Notification du permis

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Numéro régional ou local : 20-PPAC-00001

Avis par la présente, ce document (Permis) no. 20-PPAC-00001 , est émis en vertu des dispositions de l'article 73 de la LEP.

Objet:
Recherche scientifique sur la conservation de l'espèce

Description :
L’activité comprendra les tâches suivantes : I. Inspection et surveillance de l’ormeau nordique présent dans des habitats artificiels (« condos ») dans 35 sites par des plongeurs. Ces « condos » sont constitués de briques de béton disposées et logées dans un casier à crabe commercial modifié. ii. Le relevé de chaque « condo » est effectué en enlevant et examinant soigneusement les briques de béton. iii. Retirer les briques pour mesurer chaque ormeau nordique présent dans les « condos » et enregistrer les données (in situ). Notamment : Combien d’individus d’ormeaux nordiques sont présents dans chaque habitat artificiel? Quelle est la taille de ces ormeaux?

Date du début: 2020-04-28   Date de fin: 2020-09-20

Autorité de délivrance : Département des pêches et océans

Autorité utilisée :

  • Loi sur les espèces en péril

Localisation de l'activité (province, territoire ou océan) :

  • Océan Pacifique

Espèces touchées :

Conditions préalables :
a) La méthode de Breen était l’une des solutions de rechange envisagées. Elle n’a pas été retenue, car les séries chronologiques de données annuelles fondées sur les habitats artificiels remontent à 2002. Pendant toute cette période, Haida Fisheries a suivi les profils de recrutement au fil du temps, et l’objectif de cette recherche est de mieux en comprendre les changements. L’utilisation des « condos » pourrait contribuer à attirer les jeunes ormeaux qui sont généralement plus difficiles à trouver/observer avec la méthode de Breen. C’est la capacité des « condos » d’échantillonnage à attirer les ormeaux, leur faible coût et leur grande efficacité d’échantillonnage par rapport aux habitats naturels qui les ont fait préférer au relevé des habitats naturels. C’est pourquoi les « condos » sont la méthode préférée de suivi du recrutement par rapport aux autres méthodes de relevé. b) Mesures visant à minimiser les impacts : Les travaux proposés ne devraient pas avoir de répercussions négatives sur l’ormeau nordique ou son habitat essentiel. Les approches et les méthodes ont été conçues de manière à avoir l’impact le plus faible possible sur chaque individu de l’espèce tout en permettant d’acquérir des renseignements précieux sur celle-ci. Les techniques utilisées sont celles décrites dans Defreitas 2003. Elles comprennent l’inspection et la surveillance des ormeaux nordiques (Haliotis Kamtschatkana) présents dans les 35 habitats artificiels (« condos ») qui ont été aménagés depuis 2002 dans plusieurs endroits autour de Haïda Gwaii. Le relevé des « condos » sera effectué en enlevant et examinant les briques de béton. Les chercheurs mesureront tous les ormeaux trouvés dans les « condos » à l’aide de pieds à coulisse et les consigneront in situ sans retirer les individus des briques. Après avoir vérifié la présence d’ormeaux sur toutes les briques, les chercheurs replaceront ces dernières dans les « condos » le plus rapidement possible, en prenant soin de ne blesser aucun ormeau au cours du processus. Après le relevé d’un « condo », ils l’inspectent visuellement pour s’assurer qu’aucun animal n’a été blessé. Les individus ne doivent pas être retirés de force d’un substrat. S’il s’avère nécessaire de retirer des ormeaux nordiques, il est possible d’utiliser des solasters géants (Pycnopodia helianthoides) pour faciliter cette opération. Les activités doivent être effectuées par un professionnel de l’environnement dûment qualifié ou sous la supervision directe d’un tel professionnel. Tout au long des travaux de recherche, les ormeaux nordiques seront manipulés le moins possible. En cas de mortalité accidentelle de l’ormeau, il faut cesser toutes les activités et communiquer avec le personnel du Programme sur les espèces en péril pour signaler l’incident et déterminer les risques que pourrait présenter la poursuite des travaux sur l’ormeau nordique. c) Effets sur la survie et le rétablissement : Aucune des activités ne devrait mettre en péril la survie ou le rétablissement de l’ormeau nordique. Les ormeaux nordiques qui seront recensés et mesurés dans le cadre de cette recherche scientifique ne devront pas être retirés de leur substrat. Ils seront retirés de leur substrat uniquement si cela s’avère nécessaire, à l’aide de leur prédateur, le solaster géant. Ces activités continueront de guider la recherche à long terme sur les profils de recrutement de l’ormeau nordique.

Personne(s)-ressource(s)
Gestionnaire régional, Programme des espèces en péril
Région – Pacifique, Pêches et Océans Canada
200-401, rue Burrard
Vancouver, BC
V6C 3S4
Tel: 604-666-7907
sara@pac.dfo-mpo.gc.ca

Date de modification :