nécessitait pas d'examen réglementaire. Lorsque le méné long a été inscrit comme espèce en voie de disparition aux termes de la Loi sur les espèces en péril (LEP) en 2017, le promoteur a demandé un permis aux termes de la LEP pour pouvoir déplacer les poissons. Comme le permis aux termes de la LEP associé au dossier n° 14-HCAA-01241 du MPO a expiré en 2017, un nouveau permis aux termes de la LEP était requis pour le projet en 2018.
  • >> Visionnez le reste des Permis et accords connexes

Documents de consultation

  • Guide de consultation sur l’ajout du Mené Long à la liste de la LEP (2007-12-27)

    Nous désirons recueillir votre opinion pour aider le gouvernement fédéral à décider de manière fondée si le Mené Long devrait être ajoutée à l'Annexe 1 (la liste des espèces en péril) de la Loi sur les espèces en péril. Vos commentaires concernant les conséquences de l'ajout de cette espèce à la liste sont importants. Ce cahier de consultation a été préparé pour que vous puissiez communiquer à Pêches et Océans Canada vos commentaires et vos conseils concernant l'ajout de cette espèce à l'Annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (L'Annexe 1 identifie les espèces qui sont protégées par cette loi).
Date de modification :