Notification du permis

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Numéro régional ou local : 20-PCAA-00035

Avis par la présente, ce document (Permis) no. 20-PCAA-00035 , est émis en vertu des dispositions de l'article 73 de la LEP.

Objet:
Autre type d'activité nécessaire ou profitable à l'espèce

Description :
L’objectif des activités visées par ce permis consiste à effectuer des relevés des poissons qui vivent dans le bassin hydrographique de la rivière Milk, en Alberta, afin de surveiller les effets des faibles niveaux d’eau qui se sont produits à la suite d’une défaillance sur le canal St. Mary, la principale source d’eau de la rivière Milk. Le meunier des montagnes (Catostomus platyrhynchus) (populations de la rivière Milk), le chabot des montagnes Rocheuses (Cottus sp.) (populations du versant est) et le méné d’argent de l’Ouest (Hybognathus argyritis) pourraient être capturés pendant ce travail. Les activités autorisées par le permis sont les suivantes : 1. la capture d’individus des espèces susmentionnées dans le bassin hydrographique de la rivière Milk, à l’aide d’une combinaison de pêche à l’électricité en bateau et de pêche avec un dispositif portatif de pêche à l’électricité, une senne de plage et un piège à méné – le choix des engins d’échantillonnage dépendra des conditions du site; 2. la manipulation d’individus des espèces susmentionnées à des fins d’identification (dénombrement, mesure et photographie) – à l’exception des spécimens de référence que l’on pourrait conserver pour confirmer l’identification, tous les poissons seront remis à l’eau vivants après le traitement; 3. la possession et le transport d’individus des espèces susmentionnées qui seront trouvés morts en raison des faibles niveaux d’eau, tués accidentellement à la suite de l’échantillonnage ou du traitement ou prélevés comme spécimens de référence.

Date du début: 2020-07-17   Date de fin: 2021-07-15

Autorité de délivrance : Département des pêches et océans

Autorité utilisée :

  • Loi sur les espèces en péril

Localisation de l'activité (province, territoire ou océan) :

  • Alberta

Espèces touchées :

Conditions préalables :
a) Solutions de rechange : Des mesures d’échantillonnage ont été choisies pour protéger et conserver les espèces en péril. La capture et la relocalisation de poissons à d’autres endroits ne seraient pas bénéfiques à leur survie; par conséquent, le choix d’autres endroits n’est pas une solution viable. Il est important de surveiller et d’échantillonner le réseau lorsque les niveaux d’eau sont adéquats. b) Toutes les mesures d’atténuation possibles visant à réduire au minimum les répercussions potentielles des activités proposées sur les poissons seront appliquées, le cas échéant. Des méthodes d’échantillonnage non létales ont été choisies pour réduire autant que possible l’incidence sur les populations de poissons. La pêche à l’électricité sera effectuée par des employés possédant l’expérience et les certifications requises, selon la politique sur la pêche à l’électricité concernant les dommages au poisson de la Division de la gestion des pêches de l’Alberta (gouvernement de l’Alberta 2012). La manipulation des poissons sera réduite au minimum et effectuée par des professionnels qualifiés selon la norme sur l’utilisation éthique des poissons en Alberta (gouvernement de l’Alberta 2013b) et les directives de l’American Fisheries Society sur l’utilisation du poisson pour la recherche (Use of Fishes in Research Committee 2014). Tous les poissons capturés seront temporairement conservés dans des viviers submergés ou des bacs remplis d’eau propre et froide avant d’être traités puis remis à l’eau. Seul le nombre minimal de sites requis pour obtenir un échantillonnage qui profitera aux espèces sera échantillonné. c) Effets sur la survie et le rétablissement : Les effets sur les poissons seront faibles, car ces derniers seront relâchés vivants immédiatement après le traitement (identification, mesure et photographie). Les blessures pouvant être causées par la pêche à l’électricité peuvent comprendre des lésions physiques (lésions tissulaires, hémorragies externes et musculaires, lésions de la colonne vertébrale) et physiologiques (stress et changements de comportement). Cela dit, on prévoit que les activités proposées (échantillonnage et manipulation des poissons) causeront très peu de blessures ou de stress aux poissons. La méthode d’échantillonnage proposée (pêche à l’électricité, pêche à la senne et piégeage) n’est pas létale et sera menée par des employés qualifiés du ministère de l’Environnement et des Parcs de l’Alberta (AEP) et de Pêches et Océans Canada (MPO) conformément aux normes provinciales afin de minimiser les impacts possibles. La turbidité augmentera à court terme, car l’échantillonnage à gué perturbera le substrat. Étant donné que cet impact se produira uniquement pendant les activités à gué dans le cours d’eau, il sera de courte durée. On prévoit un taux de mortalité faible durant l’échantillonnage. Compte tenu des mesures d’atténuation prévues dans la description des activités et de l’obtention d’un permis au titre de l’article 73 de la Loi sur les espèces en péril, le projet pose un faible risque pour la survie et le rétablissement des espèces en question. Avec la réduction du débit dans le réseau, les activités décrites devraient contribuer à la survie du chabot des montagnes Rocheuses, du méné d’argent de l’Ouest et du meunier des montagnes. Les activités proposées ne devraient pas compromettre le rétablissement des espèces indigènes, mais plutôt contribuer à les préserver. Les données recueillies seront fournies à l’appui des programmes de rétablissement et des plans d’action qui seront mis en œuvre par AEP et le MPO.

Personne(s)-ressource(s)
Melanie Toyne
Gestionnaire régional, Programme des espèces en péril
Institut des eaux douces, Région de l'Ontario et des Prairies, Pêches et Océans Canada
501, University Crescent
Winnipeg, MB
R3T 2N6
fwisar@dfo-mpo.gc.ca

Date de modification :