Notification du permis

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Numéro régional ou local : 19-PCAA-00048

Avis par la présente, ce document (Permis) no. 19-PCAA-00048 , est émis en vertu des dispositions de l'article 73 de la LEP.

Objet:
Recherche scientifique sur la conservation de l'espèce

Description :
Objectifs des activités visées par le permis : 1. Déterminer si le meunier des montagnes (Catostomus platyrhynchus) présente des signes de stress physiologique pendant les périodes de faible débit et d’augmentation de la température de l’eau; 2. Déterminer si le meunier noir (Catostomus commersonii) est moins stressé que le meunier des montagnes et, par conséquent, peut l’emporter sur ce dernier pour les ressources; 3. Quantifier le niveau de menace (faible, moyen, élevé) que les faibles débits et les températures élevées de l’eau représentent pour le meunier des montagnes. Activités autorisées par le permis : 1. La capture du meunier des montagnes à l’aide de sennes. Des échantillons seront prélevés dans des sites en plein soleil et pleinement à l’ombre (environ 4 ou 5 de chacun) au milieu ou à la fin de l’été; 2. La manipulation de meuniers des montagnes à des fins d’identification et de traitement (dénombrement, mesure, photographie, etc.). Une entaille de nageoire sera prélevée sur tous les meuniers des montagnes capturés et conservée aux fins d’analyse génétique. À l’exception du sous-échantillon létal, tous les meuniers des montagnes seront remis à l’eau vivants une fois les procédures d’échantillonnage terminées; 3. Le prélèvement d’un sous-échantillon létal (maximum global de 50 meuniers des montagnes prélevés dans les bassins hydrographiques énumérés) pour analyser les protéines de choc thermique; 4. Le transport et la possession d’échantillons de tissus préservés et de tout meunier des montagnes tué accidentellement ou prélevé comme pièce justificative.

Date du début: 2019-07-18   Date de fin: 2019-10-31

Autorité de délivrance : Département des pêches et océans

Autorité utilisée :

  • Loi sur les espèces en péril

Localisation de l'activité (province, territoire ou océan) :

  • Saskatchewan

Espèces touchées :

Conditions préalables :
a) Solutions de rechange : L’étude proposée vise à évaluer les protéines de choc thermique chez le meunier des montagnes. La recherche sur une autre espèce ne fournirait donc pas les renseignements requis. Il n’existe aucun moyen non létal de mener cette recherche. b) Mesures visant à minimiser les impacts : Les méthodes de capture se limiteront à la pêche à la senne. Les poissons ne seront pas entassés dans la senne et seront conservés et manipulés le moins longtemps possible. Les membres du personnel chargé de l’étude ont une vaste expérience en ce qui concerne les relevés de poissons et la manipulation du meunier des montagnes, du buffalo à grande bouche (Ictiobus cyprinellus), de l’esturgeon jaune (Acipenser fulvescens) et d’autres espèces de poissons. La température de l’eau et les niveaux d’oxygène dissous seront surveillés lors de l’échantillonnage afin de déterminer si les conditions sont susceptibles de causer un stress excessif aux poissons pêchés à la senne (c.-à-d. températures élevées et faible teneur en oxygène). Les densités de poissons seront maintenues aussi basses que possible dans la senne en procédant à la remise à l’eau des espèces non ciblées dès leur capture. Les poissons présentant des signes de stress (p. ex. perte d’équilibre) ayant peu de chances de survivre à leur remise à l’eau feront partie des 50 sujets d’épreuve. c) Effets sur la survie et le rétablissement : La pêche à la senne peut stresser les poissons et causer leur mortalité. La pêche à la senne n’a pas causé de mortalité de meuniers des montagnes dans le passé, et on s’attend donc à ce que très peu de poissons soient touchés. Étant donné la faible probabilité de mortalité, la pêche à la senne devrait avoir un effet très faible sur les populations de meuniers des montagnes. La perte de 50 poissons dans la population devrait avoir des conséquences négligeables sur le nombre total de meuniers des montagnes. Jusqu’à 100 meuniers des montagnes ont été capturés en un seul coup à la senne, et il n’est pas rare de capturer des dizaines de meuniers des montagnes à la fois dans ces ruisseaux. L’entaille d’une nageoire peut stresser les poissons et causer leur mort; toutefois, le requérant n’a pas connaissance de mortalité résultant de cette procédure dans le passé et on s’attend à ce que les effets sur les populations de meuniers des montagnes soient très faibles. On prévoit un taux faible de mortalité accidentelle. Cette étude vise à quantifier les menaces (faible débit et température élevée) pour le meunier des montagnes et à élaborer des stratégies d’atténuation pour atténuer la menace (p. ex. restauration de la végétation riveraine). Même si jusqu’à 50 meuniers des montagnes seront sacrifiés, cette méthode ne devrait pas avoir de répercussions sur les populations locales et l’espèce et son habitat en bénéficieront à long terme. Vu les mesures d’atténuation prévues pour minimiser les répercussions et le permis obtenu au titre de l’article 73 de la Loi sur les espèces en péril, le projet pose un faible risque pour la survie et le rétablissement des espèces et ne les menace pas.

Personne(s)-ressource(s)
Melanie Toyne
Gestionnaire régional, Programme des espèces en péril
Institut des eaux douces, Région de l'Ontario et des Prairies, Pêches et Océans Canada
501, University Crescent
Winnipeg, MB
R3T 2N6
fwisar@dfo-mpo.gc.ca

Date de modification :