Notification du permis

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Numéro régional ou local : 19-PPAC-00004

Avis par la présente, ce document (Permis) no. 19-PPAC-00004 , est émis en vertu des dispositions de l'article 73 de la LEP.

Objet:
Recherche scientifique sur la conservation de l'espèce

Description :
L’activité comprendra les tâches suivantes : Inspection et surveillance de l’ormeau nordique présent dans 35 habitats artificiels («?condos?») par des plongeurs. Ces «?condos?» sont constitués de briques de béton disposées au hasard et logées dans un casier à crabe commercial modifié. Le relevé de chaque condo est effectué en enlevant et examinant soigneusement les briques de béton. Enlever, mesurer et enregistrer les données (in situ) sur chacun des individus de l’ormeau nordique présents dans les «?condos?». Notamment : Combien d’individus d’ormeaux nordiques sont présents dans chaque habitat artificiel? Quelle est la taille de ces ormeaux?

Date du début: 2019-06-01   Date de fin: 2019-09-30

Autorité de délivrance : Département des pêches et océans

Autorité utilisée :

  • Loi sur les espèces en péril

Localisation de l'activité (province, territoire ou océan) :

  • Océan Pacifique

Espèces touchées :

Conditions préalables :
a) Parmi les solutions de rechange envisagées, mentionnons l’utilisation d’un relevé de la biomasse au lieu d’un relevé des habitats artificiels. Une méthode de relevé de la biomasse réduirait le temps et la manipulation des ormeaux nordiques, mais cette solution n’a pas été retenue parce qu’elle ne permet pas de suivre le recrutement des juvéniles ni d’utiliser des habitats artificiels. L’utilisation de l’habitat artificiel aide à attirer les jeunes ormeaux nordiques qui sont habituellement plus difficiles à trouver ou à étudier lorsqu’on utilise une méthode de relevé de la biomasse. La proposition actuelle est la meilleure option en raison des séries chronologiques de données annuelles fondées sur les habitats artificiels qui remontent à 2002. Tout au long de cette période, les pêches de la Nation haïda ont eu l’occasion de suivre les tendances du recrutement au fil du temps. Pour ces raisons, les habitats artificiels sont la méthode préférée de suivi du recrutement par rapport aux autres méthodes de relevé. b) Mesures visant à minimiser les impacts : Les travaux proposés ne devraient pas avoir de conséquences négatives sur l’ormeau nordique, ses résidences ou son habitat essentiel. Les démarches et les méthodes ont été conçues de manière à avoir l’impact le plus faible possible sur chaque individu de l’espèce tout en permettant d’acquérir des renseignements précieux sur l’ormeau. Les techniques utilisées sont celles décrites dans Defreitas, 2003. Elles comprennent l’inspection et la surveillance de l’ormeau nordique présent dans les 35 habitats artificiels («?condos?») qui ont été aménagés depuis 2002 dans plusieurs endroits autour de Haïda Gwaii. Ces «?condos?» sont constitués de briques de béton disposées au hasard et logées dans un casier à crabe commercial modifié. Une équipe de deux scaphandriers inspecteront les condos en enlevant et examinant les briques de béton dans chacun. Tous les ormeaux trouvés dans les condos seront mesurés et enregistrés par les chercheurs in situ sur les briques de béton afin de minimiser les répercussions sur les individus. Toutes les coquilles d’ormeaux vides (morts) seront également mesurées, retirées des condos et replacées dans l’habitat marin environnant. Une fois que toutes les briques auront été examinées pour la présence d’ormeaux, elles seront retournées dans les condos le plus rapidement possible, en prenant soin de ne blesser aucun ormeau au cours du processus. c) Aucune des activités ne devrait mettre en péril la survie ou le rétablissement de l’ormeau nordique. Les ormeaux nordiques qui seront comptés et mesurés dans le cadre de cette recherche scientifique ne seront pas prélevés pour leur substrat. Ces activités continueront d’éclairer la recherche à long terme sur les tendances relatives au recrutement de l’ormeau nordique.

Personne(s)-ressource(s)
Gestionnaire régional, Espèces en péril
Région Pacifique, Pêches et Océans Canada
200 – 401, rue Burrard
Vancouver, BC
V6C 3S4
Tel: 604-666-0395
SARA.XPAC@dfo-mpo.gc.ca

Date de modification :