Notification du permis

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Numéro régional ou local : DFO-18-HCAA-00654

Avis par la présente, ce document (Permis) no. DFO-18-HCAA-00654 , est émis en vertu des dispositions de l'article 73 de la LEP.

Objet:
Une activité qui ne touche l'espèce que de façon incidente

Description :
L’activité implique la stabilisation des berges à deux emplacements de franchissement du ruisseau Grabum, un affluent de la rivière Saskatchewan Sud, dans le parc interprovincial des Collines-Cypress. Deux zones associées à un pont et à un gué en béton se sont érodées et, pour régler ce problème, il est proposé d’isoler la zone de travail, d’enlever les débris, de placer un enrochement dans le cours d’eau pour stabiliser les berges et pour remplacer tout débris qui aurait été enlevé. Ces activités peuvent entraîner la capture, la perturbation ou le harcèlement d’individus, pendant l’exécution de méthodes visant à éloigner les poissons de la zone de travail. Le meunier des montagnes (Catostomus platyrhynchus) est présent dans la région.

Date du début: 2018-08-17   Date de fin: 2018-09-15

Autorité de délivrance : Département des pêches et océans

Autorité utilisée :

  • Loi sur les espèces en péril

Localisation de l'activité (province, territoire ou océan) :

  • Alberta

Espèces touchées :

Conditions préalables :
a) Solutions de rechange : Si rien n’est fait, on ne pourra pas utiliser la route. Cette option n’a donc pas été retenue. D’autres options comprenaient des modifications plus importantes dans le cours d’eau pour soutenir la structure existante du gué (elles étaient incluses dans la demande initiale). Cette option a été jugée inacceptable d’un point de vue réglementaire, car elle n’était pas appuyée par une évaluation adéquate des processus des cours d’eau. Enfin, une option à long terme, qui consisterait à installer une traversée plus appropriée, ce qui conviendrait le mieux aux espèces, est à l’étude. L’option choisie permettra de trouver une solution à court terme pour l’utilisation de la route tout en perturbant le moins possible le cours d’eau. b) Mesures visant à minimiser les impacts : Les mesures qui seront utilisées pour minimiser les répercussions prendront en compte une empreinte faible et une perturbation minimale dans le cours d’eau, l’isolement de la zone de travail et la réalisation d’une opération de sauvetage de poissons avant le début des travaux. Les travaux seront entrepris par une personne qualifiée en mesure d’utiliser les méthodes d’exclusion du poisson ou sous la supervision directe d’une telle personne. Le travail dans l’eau préalable à l’exclusion du poisson doit être exécuté de la manière la moins susceptible de causer du tort ou du harcèlement aux individus tout en permettant aux poissons de s’échapper le plus facilement possible. Les poissons doivent être exclus de la zone de travail (berge où l’enrochement sera placé) par balayage au filet ou, si nécessaire, par isolement et pêche à l’électricité, et les poissons ne doivent pas pouvoir retourner dans la zone de travail jusqu’à l’achèvement de la mise en place de l’enrochement. Le meunier des montagnes doit uniquement être manipulé dans les circonstances autorisées aux termes du présent permis et avec le moins de dommages possible. c) Effets sur la survie et le rétablissement : Il est probable que l’érosion dans le cours d’eau continuera de se produire et d’avoir des répercussions sur le meunier des montagnes et sur d’autres espèces résidentes à cet endroit, jusqu’à ce que le gué dans le cours d’eau soit remplacé par une structure de franchissement plus appropriée, éventuellement. Des discussions ont été entamées en vue de trouver de meilleures solutions de franchissement pour cet endroit, l’approche actuelle étant vue comme une solution à court terme. L’approche de travail et l’empreinte dans le cours d’eau ne devraient toutefois pas causer de dommages résiduels sur les espèces, et on ne prévoit pas que ces activités temporaires auront un effet négatif sur la survie et le rétablissement du meunier des montagnes.

Personne(s)-ressource(s)
Melanie Toyne
Gestionnaire régional, Programme des espèces en péril
Institut des eaux douces, Région de l'Ontario et des Prairies, Pêches et Océans Canada
501, University Crescent
Winnipeg, MB
R3T 2N6
fwisar@dfo-mpo.gc.ca

Date de modification :