Notification de la licence

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Numéro régional ou local : DFO-PAF SARA 102

Avis par la présente, ce document (Licence) no. DFO-PAF SARA 102 , est émis en vertu des dispositions de l'article 74 de la LEP.

Objet:
Recherche scientifique sur la conservation de l'espèce

Description :
Il s’agit d’une comparaison des impacts liés à l’alimentation et à l'exposition aux produits toxiques sur la reproduction des épaulards résidents du Sud. Cette comparaison se fait en utilisant des mesures non invasives d'analyse des métabolites d’hormone et des substances toxiques provenant du prélèvement d'échantillons fécaux.

Date du début: 2009-05-15   Date de fin: 2009-10-31

Autorité de délivrance : Département des pêches et océans

Autorité utilisée :

  • Loi sur les espèces en péril
  • Loi sur les pêches

Localisation de l'activité (province, territoire ou océan) :

  • Colombie-Britannique
  • Océan Pacifique

Espèces touchées :

Conditions préalables :
a) La méthode alternative de collecte d'échantillons de matières fécales consiste à faire des « suivis de la nageoire caudale » où le bateau de recherche opère directement derrière les animaux. Cela se fait généralement à une distance de moins de 200 mètres. La méthode choisie utilise des chiens détecteurs d’excrément. C’est une méthode beaucoup moins intrusive car le bateau de recherche peut opérer à côté des animaux, ou derrière eux en effectuant le trajet dans le sens du vent à plus de 400 mètres, et souvent de plus loin. b) Les mesures d'atténuation consistent à se servir de jumelles utilisées dans la marine afin de garder la trace des baleines dans la zone et de garantir que les conducteurs du bateau sont en mesure de manœuvrer à l'écart des baleines venant en sens inverse. La distance d'approche la plus près pour la collecte d’excréments et l'identification photographique est de 30 mètres pour les épaulards. Le temps d’engagement dans l’activité est limité à 60 minutes par jour, par baleine ou groupe de baleines. c) Ces activités de recherche ne sont pas intrusives et ne mettront pas en péril la survie ou le rétablissement des espèces de cétacés étudiées.

Personne(s)-ressource(s)
Coordinateur
Programmes sur les mammifères marins, Région Pacifique
Pièce 200
401, rue Burrard
Vancouver, BC
V6C 3S4
marinemammals@dfo-mpo.gc.ca

Date de modification :