Notification du permis

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Numéro régional ou local : FRH-2016-21599-SARA

Avis par la présente, ce document (Permis) no. FRH-2016-21599-SARA , est émis en vertu des dispositions de l'article 74 de la LEP.

Objet:
Autre type d'activité nécessaire ou profitable à l'espèce

Description :
Parcs Canada recueillera des graines ou des propagules, cultivera des plantes en pépinière, préparera des sites de translocation et en assurera le maintien et transplantera le matériel végétal produit dans des sites appropriés de la réserve de parc national des Îles-Gulf et/ou le lieu historique national Fort Rodd Hill afin d’accroître les effectifs des populations de certaines espèces en péril dans les écosystèmes dunaires côtiers et à chêne de Garry, conformément aux programmes de rétablissement visant ces espèces.

Date du début: 2016-06-01   Date de fin: 2019-04-01

Autorité de délivrance : Agences de Parcs Canada

Autorité utilisée :

  • Loi sur les espèces en péril
  • Loi sur les parcs nationaux du Canada
  • Autre loi parlementaire

Localisation de l'activité (province, territoire ou océan) :

  • Colombie-Britannique

Espèces touchées :

Conditions préalables :
a) Toutes les solutions de rechange susceptibles de minimiser les conséquences négatives de l’activité pour l’espèce ont été envisagées et la meilleure solution retenue : Cette activité est nécessaire pour accroître les populations, conformément aux programmes de rétablissement visant les espèces en question, et il n’existe aucune solution de rechange. b) Toutes les mesures possibles seront prises afin de minimiser les conséquences négatives de l’activité pour l’espèce, son habitat essentiel ou la résidence de ses individus : Les méthodes utilisées pour prélever et multiplier ces espèces végétales comprennent des mesures d’atténuation et sont les meilleures disponibles. Les mesures d’atténuation visant à minimiser les conséquences négatives pour les espèces en péril comprennent ce qui suit : 1) utilisation de matériel parental provenant de matériel de multiplication ex situ existant (p. ex. pépinières locales ou collections botaniques) ou de la population sauvage robuste la plus proche – grâce au respect des lignes directrices établies pour le prélèvement éthique de graines, aucun nouvel effet ou impact sur les populations sauvages existantes n’est prévu, et 2) application de mesures de précaution phytosanitaires (p. ex. inspection minutieuse et traitement du matériel de pépinière pour prévenir l’introduction d’espèces exotiques) visant à réduire le plus possible les conséquences négatives des activités de translocation pour les plantes indigènes (introduction de nouveaux pathogènes ou de nouvelles espèces végétales exotiques envahissantes). De plus, le personnel recevra une formation sur les méthodes appropriées à utiliser avant d’être appelé à manipuler les espèces en péril ou à travailler à proximité; les conseils de spécialistes seront suivis en ce qui concerne tous les aspects du projet, et un examen minutieux permettra de déterminer si les activités de gestion ont un impact positif ou négatif. c) L’activité ne mettra pas en péril la survie ou le rétablissement de l’espèce : Ce projet porte sur les menaces énoncées dans les programmes de rétablissement des espèces et est jugé nécessaire pour assurer la persistance de ces espèces au Canada. Bien qu’il existe un risque de déclin temporaire du taux de reproduction des populations sauvages ou un risque de dommages dus au piétinement, ces risques sont contrés par les mesures d’atténuation qui précèdent, et aucun effet négatif à l’échelle des populations n’est prévu. Il est hautement improbable que cette activité mette en péril la survie ou le rétablissement des espèces visées.

Personne(s)-ressource(s)
M. Brian Reader
Ecologist des especes en peril
Parcs Canada
711 rue Broughton, 2ième etage
Victoria, BC
V8W 1E2
Tel: 250-363-8560
Fax: 250-363-8552
Brian.Reader@pc.gc.ca

Date de modification :